Degrés-jours de croissance et développement des insectes

Le développement des insectes est directement associé à la température et non aux dates du calendrier. Un certain nombre de degrés-jours de croissance (DJC) doit s'accumuler pour que l'insecte passe d'un stade de croissance à l'autre (p. ex. : de l'œuf au premier stade larvaire). Une température minimale (température de base) doit aussi être atteinte pour que la croissance de l'insecte commence; de même une température maximale freine ou interrompt son développement. Le calcul des degrés-jours de croissance quotidiens en fonction des exigences de croissance de l'insecte permet de prévoir le moment où celui-ci parviendra au stade où il est le plus utile de procéder à son dépistage ou de recourir à des moyens de lutte.

Tous les modèles de DJC utilisent la même équation pour calculer les degrés-jours quotidiens, mais la température de base et la date du repère biologique (la date à laquelle on devrait commencer à calculer les degrés-jours de croissance chaque année) sont propres à chaque espèce d'insecte. On ne peut pas se contenter d'utiliser les calculs des degrés-jours de croissance pour la pyrale du maïs et l'utiliser pour prédire la croissance du ver-gris occidental du haricot, par exemple.

Équation pour le calcul des DJC quotidiens : ((T max + T min) ÷ 2) - T de base

  • T max = température de l'air maximale quotidienne
  • T min = température de l'air minimale quotidienne
  • T de base = température de base de l'organisme en question

L'établissement des DJC associés à un insecte en particulier se fait à partir de recherches fondamentales. Le gros des travaux consiste à élever un insecte dans un certain nombre de cellules de croissance, dont la température ambiante est réglée à des degrés différents, mais constants, puis à surveiller leur croissance. Cette étape aide à établir la température de base appropriée et les températures maximales associées à chaque espèce d'insecte. Étant donné que les températures ne sont pas constantes dans un environnement naturel, des recherches additionnelles sont réalisées sur le terrain afin de surveiller la croissance de l'insecte et les températures quotidiennes minimales et maximales. Ces études contribuent souvent aussi à établir les dates des repères biologiques. Quand les recherches ont été menées ailleurs, il est nécessaire de les valider afin d'établir si elles permettent de prédire avec précision le comportement de l'insecte sous le climat ontarien. Il existe souvent plus d'un modèle de DJC pour effectuer les comparaisons (tableau 1). On doit toujours faire preuve de vigilance lorsqu'il s'agit d'un modèle établi aux États-Unis, car on y calcule souvent les degrés-jours de croissance en Fahrenheit plutôt qu'en degrés Celsius.

Tableau 1. Exemples de DJC requis pour différents insectes nuisibles

Insecte T de base (°C) Date du début du calcul (repère biologique) Référence
Charançon postiche de la luzerne
9
1er avril
Harcourt 1981
Peterson et Meyer 1995
Beauzay et al. 2013
Soroka 2015
Ver-gris noir
10,4
Début quand les captures cumulatives dans les pièges sont de 9 adultes ou plus sur une période de 2 jours
Troester et al. 1983
Story et al. 1984
Showers et al. 1985
Kullik et al. 2005
Criocère des céréales
8
1er janvier
Guppy et Harcourt 1978
Blodgett et al. 2004
Philips et al. 2012
Evans et al. 2014
Pyrale du maïs
10
1er avril
McLeod 1976
Boivin et al. 1986

La recherche initiale sur les degrés-jours de croissance associés au charançon postiche de la luzerne a été effectuée ici en Ontario (Harcourt 1981). Il existe maintenant plusieurs modèles de DJC utilisés en Amérique du Nord, dont bon nombre utilisent au moins une partie de la recherche ontarienne d'origine (tableau 2). Les recherches doivent se poursuivre en raison des changements climatiques et de leurs effets sur les dates de départ de ces modèles.

Tableau 2. Accumulation requise de degrés-jours de croissance pour le développement du charançon postiche de la luzerne

Stade de croissance du charançon postiche de la luzerne Degrés-jours accumulés (base 9°C)
Date de début - 1er avril
Soroka 2015
Harcourt 1981
Éclosion des œufs
155-167
Pic d'éclosion à 155
1er stade larvaire
176-206
+ 42 (= 197)
2e stade larvaire
218-243
+ 42 (= 239)
3e stade larvaire- Important stade destructeur
260-280
+ 46 (= 285)
4e stade larvaire - Important stade destructeur
306-331
+ 58 (= 343)
Pupaison
s.o.
+ 39 + 80 (= 462)
Apparition des adultes
s.o.
s.o.

Les calculs des degrés-jours de croissance sont pratiques surtout lorsque la saison de croissance ne se déroule pas selon les normales. Certaines années (comme ce printemps), les DJC quotidiens peuvent s'accumuler très rapidement, surtout lorsque les nuits sont également tièdes. Les semis retardés font en sorte que l'insecte se développe avant la culture. Lorsque la culture lève enfin, il se peut que l'insecte ne soit déjà plus à son stade le plus destructeur. Si les semis ont lieu beaucoup plus tard, la culture peut échapper à tout dommage si la levée ne se produit qu'après la fin du stade destructeur de l'insecte (tableau 3). Selon l'accumulation des degrés-jours jusqu'au 13 mai, cette année, on prévoit que le charançon postiche de la luzerne causera des dommages de Guelph à Kemptville, alors que leur stade destructeur est déjà terminé aux endroits situés au sud-ouest.

Tableau 3. Degrés-jours accumulés (température de base, 9°C) à divers endroits en Ontario - 2018

Endroit Degrés-jours de croissance accumulés au 27 mai 2018 - Date de début : 1er avril Stade prévu du charançon postiche de la luzerne
Harrow
199
1er stade larvaire
London
191
1er stade larvaire
Guelph
122
3e à 4e stade larvaire
Vineland
167
fin de l'éclosion des oeufs,1er stade larvaire
Peterborough
109*
3e à 4e stade larvaire
Kemptville
140
3e à 4e stade larvaire

Données météo obtenues d'Environnement Canada

*données manquantes pour une journée ou plus


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca