Sommaire de la saison pour le soya 2008
Rapport sur les grandes cultures de l'Ontario

Tableau des matières

  1. Sommaire
  2. Les défis et les possibilités de 2009

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Sommaire

Cette année, la production de soya a été caractérisée par une pluviosité au-dessus de la normale et un mois de septembre chaud. Les rendements ont donc été plus hauts que la moyenne, grâce aussi à la pluie abondante et à l'absence des principaux facteurs de stress. Sur les 41 % des rendements déclarés à Agricorp, la moyenne provinciale à ce jour est de 43 bo/acre, celle sur 10 ans pour la même superficie étant de 37,6 bo/acre. Certains producteurs ont obtenu des récoltes de plus de 65 bo/acre. On peut maintenant affirmer que 2008 vient en deuxième place pour le rendement déclaré le plus élevé, après 2006 avec 46 bo/acre. Environ 2,1 millions d'acres avaient été ensemencés cette année. La qualité et la grosseur des grains ont été généralement excellentes.

Malheureusement, de nombreux champs ont souffert de précipitations excessives, causant de la moisissure blanche. La maladie a surtout été nuisible dans l'Est de l'Ontario. Dans l'Extrême Sud-ouest, l'été a été assez sec, ce qui a fait baisser les rendements sous la moyenne dans certains secteurs.

Les semis

Pendant la première moitié de mai les semis de soya ont progressé lentement à cause de la pluie. Seulement environ 25 % des cultures de soya de l'Ontario étaient en terre au 15 mai. En fin mai, 90 % des champs étaient ensemencés. Les semis effectués entre le 9 et le 11 mai ont subi du temps froid et des intempéries, qui ont rendu la levée difficile. Les traitements des semences effectués durant cette période ont grandement amélioré les peuplements. Même si certains champs ont été ensemencés quand le sol était humide, les précipitations pendant toute la saison ont permis d'éviter d'importants problèmes de croissance des racines.

La saison de croissance

Pendant la saison de croissance de 2008, le nombre d'unités thermiques de croissance (UTC) est resté voisin de sa moyenne normale depuis 30 ans. Du 1er mai au 30 septembre, la station de London a rapporté 3 152 UTC en 2008 par rapport à 3 262 UTC en 2007. La moyenne sur 30 ans à London est de 3 106 UTC pour cette même période. Les précipitations ont été irrégulières et supérieures à la moyenne dans de nombreuses régions. Le soya a besoin d'importantes chutes de pluie, surtout en juillet et en août, pour des rendements optimaux. Comme les précipitations ont eu lieu pendant cette période clé de la croissance des plants, les rendements ont été au-dessus de la moyenne.

Dans quelques secteurs du Sud-ouest la grêle a endommagé les cultures de soya. Les champs qui ont subi des dégâts au début de la saison de croissance ont bien récupérés avec certains rendements supérieurs à 50 bo/acre. Les champs gravement atteints à la fin juillet et pendant le mois d'août ont connu des pertes de rendement, jusqu'à 100 % dans quelques cas.

Les ravageurs du soya

Le puceron du soya n'a pas atteint de seuil problématique en 2008. Même s'il était présent dans le Sud-ouest, les populations sont restées bien en deçà des seuils critiques. Ce ravageur était présent en grand nombre dans l'Est de l'Ontario et certaines parties du Québec mais seuls quelques champs ont dû être pulvérisés.

La forte présence de la chrysomèle du haricot était préoccupante en fin d'été dans les champs touchés. Dans quelques régions des comtés d'Essex et de Kent les populations étaient assez élevées pour justifier des épandages de pesticides, même avec un nombre de champs infestés peu élevé. Les dommages qu'elle a infligés au feuillage étaient visibles dans des champs à l'Ouest de Toronto, sans pour autant atteindre les seuils critiques.

Les tétranyques et le nématode à kyste du soja ont provoqué des pertes de rendement dans le Sud-ouest, surtout dans les zones de sécheresse.

La moisissure blanche a grandement endommagé certains champs cette année dépendant du taux de semis, de la largeur des rangs, du cultivar et de la région. Dans l'Ouest de l'Ontario où la sécheresse a sévi ces dernières années, les taux d'inoculant étaient assez faibles en début de saison. Les pressions de la maladie ont été plus faibles que prévu aussi étant donné les intempéries. Il faut noter quels champs ont été touchés par la moisissure blanche pour planifier les cultures à venir qui sont susceptibles comme le soya, les haricots comestibles et le canola. Les niveaux d'inoculant de la maladie seront élevés l'an prochain, si les conditions climatiques sont favorables à la maladie il peut y avoir des dommages importants.

La récolte

La récolte s'est déroulée relativement sans accroc sauf dans les champs ensemencés très tardivement, ou quand trop de pluies ont causé des retards. Au 20 novembre, environ 3 à 5 % de la culture n'étaient pas encore récoltés. La neige et l'humidité excessive peuvent rendre le reste de la récolte difficile. La teneur en humidité des grains était généralement excellente et la qualité bonne.

Les défis et les possibilités de 2009

Mauvaises rotations des cultures

Les coûts des intrants plus élevés pourraient mener les producteurs à semer de plus grandes superficies de soya à nouveau en 2009. Une bonne rotation des cultures est primordiale pour optimiser les rendements. La culture du soya tous les trois, mieux, quatre ans, constitue la rotation idéale. Lors de l'établissement des budgets de l'exploitation, il faut prévoir une réduction de rendement de 10 à 15 % quand une culture succède à la même culture (p. ex. soya après soya). Le producteur qui sème encore du soya en 2009 dans un champ qui a été soumis à une importante pression de la moisissure en 2008 peut s'attendre à d'importantes baisses de rendement.

La rouilledu soya

Les spores de la rouille du soya ont été détectées pour la première fois en Ontario en 2007. Des spores ont été à nouveau signalées dans la province cette année, mais aucun symptôme de maladie n'a été trouvé. Aux États-Unis la rouille du soya s'est propagée à de nouvelles régions. Un suivi attentif de cette maladie demeure donc essentiel. Les producteurs ontariens devront surveiller attentivement la propagation de la maladie en 2009 pour entreprendre des mesures de lutte si nécessaire.

Production de soya à identité préservée (IP)

Une forte demande a été avantageuse pour les producteurs de soya IP. Les producteurs voudront comparer les avantages liés aux divers cultivars de soya à identité préservée pour la saison de culture 2009.


Auteur : Les spécialistes des grandes cultures du MAAARO
Date de création : 27 novembre 2008
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca