Le haricot sec menacé par le nématode à kyste du soya

Avez-vous déjà eu une culture de haricots secs qui avait l'air en santé mais qui a donné des rendements décevants? Avez-vous déjà observé des plants rabougris ou des plaques jaunâtres sans pouvoir en déterminer la cause? Dans les cas semblables, il serait bon de vérifier si le nématode à kyste du soya (NKS) est présent.

Des chercheurs de l'Ontario et des États-Unis ont démontré que le NKS ne s'en prenait pas seulement au soya; il se reproduit également sur les haricots secs. Le NKS extrait les éléments nutritifs de la plante et peut freiner la croissance des racines. Il peut y avoir ou non des symptômes visibles sur les parties aériennes lorsque les haricots sont infectés.

L'incidence du NKS sur les haricots secs varie selon la catégorie commerciale et peut également dépendre de la variété. Des chercheurs d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) ont planté 40 variétés de haricots secs dans des champs infestés par le NKS en 2010 2011, et environ la moitié avait un nombre de kystes semblable à celui des variétés de soya vulnérables au NKS (figure 1). Il s'agissait notamment de haricots canneberges, de haricots rouge foncé et de certaines variétés de haricots blancs. D'autres essais ont révélé que le haricot adzuki était très vulnérable au NKS, plus encore que le soya.

Figure 1. Portée de la reproduction du NKS sur les racines de différentes catégories commerciales et variétés de haricots secs (T. Welacky et A. Navabi, AAC). Il y a eu une variation considérable entre 2010 et 2011. Environ 50 % des types de haricots secs avaient un nombre de kystes similaire à la variété de soya Sherwin, qui est résistante au NKS.

Figure 1. Portée de la reproduction du NKS sur les racines de différentes catégories commerciales et variétés de haricots secs (T. Welacky et A. Navabi, AAC). Il y a eu une variation considérable entre 2010 et 2011. Environ 50 % des types de haricots secs avaient un nombre de kystes similaire à la variété de soya Sherwin, qui est résistante au NKS.

Équivalent au graphique

Dans le cadre d'études réalisées à l'Université du Dakota du Nord sur 24 variétés (blanc, noir, rognon et pinto), le NKS s'est développé normalement dans toutes les catégories et variétés de haricots. Le haricot rognon comptait un nombre élevé de kystes femelles, comme le soya vulnérable. C'est sur le haricot noir que le NKS se reproduisait le moins. Le nombre de kystes femelles variait beaucoup entre les différentes variétés de haricots blancs. Cependant, dans les autres catégories de haricots, il n'y avait pas de différence d'une variété à l'autre. Des semis de haricots dans lesquels le NKS avait été inoculé (chaque variété, soit pinto, blanc et rognon) ont également été évalués dans des conditions naturelles, et on a établi le rendement après la récolte. On a observé une diminution du poids des semences de haricots pinto infectés par le NKS qui atteignait 56 % dans certains cas, comparativement aux semences non infectées. La diminution maximale était de 37 % et de 31 % pour les haricots blancs et les haricots rognons respectivement; cependant, il n'y a pas eu de pertes à tous les endroits.

En général, le haricot rognon semble être aussi vulnérable au NKS que le soya et le haricot adzuki y est encore plus vulnérable. Le haricot noir et le haricot blanc semblent être moins touchés par le NKS que d'autres types de haricots, quoique des études indiquent une variabilité parmi les variétés de haricots blancs et qu'il y ait eu peu d'études sur le rendement après la récolte. Le haricot canneberge a été peu étudié jusqu'ici.

On sait que le NKS est présent un peu partout dans le sud de l'Ontario ainsi que dans le centre et l'est de la province, y compris dans des régions où le haricot sec est cultivé. Les producteurs doivent prélever des échantillons de sol dans les champs afin de déterminer le risque de perte de rendement. Les échantillons de sol visant à déterminer la fertilité peuvent être divisés et soumis à des laboratoires pour une analyse des NKS. En août ou en septembre, on déterre les racines des plants avec soin et on cherche de petits kystes blancs perlés ou jaunes. Les kystes sont plus petits que les nodules sur les racines (figure 2); il peut être nécessaire de se munir d'une loupe pour les voir. Pour assurer la gestion du NKS, on doit notamment réduire la fréquence des rotations et choisir une catégorie commerciale qui peut bien pousser malgré la présence du NKS. L'Université de Guelph est en train de faire des recherches sur l'efficacité des traitements de semences. À l'heure actuelle, il n'existe aucune variété de haricots secs résistante au NKS.

Figure 2. Nodules de racines comparativement à des kystes de NKS sur des racines de plants de haricots secs (photographie : A. Tenuta, MAAARO)

Figure 2. Nodules de racines comparativement à des kystes de NKS sur des racines de plants de haricots secs (photographie : A. Tenuta, MAAARO)


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca