Rapport sur les grandes cultures de l'Ontario Sommaire de la saison 2006 pour le soya

Table des matières

  1. Sommaire
  2. L'ensemencement
  3. La période de croissance
  4. Les insectes du soya
  5. La récolte
  6. Les défis de 2007 pour la production

Vous pourrez également trouver des renseignements techniques sur la page Grandes cultures du site Web du MAAARO. Les publications du MAAARO mentionnées sont la publication 811F Guide agronomique des grandes cultures, la publication 812F Guide de protection des grandes cultures, la publication 75F Guide de lutte contre les mauvaises herbes et la publication 505 Ontario Weeds. Ces publications sont disponibles à votre centre de ressources locales du MAAARO, ou par téléphone au 1 888 466 - 2372.

Sommaire

La moyenne du rendement provincial global de 2006 promet de battre tous les records. Cette année, certains producteurs ont obtenu la meilleure récolte de soya jamais vue. La moyenne provinciale est actuellement de 48 bois/acre, avec seulement 30 % des rendements déclarés. Le rendement record établi l'an dernier était de 41,5 bois/acre. Bien que la taille et la qualité globale des grains soient normales, on a constaté, bien plus qu'à l'habitude, des problèmes de décomposition des semis dus au phomopsis, au mildiou et aux intempéries. Certains producteurs se sont vus privés de la prime pour l'identité préservée à cause de la réduction de la qualité des grains. Malgré l'humidité de l'automne, et pour l'ensemble, les grains ont conservé leur taille, leur couleur et leur qualité.

L'ensemencement

Le superbe climat printanier et les bonnes conditions du sol ont permis de commencer très tôt l'ensemencement du soya. Environ 30 % de la superficie de l'Ontario a été ensemencée entre le 1er et le 10 mai. Dans le sud-ouest de l'Ontario, la pluie qui a débuté le 11 mai a ralenti le travail jusqu'au 22 mai. L'ensemencement a repris plus tard et la plupart des producteurs ont terminé avant la fin de mai. Le climat froid et humide qui a débuté le 11 mai a obligé à replanter en grandes quantités, particulièrement sur les sols très argileux. La faible levée à entraîné le réensemencement d'environ 5 % de la production ontarienne. Les champs réensemencés ont bien levé. Les fèves semées après le 22 mars ont bénéficié d'un bon sol et d'excellentes conditions climatiques, ce qui a permis une levée rapide et un bon démarrage de la période de croissance.

La période de croissance

Étant donné la bonne quantité de chaleur (unités thermiques de croissance) et les précipitations, le potentiel de rendement du soya est exceptionnel. Le soya est connu pour réagir aux précipitations utiles, particulièrement en juillet et août. La période de croissance de 2006 a connu des unités thermiques de croissance et des précipitations supérieures à la normale. Du 1er mai au 31 août, les stations météorologiques de l'Ontario ont enregistré une moyenne de 75 UTM de plus que la moyenne des trente dernières années. Les pluies utiles qui sont tombées en juillet et août ont permis un excellent développement des gousses et une bonne taille des grains. La plupart des régions ont reçu bien plus de pluies en 2006 qu'en 2005 pour la période allant du 1er mai au 31 août.

Les insectes du soya

La chrysomèle du haricot a constitué une menace importante au printemps et à la fin de l'été. Dans plusieurs régions d'Essex et de Kent, il a fallu répandre de l'insecticide foliaire pour lutter contre ce ravageur. Les dégâts (inférieurs aux seuils économiques d'intervention) étaient apparents sur les feuilles de plusieurs champs à l'ouest de Toronto et même plus haut vers le nord, jusqu'à Grey. C'est également dans des régions nordiques comme Huron que des seuils économiques d'intervention de fin de saison ont été atteints. Au cours des dernières années, la chrysomèle du haricot ne représentait pourtant pas un problème dans ces régions éloignées du nord. En 2007, il faudra suivre de près ce ravageur, et entreprendre la lutte une fois que les seuils d'intervention seront atteints.

Des populations de pucerons du soya ont été signalées dans le Sud-Ouest de l'Ontario, mais les champs sont restés bien en dessous des seuils d'intervention. Par contre, les concentrations se sont avérées plus élevées dans certains champs de l'Est de l'Ontario qui ont presque atteint le seuil d'intervention en fin de saison. Les populations ont cependant faibli à la fin du mois d'août, ce qui a permis d'éviter l'épandage dans la province. Le seuil d'épandage du puceron du soya est atteint lorsqu'on observe 250 pucerons par plant et que la population augmente.

La récolte

Les précipitations excessives et le temps nuageux ont gêné la récolte pendant toute la période allant de septembre à novembre. La période de la récolte de 2006 a été la plus pluvieuse et la plus nuageuse jamais connue. À cause de la pluie, environ 5 à 10 % de la production était toujours sur pied au 1er décembre.

Les défis de 2007 pour la production

Une plus grande superficie

Le temps pluvieux a considérablement découragé les projets d'ensemencement du blé d'hiver. Certains champs destinés au blé seront probablement plantés avec du soya. Ce manque de rotation pourrait favoriser les maladies et l'apparition d'insectes en 2007. Or, le nématode à kyste du soya (NKS) est présent dans des régions aussi éloignées que Brant et Peel à l'est et Bruce au nord. Les producteurs de ces régions devront chercher à réduire l'impact et la propagation de ce ravageur en adoptant de bonnes pratiques de gestion. La culture parallèle de variétés vulnérables favorise l'accroissement des populations de NKS et nuit considérablement au rendement. Au cours de la saison prochaine, il sera essentiel de surveiller chaque champ afin que de bonnes décisions de gestions puissent être prises pour les années suivantes.

Le compactage du sol

La récolte de l'automne s'est effectuée dans des champs dont certains avaient un sol tellement humide qu'elle a entraîné la formation d'ornières et d'autres dégâts. Des producteurs ont eu recours à la charrue pour niveler les ornières et réduire le compactage. Mais le travail supplémentaire du sol engendre des coûts, l'érosion du sol et appauvrit l'état général de la terre. Le compactage posera vraisemblablement un problème en 2007. Pour limiter les causes supplémentaires de compactage, des décisions de gestion devront être prises.

La rouille du soya

Il n'y a eu aucun cas de rouille du soya en Ontario en 2006. La maladie a cependant progressé vers le nord des États-Unis, plus particulièrement vers la fin de l'automne. À l'heure actuelle, la rouille est présente dans 231 comtés de 15 états. L'infection la plus au nord a été signalée à LaFayette, en Indiana. Plus il y a de plants de soya et de végétaux hôtes infectés, plus il se forme de spores. Il est crucial de surveiller ce ravageur de près. En 2007, l'Ontario devra faire preuve de vigilance en surveillant la propagation de la rouille et en se préparant à entreprendre d.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 07 décembre 2006
Dernière révision : 07 juillet 2017

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca