Sommaire de la saison 2010 pour les haricots comestibles

Table des matières

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Sommaire pour les haricots comestibles

Cette année, la superficie des cultures de haricots blancs s'est accrue et a atteint 90 000 acres, alors que celle de haricots colorés est restée stable, ce qui s'explique par les offres précoces de contrats à bon prix. Ce type de production a suscité un intérêt prononcé chez les agriculteurs, et la superficie qui lui a été consacrée n'a été limitée que par le nombre de contrats disponibles. Au début de la saison, les fortes pluies et la saturation des sols ont eu pour effet de ralentir la croissance et d'intensifier la pression précoce exercée par la pourriture des racines; cependant, globalement, les rendements ont été plus élevés que prévu et même supérieurs aux valeurs moyennes à long terme. Ils allaient de 12 à 35 q/ac, selon les quantités de pluie reçues, les types de sol et les pressions dues aux maladies. On prévoit que le rendement moyen provincial dépassera la valeur moyenne à long terme (18 q/ac), et il est même probable qu'on atteindra un nouveau record voisin de 20 q/ac)

Semis

Les haricots ont été semés dans des sols en excellent état. À la fin mai, cependant, ceux ci sont devenus très secs, et on a dû retarder une partie des semis en attendant le retour de l'humidité. Les semis effectués à la mi mai ont reçu de fortes quantités de pluie qui ont provoqué la formation de flaques et une importante érosion, ce qui a produit une levée irrégulière. En juin, le temps humide a mis à rude épreuve la patience des producteurs, qui ont dû attendre que l'état du sol permette de terminer les semis.

Période de croissance

Au début de la saison, les cultures ont subi des pluies fréquentes ou intenses. La présence de pourriture des racines était évidente au début de la saison, mais cette maladie a ensuite été maintenue en échec par la sécheresse qui a duré tout le mois d'août. La pression exercée par la cicadelle est restée faible pendant toute la saison, peut être en partie parce que presque toutes les semences avaient reçu le traitement Cruiser. Pendant tout le mois de juillet, des averses fréquentes ont permis une excellente poussée de croissance végétative et de fleurs. En août, la pluviosité a beaucoup fluctué sur l'ensemble des régions productrices de haricots secs. Dans les zones les plus au sud, il s'est produit une sécheresse de quatre à six semaines qui a limité les infestations graves de pourriture des racines, de brûlure, de moisissure blanche et d'anthracnose. L'anthracnose a touché une bonne partie des cultures de haricots blancs et certaines de haricots noirs, notamment au nord de la route 8 jusqu'à Huron, Perth, Bruce et Wellington Waterloo. Ces régions ont eu beaucoup plus de pluie et d'orages en août. Les producteurs qui ont signalé les plus fortes occurrences d'anthracnose étaient ceux qui avaient les variétés AC Compass et Thunder. Toutes les variétés sauf T9903 et Envoy sont sensibles à la race d'anthracnose 73, qui est la plus commune en Ontario. En 2009, la saison de croissance avait été humide, ce qui avait provoqué l'infection des champs de semences et, en juillet et août de cette année, les averses ont été fréquentes; conjointement, ces phénomènes ont contribué à l'apparition de « conditions idéales » pour l'anthracnose. Dans certains cas, les traitements répétés avec des fongicides n'ont pas suffi à maintenir l'anthracnose ou la moisissure blanche en échec. Les infections de brûlure bactérienne sont survenues avant la date habituelle, de sorte que les taux d'infection ont été plus élevés dans la majorité des récoltes de haricots secs. La pression due aux insectes est restée minime pendant toute la saison, mais la chrysomèle du haricot s'est attaquée aux gousses de sorte que certains champs ont dû être traités.

Récolte

Le temps clément a permis un bon début et une bonne fin de récolte pour la plupart des types de haricots. La qualité des récoltes effectuées à une date précoce était excellente, tout comme les rendements qui se situaient le plus souvent entre 20 et 30 q/ac. Dans certaines régions, on a dû retarder la récolte à cause du faible taux d'humidité des graines de haricots précoces. Les rendements ont été décevants dans certains secteurs, notamment dans West Middlesex, Lambton et Elgin, à la suite d'une sécheresse de quatre à six semaines qui a commencé au début août. Les haricots canneberge, noirs, otebo et rognons ont donné un produit d'excellente qualité. La superficie des cultures de haricots adzuki est restée élevée, mais la taille des graines et les rendements ont été décevants dans certains cas, ce qui s'explique par la faible pluviosité en août, les maladies et la maturité précoce de la récolte. Les haricots blancs ont été déclassés, principalement à cause de l'infection des graines par l'anthracnose et la brûlure bactérienne. Les écarts accusés par les programmes de rabais visant l'infection par l'anthracnose causent parfois une certaine confusion chez les producteurs. Dans toute l'Amérique du Nord, dans la plupart des classes de marchés de haricots secs, les prix de vente ont subi des pressions à la baisse dues à l'accroissement de la production et des rendements de cette année.

Les défis de 2011

Stratégies de fertilisation

Avec la nouvelle hausse des prix des engrais, il est plus pertinent que jamais de faire effectuer des tests de sol pour déterminer la combinaison à employer pour la prochaine saison. Au lieu de calculer les apports d'engrais à partir des quantités prélevées avec la récolte, on peut se fonder sur les résultats des tests sans compromettre le rendement. Dans ce cas, tenir compte de la totalité des éléments nutritifs provenant du fumier et des végétaux enfouis. Dans les essais, les engrais de démarrage n'ont pas donné de résultats fiables, et ils peuvent nuire à la levée si le sol est sec. Méfiez vous des produits vantés par des « témoignages », mais qui n'ont pas fait l'objet de recherches sérieuses. Faites votre propre essai avec réplicats.

Ravageurs et maladies

Les infections d'anthracnose et de brûlure bactérienne dans les cultures de haricots blancs et noirs de cette année rendront plus difficile la production de semences « propres » pour 2011. La détection précoce de l'anthracnose revient à chercher une aiguille dans une botte de foin. Cette maladie est apparue plus tôt que d'habitude, et elle a parfois produit très peu de lésions sur les feuilles et les tiges avant que l'infection des gousses soit devenue évidente. Les pulvérisations précoces de fongicides, effectuées en temps opportun, constituent la meilleure forme de prévention contre la moisissure blanche et l'anthracnose. La chrysomèle du haricot passe maintenant l'hiver en Ontario, et elle peut se nourrir de haricots comestibles pendant toute la saison. Les adultes de ver gris occidental du haricot ont été plus actifs que les années précédentes, et cette espèce constitue encore une menace pour les cultures de maïs et de haricots comestibles dans le Sud Ouest de la province.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 03 novembre 2010
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca