Sommaire de la saison pour le maïs
Rapport sur les grandes cultures de l'Ontario

Table des matières

  1. Sommaire
  2. Semis et début de la croissance
  3. Période de croissance
  4. Ravageurs du maïs

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Sommaire

Les producteurs de maïs se souviendront de 2007 comme l'année qui n'a pas été à la hauteur des espérances qu'elle avait suscitées. On a semé plus de 2,1 millions d'acres de maïs grain, ce qui constitue presque un record puisque le seuil de 2 millions d'acres n'avait pas été dépassé depuis 1985. Après un excellent départ, les producteurs se sont trouvés confrontés à la principale difficulté de la saison, les quantités de pluie inférieures à la moyenne dans la plupart des régions de la province et qui ont peut être empêché de dépasser les rendements record de l'année dernière. En fin de compte, le rendement provincial moyen de maïs s'est trouvé très voisin de 135 bo/ac, qui est la moyenne sur 5 ans.

Semis et début de la croissance

Au printemps, les excellentes conditions de sécheresse et le bon état du sol ont permis de commencer les semis de maïs à une date précoce dans la plupart des régions. La plus grande partie des cultures de maïs ont été mises en terre entre le 25 avril et le 10 mai. De façon générale, les lits de semence étaient en meilleur état que prévu étant donné l'humidité présente lors de la dernière récolte et l'existence de traces de véhicules dans les champs depuis l'automne 2006. En date du 1er juin 2007, les peuplements étaient uniformes et la croissance était bien amorcée dans la majorité des champs de la province. À la mi juin, les cultures avaient encore généralement bonne apparence, mais la sécheresse des sols a fait ressortir certaines déficiences en éléments nutritifs (magnésium, zinc, etc.) sur les sols légers ou au pH mal équilibré.

Pour ce qui est de la lutte contre les mauvaises herbes, les épandages d'herbicides de prélevée et de postlevée ont globalement donné de bons résultats dans tout l'Ontario. Là où des mauvaises herbes ont survécu aux herbicides pendant la période critique (stade de trois à huit feuilles), la sécheresse qui s'est prolongée jusqu'en juillet a beaucoup affecté les cultures.

Période de croissance

Les précipitations ont été extrêmement peu abondantes et généralement très inférieures à la moyenne dans la plus grande partie de la province, à l'exception des régions situées à l'est de Kingston et de certains secteurs des comtés d'Oxford et de Perth. Du 1er mai au 31 août, on a enregistré 73 % de la pluviosité moyenne sur 30 ans. Certaines régions ont reçu moins de 25 mm de pluie entre le 1er mai et le 31 juillet. Dans de nombreux champs, la sécheresse semblait devoir nuire gravement à la pollinisation. Cependant, globalement, l'épiaison a été assez bonne (1/2 à 2/3 de grain) même dans les régions les plus touchées. La récolte de maïs a bénéficié de l'absence de chaleurs extrêmes en juillet (à London, la température n'a dépassé 30 oC que pendant 3 jours). Il y avait un certain flétrissement des cultures pendant la journée, mais la plupart des champs pouvaient se rétablir pendant la nuit grâce à l'absence de stress intense dû à la chaleur, sauf sur les sols sablonneux et les argiles lourdes où l'eau disponible ne permettait tout simplement pas de répondre aux besoins des cultures, ce qui a entraîné d'importantes pertes de rendement.

Du 1er mai au 31 août 2007, la moyenne des résultats enregistrés par 15 stations météorologiques de l'Ontario était de 2 570 UTC, la moyenne sur 30 ans étant de 2 544 UTC. Dans certains secteurs, l'accumulation totale d'UTC s'est encore accrue de façon importante en septembre et octobre, d'où une diminution rapide du taux d'humidité de l'ensilage plante entière et du maïs grain. À certains endroits, le taux d'humidité du grain a diminué de six points en une semaine seulement. Pendant la semaine qui s'est terminée le lendemain de l'Action de grâces, sur le site d'essais de rendements de Ridgetown, on a enregistré près de 200 UTC. Des apports de cette importance ne se produisent généralement que pendant la semaine la plus chaude de juillet. Dans la plupart des régions de la province, le taux d'humidité des récoltes était inférieur à la normale, ce qui a entraîné une diminution des coûts de séchage.

En 2007, selon les essais de rendement du Comité ontarien du maïs et l'expérience des producteurs, les hybrides de saison longue ont donné des rendements significativement plus élevés. Cet avantage comparatif dépassait en importance tout accroissement du coût de séchage ayant pu résulter de la différence de taux d'humidité des récoltes. Les producteurs semblent généralement satisfaits de la protection contre les insectes que leurs nouveaux caractères génétiques confèrent aux hybrides de l'année dernière. Dans tout l'Ontario, on opte encore de plus en plus souvent pour des caractères génétiques de résistance aux insectes, aux maladies et aux mauvaises herbes.

Ravageurs du maïs

En 2007, les cultures de maïs ont été essentiellement exemptes d'insectes nuisibles et de maladies. Globalement, grâce à la faible abondance des pluies, la pression due aux maladies foliaires est restée faible dans la plupart des régions. La province n'est pas restée exempte de moisissures de l'épi et des vomitoxines qu'elles produisent, mais les cas étaient sporadiques et de peu d'importance, surtout si on compare à ce que l'on a connu en 2006.

En septembre, certains disaient s'inquiéter de ce que les plants stressés qui remplissaient leurs épis puissent avoir subi une autodestruction des tissus de la tige, ce qui aurait mené à une pourriture de la tige et à la verse. Mais cela ne s'est pas produit et les cultures ont très bien résisté jusqu'à la récolte, grâce en partie aux conditions climatiques globalement favorables en septembre et octobre.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 05 décembre 2007
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca