La hernie dans le canola de l'Ontario

Au cours de l'été 2016, la hernie a été observée dans un champ de canola de la région de Verner et de Nipissing Ouest. La hernie est établie dans les cultures de légumes du genre Brassicacées en Ontario depuis un certain nombre d'années, mais c'est la première fois que sa présence a été confirmée dans du canola en Ontario.

Les symptômes aériens de la hernie comprennent le jaunissement, le rabougrissement, le flétrissement, le mûrissement prématuré et la mort du plant. Ces symptômes sont semblables à ceux qui sont causés par d'autres maladies, des carences nutritives ainsi que par un manque d'eau ou des températures élevées. Les infections qui se produisent à des stades de maturité plus avancés peuvent ne pas donner de symptômes aériens. Pour un dépistage efficace de la hernie, on doit déterrer un plant et vérifier la présence d'excroissances. Les racines des plants infectés deviennent difformes et ne peuvent pas transporter l'eau ou les éléments nutritifs de manière adéquate. Les producteurs ontariens doivent désormais prendre l'habitude d'inspecter les zones de leurs champs qui mûrissent prématurément ou qui semblent en mauvais état et d'arracher quelques plants pour examiner si les racines sont atteintes.

Figure 1. Infection par la hernie dans du canola en Ontario, observée en 2016 (Photo : www.ontariocanolagrowers.ca)

Figure 1. Infection par la hernie dans du canola en Ontario, observée en 2016

(Photo : www.ontariocanolagrowers.ca)

Il se peut qu'il y ait peu ou pas de perte de rendement lorsque le nombre de spores est peu élevé et que les conditions freinent le développement de l'infection (faible humidité du sol, pH supérieur à 7,2). Mais les pertes de rendement peuvent atteindre 100 % dans les champs ou les sections de champ où le nombre de spores est élevé et où les conditions favorisent l'infection en début de saison.

À la suite de la découverte de la hernie dans le canola en Ontario, un sondage préliminaire a été réalisé dans la province. Des échantillons de sol ont été prélevés dans des champs où le canola a été cultivé au cours des trois dernières années, ciblant de nombreuses régions productrices de canola en Ontario, mais non la totalité. Les échantillons ont été prélevés grâce à une participation volontaire des producteurs et des agronomes, et les sites d'échantillonnage ne représentent pas une évaluation complète de tous les champs de canola ou de toutes les régions productrices en Ontario.

L'échantillonnage effectué par le MAAARO comportait environ 20 carottes de sol (à 8 po de profondeur) prélevées dans chacun des champs faisant l'objet du sondage. Les échantillons ont été prélevés dans les sections du champ où l'infection risquait de survenir, soit en suivant un tracé en « W » à proximité de l'entrée principale du champ et, dans certains cas, dans les zones humides du champ. Des méthodes d'assainissement ont été suivies au moment de la prise d'échantillons afin que ces derniers ne soient pas contaminés et que le processus d'échantillonnage ne favorise pas la propagation de la maladie. Une solution d'eau de Javel a été utilisée à cette fin dans le but de nettoyer les sondes, les seaux, les pelles ainsi que les bottes si on n'utilise pas de couvre-chaussures.

Au total, 95 échantillons de sol ont été prélevés et analysés et la hernie a été détectée dans 11 des champs échantillonnés. La hernie a été constatée dans les champs des régions de Temiskaming Shores/New Liskeard, de Nipissing Ouest, de la péninsule Bruce et du comté de Dufferin (voir les figures 2 et 3).

Figure 1. La portion nord incluse dans le sondage sur la hernie a fait l'objet de 68 échantillons de sol prélevés à Thunder Bay, Kapuskasing, Matheson, Cochrane, ainsi que dans les régions du Témiscamingue et de Verner. La hernie a été détectée dans des sols du Témiscamingue et de la région de Verner.

Figure 1. La portion nord incluse dans le sondage sur la hernie a fait l'objet de 68 échantillons de sol prélevés à Thunder Bay, Kapuskasing, Matheson, Cochrane, ainsi que dans les régions du Témiscamingue et de Verner. La hernie a été détectée dans des sols du Témiscamingue et de la région de Verner.

Figure 2. La portion sud incluse dans le sondage sur la hernie a fait l'objet de 27 échantillons de sol prélevés dans les comtés de Bruce, Grey, Wellington, Dufferin, Renfrew et Lanark. La hernie a été détectée dans des sols du comté de Dufferin et autour de la limite entre les comtés de Dufferin et Grey.

Figure 2. La portion sud incluse dans le sondage sur la hernie a fait l'objet de 27 échantillons de sol prélevés dans les comtés de Bruce, Grey, Wellington, Dufferin, Renfrew et Lanark. La hernie a été détectée dans des sols du comté de Dufferin et autour de la limite entre les comtés de Dufferin et Grey.

La hernie se propage par le sol qui est transporté d'un champ à l'autre, ce qui peut se produire, entre autres, par le déplacement de la machinerie, le transport du fumier, dans l'eau ou par l'érosion. Une fois que la hernie est établie dans un champ, il est impossible de l'éradiquer. Les spores peuvent survivre jusqu'à 20 ans dans le sol, mais le nombre de spores de reproduction est considérablement réduit en l'absence de culture-hôte.

On peut réussir la culture du canola dans des champs où la hernie a été détectée par l'emploi de bonnes méthodes de lutte et d'assainissement. La stratégie de lutte la plus efficace consiste à effectuer une longue rotation (4 ans) dans le but de prévenir l'accumulation de spores. Puisque l'agent pathogène est un parasite obligatoire, il ne se reproduit pas sans plante-hôte (famille des Brassicacées). La culture de variétés résistantes à la hernie est également recommandée, et ces variétés devraient être utilisées en présence de risque soupçonné de hernie.

Un bon assainissement du matériel utilisé au champ ainsi que le recours à des pratiques qui restreignent le déplacement de sol d'un champ à l'autre sont importants pour limiter la propagation de la hernie. Ainsi, le fait de travailler et d'ensemencer en dernier les champs déjà infestés par la hernie peut réduire la propagation de la maladie vers les champs non infectés. L'ampleur de l'assainissement du matériel est fonction du niveau de risque perçu et peut consister à retirer le sol du matériel, à laver ce dernier sous pression et à le désinfecter avec une solution d'eau de Javel. Actuellement, il n'y a pas de pesticides homologués pour la maîtrise complète ou partielle de la hernie dans le canola.

Puisque la hernie a été observée dans de nombreuses régions de l'Ontario, les producteurs de canola dans la province devraient surveiller leurs cultures chaque année. Les champs devraient ainsi être inspectés en été et en automne dans les zones où l'on observe la présence de plants jaunis, flétris ou qui mûrissent prématurément. Examiner toutes les sections du champ où les plants semblent en mauvais état ou soumis à un stress et déterrer quelques plants pour vérifier la présence d'excroissances sur les racines. On peut aussi faire analyser des échantillons de sol et de plants par des laboratoires de phytodiagnostic en vue de faire confirmer la présence de la maladie.

On peut trouver des ressources détaillées sur l'identification de la hernie et les méthodes de lutte associées à www.clubroot.ca (en anglais). Communiquer avec le négociant en semences au sujet des variétés de canola résistantes à la hernie qui sont offertes sur le marché et de l'efficacité de ces dernières.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca