Sommaire, haricots comestibles et canola
Rapport sur les grandes cultures de l'Ontario

Table des matières

  1. Sommaire de la saison pour les haricots comestibles
  2. La période de croissance
  3. Ravageurs des haricots comestibles
  4. Défis et possibilités pour les haricots comestibles en 2008
  5. Sommaire de la saison pour le canola
  6. Défis et possibilités pour le canola en 2008

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Sommaire de la saison pour les haricots comestibles

Cette année, la culture du haricot blanc a fait face à la concurrence du maïs et du soya, dont les prix étaient plus élevés. En 2007, la superficie des cultures de haricots blancs était de 80 000 à 85 000 acres, ce qui était supérieur aux intentions déclarées au début du printemps, soit 65 000 acres. Cela représente cependant un recul par rapport aux 93 000 acres de 2006. Par ailleurs, la superficie des cultures de haricots colorés est restée voisine de sa moyenne historique, soit 65 000 à 70 000 acres.

La période de croissance

Le temps sec a permis d'effectuer les semis à temps dans un sol en bon état. La plus grande partie des semis de haricots a été effectuée entre le 25 mai et le 10 juin. Les conditions de croissance étaient excellentes au début de la saison, mais l'été s'est caractérisé par un temps peu pluvieux qui s'est prolongé pendant toute la période de remplissage des grains. Les plants semés à une date précoce (dernière semaine de mai) n'ont pas pu profiter des quelques averses qui se sont produites, et ils sont rapidement arrivés aux stades de maturité et de sénescence. Les haricots plantés plus tard ont eu un rendement de 10 à 20 % plus élevé. Les rendements moyens se chiffraient à 12 ou 14 quintaux/acre. Dans les régions ayant reçu de la pluie en temps opportun, les rendements de haricots comestibles approchaient des valeurs record. De façon générale, les haricots blancs, noirs et adzuki ont eu un meilleur rendement que les autres classes. La qualité était de passable à bonne. Les principaux problèmes constatés étaient la taille des graines et le détachement partiel du tégument dû à la faible teneur en eau de la graine. La taille des grains de haricots colorés était décevante, les types à maturation précoce ayant donné une moyenne de 200 à 220 graines par 100 grammes alors qu'on aurait plutôt souhaité obtenir 175 à 180 graines par 100 grammes.

Ravageurs des haricots comestibles

Le traitement pour semences Cruiser a donné d'excellents résultats contre les cicadelles en début de saison. Pendant la dernière partie de l'été, la chrysomèle du haricot, la punaise terne et les tétranyques étaient très présents et ont atteint des densités justifiant une intervention. Dans plusieurs champs de haricots comestibles ensemencés plus tardivement, on a identifié des maladies virales transmises par les pucerons et les thrips.

Défis et possibilités pour les haricots comestibles en 2008

Lutte contre les ravageurs des haricots comestibles

Le secteur du haricot comestible a bien vite adopté le traitement pour semences Cruiser, qui donne de bons résultats contre les cicadelles en début de saison. D'autres formes de traitement des semences et fongicides foliaires pourraient bientôt apparaître sur le marché. On n'a pas encore défini de seuils économiques pour plusieurs insectes ravageurs de fin de saison (chrysomèle du haricot, tétranyques, punaise terne) en Ontario. En ce qui concerne les maladies virales transmises par les pucerons et les thrips, il pourrait être nécessaire d'intensifier les stratégies de surveillance et de lutte. Choisir des variétés résistantes à la mosaïque commune du haricot et à l'anthracnose. OAC Rex est la première variété de haricots blancs qui soit résistante à la brûlure bactérienne commune.

Gestion de l'azote

En Ontario, les résultats de recherche ne vont pas dans le sens de l'emploi de produits azotés, sauf en cas de pourriture des racines. Selon des recherches effectuées au Manitoba, il serait souhaitable d'accroître les doses pour produire des plants de haricots comestibles plus hauts lorsque ceux ci sont cultivés en rangs serrés, mais cet aspect devra faire l'objet d'autres recherches.

Sommaire de la saison pour le canola

La superficie des cultures de canola revient lentement à ce qu'elle était avant 2005, les producteurs n'ayant ensemencé que 23 000 acres en 2007. Une bonne partie du canola de printemps a eu une saison de croissance très sèche, mais son rendement moyen à l'échelle de la province a tout de même atteint 0,77 tonnes/acre, ce qui est appréciable; on n'est pas loin de la moyenne sur une longue période, qui est de 0,8 tonnes/acre. Il n'y avait pas lieu de s'inquiéter pour la qualité (graines brunes) puisque la récolte répondait aux critères du grade 1.

Semis de printemps

Le temps sec a permis d'effectuer les semis à temps dans un sol en excellent état. La levée a été irrégulière dans les champs où l'humidité du sol était inégale. L'altise était peu présente dans la plupart des cultures de canola.

La période de croissance

Le temps sec et frais a permis une excellente croissance ainsi qu'une fermeture précoce du couvert végétal. Grâce à la sécheresse, l'incidence des maladies est restée très faible. Au mois de mai, plusieurs gelées ont provoqué des dommages mineurs. La sécheresse qui s'est prolongée jusqu'à la maturité a eu des effets notables, soit le flétrissement des plants et la mort d'une partie des fleurs. La cécidomyie du chou-fleur a touché plusieurs champs ensemencés à la fin de mai. Le temps chaud et sec était propice aux insectes ravageurs qui s'attaquent au canola en fin de saison. Les populations de fausse teigne des crucifères étaient plus nombreuses que les années précédentes, et elles ont atteint les seuils économiques à certains endroits. La punaise terne était très présente pendant la floraison et le remplissage des gousses.

La présence de tiges vertes a gêné la récolte. Comme le temps était extrêmement sec, on craignait que les graines ne soient endommagées par la chaleur, mais on a finalement obtenu une bonne qualité et un meilleur rendement que prévu.

Canola d'automne

La survie du canola d'automne a été mauvaise à passable sur les sols argileux et mal drainés, mais excellente sur les sols bien drainés. À la mi mai, de fortes gelées ont déformé une partie des tiges (cols de cygne) et fait avorter une partie des fleurs. Les populations de charançon de la graine du chou étaient moins nombreuses que les années précédentes. Les rendements du canola d'automne ont été très variables selon la quantité de pluie reçue, allant de 0,6 à 1,75 tonne/acre.

En août et septembre, le temps sec a permis de semer le canola d'automne à temps. De nombreux peuplements arrivent au début de l'hiver avec un couvert très dense, ce qui soulève certaines questions sur l'effet que cela pourrait avoir sur la survie hivernale.

Défis et possibilités pour le canola en 2008

Lutte contre les ravageurs

La cécidomyie du chou-fleur peut être un ravageur du canola semé à une date tardive. Depuis quelques années, on observe de plus en plus souvent de fortes populations de punaise terne. On dispose de peu de données sur les seuils économiques relatifs à ces deux ravageurs ni sur leurs effets sur les rendements ou la qualité des graines en Ontario. Certains indices permettent de penser que la punaise terne et le charançon de la graine du chou contribuent à accroître la proportion de graines brunes. Sur le marché, on trouve encore de nouveaux fongicides pour la lutte contre la pourriture sclérotique.

Marchés

Le canola a toujours la même valeur comme culture dans une rotation. On étudie actuellement les débouchés créés par la demande croissante concernant les variétés de canola dotées de certaines propriétés spéciales pour la production d'huiles santé. En effet, ces variétés suscitent beaucoup d'intérêt dans les secteurs du biodiésel et des bioproduits.

Culture commerciale d'automne de remplacement

Le canola d'automne a un excellent potentiel comme culture commerciale de remplacement. Certains hybrides semblent prometteurs avec un potentiel de rendement de 1,5 à 2,0 tonnes/acre et un taux de survie hivernale amélioré. Il existe peu de résultats de recherches ou d'essais au champ sur les pratiques optimales de gestion du canola d'automne.

Meilleures pratiques de gestion du canola de printemps

Les recherches et les essais au champ ont montré qu'il était possible d'améliorer les rendements et la rentabilité du canola de printemps. D'autres réplicats d'essais au champ permettront de confirmer quelles sont les pratiques de gestion qui sont les plus rentables.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 22 novembre 2007
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca