Pour des ententes durables de location de terres agricoles

Avec la saison des récoltes qui s'achève, de nombreux producteurs commencent à penser à s'entretenir avec les propriétaires non-agriculteurs qui détiennent des terres agricoles à louer, au sujet des utilisations qu'ils comptent en faire l'année prochaine. Les propriétaires non-agriculteurs se préparent aussi aux discussions avec un agriculteur qu'ils connaissent ou non. Selon le site Web de Farm and Food Care Ontario, plus de 35 % (4 millions d'acres) de terres agricoles sont actuellement sur le marché de la location. La manière dont sont gérées ces terres peut avoir un effet important sur l'environnement.

Les agriculteurs qui abordent de nouveaux propriétaires ou ceux qui poursuivent une relation existante doivent s'assurer de communiquer avec eux de manière à ce que ces derniers se sentent à l'aise. Cela peut prendre la forme d'une visite ou d'un appel téléphonique ou encore par courriel. Il se peut que vous ayez à donner des renseignements au propriétaire, selon son niveau de connaissances en agriculture, ou si vous utilisez des méthodes plus novatrices. Le fait de mentionner les bonnes pratiques de gestion des sols que vous utilisez peut contribuer à le convaincre que vous vous souciez du bon état de ses terres et que vous souhaitez collaborer avec lui pour améliorer sa propriété. Certains agriculteurs préparent du matériel qui illustre ce qu'ils font pour maintenir ou améliorer la santé du sol. La négociation d'une entente couvrant plusieurs années facilite les démarches de l'agriculteur qui souhaite améliorer la terre cultivée. En faire plus que ce dont le propriétaire a besoin contribue à établir un climat de confiance.

Un article récent publié par le Natural Resources Conservation Service (NRCS) des États-Unis intitulé « Five Questions Non-Operator Landowners Should Ask Their Farmers about Soil Health » (Cinq questions que des propriétaires non-agriculteurs devraient demander à leurs locataires au sujet de la santé du sol) met en scène Barry Fisher, un agriculteur de l'Indiana, ainsi qu'un spécialiste en santé du sol du NRCS. Dans cet article, Barry suggère que les propriétaires non-agriculteurs demandent à leurs partenaires agriculteurs ces cinq questions :

  1. Est-ce que vos pratiques contribuent à augmenter la matière organique du sol?
  2. Faites-vous analyser le sol au moins une fois tous les quatre ans?
  3. Utilisez-vous des pratiques qui limitent le travail du sol?
  4. Semez-vous des cultures de couverture?
  5. Que pouvons-nous faire ensemble pour améliorer la santé du sol sur mes terres?

Dans cet article, Barry Fisher affirme que les agriculteurs peuvent contribuer à améliorer la capacité productive et la résilience du sol sur les terres des propriétaires, mais comme il s'agit d'une démarche à long terme, les propriétaires devraient envisager de conclure des baux d'une durée de plusieurs années afin d'offrir plus de sécurité aux agriculteurs. Il conclut en disant que l'amélioration de la santé du sol peut procurer des revenus stables à long terme aux propriétaires, à sa famille et à l'agriculteur partenaire.

Le site Web de Farm and Food Care Ontario donne accès à un nombre important de ressources visant à faciliter la rédaction d'ententes de location de terres agricoles. Il existe un dépliant qui décrit des expériences d'agriculteurs et de propriétaires, et qui présente de l'information pour les agriculteurs et les locateurs de terres, ainsi que pour les propriétaires terriens. On y trouve aussi une liste de vérification concernant les négociations de bail et un exemple de bail pour location de terres agricoles. Consultez le site suivant : Farmland Agreements et commencez dès maintenant à tenter de vous assurer de meilleurs revenus à long terme tout en améliorant la santé des sols.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca