Sommaire de la saison 2009 pour le soya en Ontario

Table des matières

  1. Sommaire
  2. Semis
  3. Saison de croissance
  4. Semis directs et nodulation
  5. Ravageurs du soya
  6. Récolte
  7. Les défis et possibilités de 2010

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Sommaire

Une superficie record de 2,4 millions d'acres a été ensemencée en soya en 2009. La saison de croissance fut dans l'ensemble plutôt fraîche et humide. Heureusement, septembre ayant été assez chaud et sec, les cultures ont pu finalement arriver à maturité, bien qu'il y ait eu du gel à la fin de septembre dans quelques régions. Au printemps, il a été difficile de faire les semis à temps en raison du temps humide, lequel a également compliqué les récoltes à l'automne. Bien que dans la plus grande partie de la province durant juillet et août, l'humidité a été suffisante pour permettre une excellente grenaison et un très bon remplissage des gousses, il faisait trop sec dans l'extrémité sud-ouest de l'Ontario et quelques autres régions. On se rappellera de 2009 comme d'une saison où les rendements des cultures ont été extrêmement variables d'un champ à l'autre et même à l'intérieur d'un champ donné. Les rendements ont en effet varié de 20 à plus de 70 boisseaux/acre. Avec environ 40 % des superficies assurées déclarées jusqu'à maintenant à Agricorp, on estime pour le moment que la moyenne provinciale se situe autour de 41,9 boisseaux/acre. La moyenne provinciale quinquennale est de 40,6 boisseaux/acre. En raison des précipitations excessives, le désherbage a été particulièrement ardu, surtout dans les champs de soya à identité préservée. La grosseur des grains et la qualité ont été généralement acceptables, bien que l'on observe la présence de graines vertes et immatures aux endroits où il y a eu du gel.

Semis

Les semis de soya ont été retardés cette année et la majorité des champs ont été ensemencés après le 24 mai. Des conditions plus sèches dans l'est de l'Ontario ont permis de faire davantage de semis autour des dates normales dans cette région. À la fin mai, 95 % des champs avaient été ensemencés. Les conditions ont été particulièrement difficiles pour les semis effectués entre le 6 et le 12 mai en raison du temps frais et humide survenu peu après qui a nui à la levée. Les traitements de semences effectués durant cette période ont permis d'améliorer les densités de peuplement.

Saison de croissance

Les précipitations étaient localisées et supérieures à la normale dans bon nombre de régions. Le soya donne de meilleurs rendements lorsqu'il pleut suffisamment, surtout en juillet et août. Étant donné que les précipitations ont eu lieu durant cette période cruciale de développement du soya, les rendements ont été supérieurs à ce qu'on prévoyait compte tenu de la fraîcheur de la saison. Le temps a été frais en juin et juillet, mais comme septembre a été chaud, les cultures ont pu parvenir à maturité normalement.

Les conditions fraiches et humides sont très favorables aux limaces. Certains champs en semis directs ont d'ailleurs été dévastés par celles-ci. Le temps frais en mai et juin a également nui à la levée du soya. Les densités de peuplement ont été, en moyenne, de 10 % inférieures à une année normale. Les sols frais et humides contribuent également à augmenter la pression des maladies, dont le syndrome de mort subite. Le manque de chaleur a ralenti la nodulation, ce qui a freiné la croissance et causé des baisses de rendement dans certains champs en semis directs.

Semis directs et nodulation

Environ les deux tiers des superficies en soya de l'Ontario sont cultivés soit en semis directs, soit selon un système cultural de travail minimum du sol. Bon nombre d'essais, au cours des 20 dernières années, ont montré qu'il y avait relativement peu de différences de rendement entre les systèmes avec travail du sol et les semis directs. L'écart de rendement se situe habituellement autour de 0 à 2 boisseaux/acre au profit du système avec travail du sol. Cet écart est si faible qu'en fait le semis direct est plus économique. Toutefois, puisque la première moitié de la saison de croissance a été si fraîche, et que les résidus de maïs de la saison précédente étaient plus abondants que la normale, les réductions de rendements dans les champs en semis directs ont été plus importantes qu'à l'habitude en 2009.

Ravageurs du soya

Les pucerons du soya ont été particulièrement problématiques dans le centre de la province et on a dû traiter d'importantes superficies. Bien que présents dans le sud-ouest, leur nombre dans cette région était bien en deçà des seuils d'intervention. La plupart des superficies au sud-ouest de London n'ont pas été traitées. Les populations étaient plus abondantes dans l'est de l'Ontario et dans certaines parties du Québec, et on a dû traiter bon nombre de champs.
La moisissure blanche a encore causé des dommages cette année, et l'ampleur des dégâts a varié selon le taux de semis, l'espacement entre les rangs, la variété de soya et la région. Les pourritures des racines, dont le syndrome de mort subite, ont été plus fréquentes cette année dans le sud-ouest qu'au cours des dernières années.

La tache septorienne a fréquemment été observée sur les feuilles inférieures, mais les pertes de rendement attribuables à cette maladie ont été négligeables.

La présence de mauvaises herbes dans les champs de soya était évidente en raison du couvert végétal qui a mis du temps à se refermer, des précipitations excessives et de l'humidité abondante favorisant la levée des mauvaises herbes.

Récolte

Les récoltes ont progressé lentement avec quelques bonnes journées tout de même. À la fin octobre, 80 % seulement des superficies avaient été récoltées dans la province. Le taux d'humidité dans les fèves étaient généralement acceptable (13 à 15 %) de même que la qualité. En novembre, il y a eu deux semaines de temps secs qui ont permis de récolter ce qui restait sans trop de difficulté.

Les défis et possibilités de 2010

Mauvaises rotations des cultures

Un automne marqué par l'humidité et le prix actuel des denrées ont contribué à réduire les superficies ensemencées en blé d'automne. On risque donc de se retrouver avec d'importantes superficies de soya la saison prochaine. Une bonne rotation des cultures est primordiale pour optimiser les rendements. L'idéal est d'ensemencer un champ donné en soya tous les trois ans et même tous les quatre ans. Lorsqu'on établit les budgets relatifs aux cultures, il est important de se souvenir d'inclure des réductions de rendement 10 à 15 % lorsqu'on sème la même culture deux années de suite dans le même champ (c.-à-d. soya sur soya). On risque ainsi de se retrouver avec d'énormes pertes de rendement si l'on sème du soya en 2010 dans un champ où la moisissure blanche était importante ou dont les populations de nématodes étaient élevées en 2009.

Maladies et insectes

Si les superficies de soya sont élevées l'année prochaine, on peut s'attendre à ce qu'il y ait plus d'insectes et de maladies. Il faudra choisir soigneusement les variétés à cultiver (ex. : variétés tolérantes au nématode et à la moisissure blanche) et faire du dépistage dans tous les champs.

Fertilité

Le soya prélève de grandes quantités de P et de K chaque année (40 lb/acre de P et 70 lb/acre de K pour une récolte de 50 boisseaux/acre). Dans bon nombre de champs de l'Ontario, ces éléments nutritifs ne sont pas retournés au sol, ce qui fait diminuer la fertilité du sol. Le rendement du soya ne peut pas être élevé lorsque le sol est peu fertile. Il faut également effectuer des analyses de sol pour s'assurer que le sol est suffisamment fertile.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 07 janvier 2010
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca