Sommaire de la saison 2009 pour les haricots comestibles

Table des matières

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Introduction

En 2009, les rendements des haricots comestibles ont été très variables. La qualité des haricots récoltés tôt était souvent excellente, de même que leurs rendements qui allaient de 18 à 28 q/ac. Cependant après la mi septembre, le temps froid et humide s'est installé et tout espoir d'une récolte supérieure à la moyenne s'est envolé. Dans la plupart des cas, la récolte a été très lente. La qualité s'est progressivement dégradée, de même que les rendements qui ont été très variables allant de 10 à 17 q/ac. La couleur des graines s'est maintenue de façon surprenante en dépit du temps humide de l'automne. La superficie cultivée de haricots blancs était de 50 000 acres, ce qui représente une diminution importante depuis 2008; cela s'explique par les prix élevés du soya et les excellentes primes pour le soya à identité préservée.

Les semis

Le bon état du sol a permis d'effectuer 50 à 75 % des semis à temps. L'ensemencement a été interrompu par le temps pluvieux de la mi juin à la fin juin. Ensuite, les fortes pluies ont provoqué une levée inégale, l'encroûtement et un pourridié précoce dans certaines régions. La reprise des semis a été très rarement nécessaire. Dans le cas des haricots semés tard en juin, l'excellent état du sol a permis l'établissement de peuplements uniformes.

La période de croissance

Jusqu'à la mi juillet, la croissance des plants de haricots comestibles a été plus lente que la moyenne à cause du temps anormalement frais et sec. À la fin juillet et en août, la pluie est arrivée juste à temps pour produire une poussée de croissance avec d'excellentes conditions de floraison et de formation des gousses. De nombreuses régions ont reçu des quantités de pluie excessives en août, ce qui a créé des conditions parfaites pour l'apparition de la moisissure blanche. La densité du couvert végétal, les averses fréquentes et les rosées abondantes ont favorisé le développement et la propagation rapides de la moisissure blanche et de l'anthracnose (dans les haricots blancs). Dans de telles circonstances, il était très difficile de lutter contre cette maladie à l'aide de fongicides. Les producteurs qui avaient fait du dépistage et effectué des traitements contre l'anthracnose à une date précoce ont très bien pu maîtriser la maladie. La pression due aux insectes était faible dans la plupart des régions. Le ver gris occidental du haricot s'est manifesté en 2009, mais selon les rapports il n'a causé aucun dommage dans les cultures de haricots comestibles en Ontario. Le virus de la mosaïque commune du haricot a causé des difficultés dans certains champs de haricots Otebo, la plupart des autres types de haricots étant résistants à cette maladie.

La récolte

La récolte a bien commencé, avec une qualité et des rendements excellents pour les haricots canneberge et les autres types de haricots récoltés à une date précoce. Cependant le temps est devenu humide à la mi septembre alors qu'une bonne partie de la culture était tout juste prête à être récoltée. La période de la récolte de 2009 a été la plus pluvieuse et la plus nuageuse jamais connue. La qualité des haricots récoltés tard était souvent largement supérieure aux attentes. Les rendements ont baissé à la suite de la dégradation des plants et de la forte incidence de la chute des gousses des plants infectés par la moisissure blanche. Les producteurs ont fait un excellent travail pour récolter dans des conditions aussi difficiles, et on évalue à 5 ou 10 % la proportion des cultures qui n'a pas été récoltée.

Les défis de 2010 pour la production

Une plus grande superficie

La saison 2009 a rappelé aux producteurs que la culture des haricots comestibles présente un risque relativement élevé. La superficie occupée par cette culture subira encore une pression due à la vigueur du secteur du soya à identité préservée. Les acheteurs de haricots secs sont pleinement conscients de cette forme de concurrence, qui devrait avoir des effets positifs sur les prix. Le temps humide de l'automne a entraîné une forte réduction de la superficie de blé d'automne. La culture des haricots comestibles présente un certain nombre d'avantages : mise en terre précoce du blé d'automne, diversification des cultures, rotation, étalement de la charge de travail de la main d'œuvre et de la machinerie.

Insectes, maladies et ravageurs

On se souviendra de 2009 comme une autre saison très propice à la moisissure blanche, les mesures de lutte ayant souvent donné des résultats décevants. Les averses fréquentes, les rosées abondantes et le temps frais pendant la floraison et le remplissage des gousses ont créé des conditions parfaites pour la cette maladie. L'année 2010 devrait être intéressante parce qu'on aura l'occasion d'évaluer de nouveaux fongicides contre la moisissure blanche, notamment Switch (Syngenta), Allegro (Syngenta), Serenade (UAP), Contans WG (PlantProducts).

Lors du dépistage dans les champs de haricots comestibles et de maïs, on devra s'attendre à trouver un nouveau ravageur, le ver gris occidental du haricot; cette année, le traitement des cultures de haricots contre cet insecte a été recommandé dans quatre comtés du Michigan. Le ver gris est là pour rester, et les pièges à dépistage précoce seront utiles aux producteurs de maïs et de haricots comestibles. Les agriculteurs de Blyth et des comtés voisins devront être particulièrement sur leurs gardes parce que de nombreux adultes y ont été capturés au cours des deux dernières saisons.

Il a été difficile de détecter les premiers signes d'anthracnose, et cette maladie a rapidement créé des points chauds dans les cultures. En Ontario, on devra porter attention aux semis, et mettre en œuvre régulièrement des mesures de dépistage et de lutte pour protéger les cultures.

Traitements effectués avant la récolte

Les producteurs se sont habitués aux recommandations de traitements à effectuer avant la récolte, et aux résultats mitigés. Cet automne, le temps frais et humide a ralenti l'action des produits. Certains producteurs qui pratiquent l'arrachage des haricots ont abandonné les traitements préalables à la récolte. Dans quelques années, un nouveau projet de recherche sur ces méthodes pourrait faire apparaître de nouvelles options à cet égard.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 05 janvier 2010
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca