Rapport sur les grandes cultures de l'Ontario
Sommaire de la saison 2010 pour le maïs

Table des matières

  1. Sommaire
  2. Période de croissance
  3. Ravageurs
  4. Perspectives pour 2011

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Sommaire

En 2010, la saison de croissance du maïs a été excellente! Au début, les conditions ont été très favorables aux semis précoces. Puis pendant la période de croissance, les pluies ont été suffisantes dans presque toutes les régions de la province, et la nette absence de stress pendant la floraison a permis une excellente pollinisation. Dans presque toute la province, la somme des unités thermiques de croissance (SUTC) a été supérieure à la valeur normale calculée sur 30 ans. Par exemple, l'écart était de 8 pour cent à London, de 5 pour cent à Mount Forest et de 4 pour cent à Ottawa (du 1er mai à la fin de la saison).

Les rendements ont battu les records; avec 95 pour cent des rendements déclarés à Agricorp, la moyenne provinciale se situe à 172 boisseaux/acre (10,79 tonnes/hectare). Sans aucun doute, lorsque les résultats de toute la superficie de production seront connus, le rendement moyen pour la province dépassera nettement les valeurs de toutes les années précédentes. Avant 2010, dans la province, le rendement moyen de maïs le plus élevé enregistré par le MAAARO était de 156 bo/ac (9,78 t/ha), en 2008.

En 2010, la superficie récoltée de maïs grain était de 1 860 000 acres (753 000 ha). Grâce au début de saison précoce, à l'accumulation rapide des unités thermiques de croissance (UTC) et aux bonnes conditions de récolte, pratiquement toute la production avait été récoltée avant l'arrivée de l'hiver.

Saison de croissance

En avril, le temps a été anormalement chaud et relativement sec, de sorte qu'on n'avait probablement jamais vu de sol en aussi bon état et que la date des semis a été la plus précoce jamais enregistrée dans la province. On évalue que de 80 à 90 pour cent du maïs avait été mis en terre avant le 5 mai. Grâce à ces semis précoces et au temps chaud, une bonne partie des cultures a levé à la fin d'avril ou au début de mai, ce qui a eu pour effet d'ajouter 150 UTC au total effectif. À London, par exemple, du 1er mai à la fin de la saison, on a enregistré un total de 3 404 UTC, mais pour les producteurs qui avaient semé à la mi avril, le total effectif était plutôt voisin de 3 550 UTC.

Le 9 ou le 10 mai, des gelées au sol, avec des températures de l'ordre de 1 à 4 °C, ont endommagé une bonne partie du maïs levé. Dans de nombreux champs, les tissus verts allant de la levée au stade de trois feuilles ont été détruits jusqu'au niveau du sol, mais les plants se sont rétablis relativement vite. Selon certains rapports, les dommages causés par la gelée ont accru la variabilité dans certains champs.

Dans de nombreuses régions, la pluie a été peu abondante pendant tout le mois d'août et le maïs avait fleuri relativement tôt (du 10 au 20 juillet), de sorte que la récolte du maïs d'ensilage a été très précoce, certains producteurs ayant terminé cette opération avant le 1er septembre. La sécheresse du mois d'août a été assez grave pour réduire les rendements du maïs de façon appréciable, mais seulement dans quelques cas isolés.

Dans certains secteurs, la qualité des tiges a suscité quelques inquiétudes alors même que la récolte du maïs grain suivait son cours. Chez les plants qui avaient commencé à combler une demande relativement importante en amidon pour la formation des grains, on a remarqué un accroissement de l'incidence de la cannibalisation de la tige et de la verse. De façon générale les pertes de rendement dues à ce phénomène ont été minimes. En moyenne, les taux d'humidité du maïs grain à la récolte étaient anormalement bas, ce qui a permis des économies de séchage substantielles pour de nombreux producteurs.

Ravageurs

En 2010, le ver gris occidental du haricot a encore inquiété les producteurs de nombreuses régions. Le nombre de comtés où l'on a piégé des adultes de cette espèce s'est accru, et dans certains comtés le nombre d'adultes a beaucoup augmenté depuis les années précédentes. Dans des secteurs isolés, le nombre de masses d'œufs et de larves a atteint le seuil d'intervention. Dans des secteurs très dispersés, les insectes qui s'alimentaient ont produit des dégâts importants au point qu'en l'absence de toute mesure de prévention (résistance génétique ou traitement aux insecticides), les pertes de rendement approchaient de 15 à 20 bo/ac (0,94 à 1,26 t/ha).

L'incidence des maladies des feuilles et des tiges a généralement été faible en 2010. L'incidence de la moisissure de l'épi était également inférieure à la normale, et la présence de vomitoxine dans le maïs n'a généralement pas causé de difficultés pour ce qui est de l'utilisation finale du maïs grain. Une étude effectuée au début de la période de récolte a montré que la teneur en vomitoxine (DON) était inférieure à 1 ppm dans 76 pour cent des échantillons recueillis.

Perspectives pour 2011

Pour 2011, le secteur du maïs connaît un vent d'optimisme qui est dû à la forte productivité de la récolte de 2010 et aux cours favorables sur les marchés des denrées. On devra cependant tenir compte de l'accroissement des prix des intrants (engrais, semences et loyer des terres). Parmi les autres domaines à surveiller en 2011, on note 1) l'évolution de la situation concernant le ver gris occidental du haricot et, dans certaines régions, le recours accru à des hybrides génétiquement résistants, et 2) les recommandations sur les apports en azote et autres intrants étant donné que les rendements attendus sont plus élevés.


Auteur : Spécialistes des grandes cultures du MAAARO
Date de création : 17 mars 2011
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca