Optimiser la qualité du blé d'automne à la récolte

Lorsqu'on pense à obtenir les rendements les plus élevés et la meilleure qualité pour une culture de blé d'automne, on a souvent tendance à miser sur les pratiques de gestion, comme le moment des semis, le choix des variétés, la gestion des éléments nutritifs (azote, phosphore, potassium et soufre) ainsi que sur l'utilisation en temps opportun des fongicides et des herbicides. Mais on peut souvent oublier ou négliger une pratique qui permet aussi d'améliorer la qualité du blé, c'est-à-dire le bon optimal de récolte. La récolte de blé d'automne approche à grands pas; il est donc important de ne pas oublier de planifier ses pratiques en vue d'obtenir la meilleure qualité de blé possible en réduisant la germination sur pied et le risque de fusariose.

Limiter la germination

La germination sur pied peut entraîner un déclassement du blé à la meunerie, ce qui signifie une diminution des revenus générés par la récolte. Il est donc important de prévenir la germination lorsque la culture parvient à maturité. Le blé le plus tolérant à la germination sur pied est le blé de force rouge, suivi du blé tendre rouge et du blé blanc qui n'est pas tolérant à la germination. Des recherches antérieures menées en Ontario ont montré que lorsque la récolte était retardée de deux semaines, la quantité de blé germé augmentait de presque 10 % et les rendements étaient réduits de presque 4 boisseaux/acre (tableau 1). Non seulement il y a perte de rendement, mais le blé risque d'être déclassé en raison de la plus grande présence de blé germé.

Tableau 1. Effet du retard de la récolte sur la germination du blé d'automne. Johnson et al. 2011.

Date de récolte Rendement (boisseaux/acre) Poids spécifique (lb/boisseau) Germination (%)
13 juillet
92,4
62,0
0,0
18 juillet
91,8
61,3
0,0
21 juillet
91,7
60,4
2,3
1er août
88,7
57,8
8,8

Au moment de planifier la récolte, il est donc recommandé de récolter d'abord les champs de blé tendre blanc en premier afin de réduire les risques de germination. Il est également important au moment des semis de blé à l'automne de s'assurer de ne pas semer plus de blé blanc qu'il est possible de récolter en quelques jours seulement.

Lutte contre la fusariose

En 2016, la qualité de la récolte de blé d'automne en Ontario a été la meilleure de son histoire. Cette situation était due aux très faibles niveaux de fusarium et de vomitoxine (DON) dans le blé d'automne. Le temps sec durant la floraison a probablement joué un rôle important à cet égard. On ne peut pas s'attendre cependant à ce que ces conditions se répètent chaque année et il est donc nécessaire d'effectuer les traitements fongicides et la récolte au bon moment pour réduire les risques de fusariose. Si l'on reporte la récolte et que des épisodes de pluie surviennent avant que la récolte commence, la qualité de la récolte peut être grandement compromise. Comme l'ont montré des recherches antérieures, pour chaque épisode de pluie survenant après la date optimale de récolte, on peut perdre environ 1 lb/boisseau en matière de poids spécifique (tableau 2). En outre, on a constaté que dans un champ où la présence de fusariose était faible au moment optimal de récolte, le niveau de fusariose augmentait considérablement lorsque survenaient des épisodes de pluie.

Tableau 2. Effet des épisodes de pluie sur la fusariose dans le blé d'automne. Johnson et al. 2011.

Date de récolte Rendement (boisseaux/acre) Poids spécifique (lb/boisseau) Fusariose (%)
Moment optimal
73,0
61,1
0,7
1 pluie
72,4
59,6
1,1
2 pluies
73,4
58,9
1,3
4 pluies
72,7
58,0
1,8

Tout comme il est important de récolter le blé blanc en premier, il est également utile de récolter dès que possible les champs qui présentent de la fusariose. Cela permet de réduire l'ampleur de la fusariose qui continue à se développer particulièrement lorsque les teneurs en humidité sont élevées (> 19 %). La quantité de grains fusariés peut aussi être réduite en présence de ventilation à l'arrière de la moissonneuse-batteuse. Une recherche réalisée par le professeur Schaafsma à l'Université de Guelph a montré que lorsque les ventilateurs fonctionnaient à une vitesse de rotation maximum, on constatait une diminution significative de grains fusariés (figure 1).

Figure 1. Grains de blé d'automne fusariés.

Figure 1. Grains de blé d'automne fusariés.

Les producteurs peuvent se montrer hésitants à recourir à cette pratique en raison du risque de perdre des grains sains. Cette recherche a cependant montré que bien que des grains sains soient éjectés à l'arrière de la moissonneuse, l'amélioration de l'ensemble de l'échantillon de grains récoltés en raison d'une moindre quantité de grains fusariés compensait les pertes de grains sains (tableau 3).

Tableau 3. Influence de la vitesse du ventilateur sur le rendement du blé, Publication 811F : Guide agronomique des grandes cultures (Professeur Schaafsma, Université de Guelph, 1996).

Comparaison Vitesse de rotation du ventilateur
Réglage du crible : 6 mm (1\4 po) Avant fermé
1160tr/ min 1190 tr/min 1220 tr/min 1250 tr/min
Grains sains au sol
16/pi2
11,6/pi2
31,6/pi2
24,4/pi2
Perte
0,8 boiss./ac
0,6 boiss./ac
1,6 boiss./ac
1,2 boiss./ac
Perte pour un rendement de 60 boisseaux
1,38 %
0,97 %
2,63 %
2,03 %

 

Comparaison Vitesse de rotation du ventilateur
Réglage du crible : 6 mm (1\4 po) Avant fermé
1280tr/ min 1320tr/ min 1330tr/ min 1330tr/ min
Grains sains au sol
35,2/pi2
41,4/pi2
43,6/pi2
42,8/pi2
Perte
1,8 boiss./ac
2,1 boiss./ac
2,2 boiss./ac
2,1 boiss./ac
Perte pour un rendement de 60 boisseaux
2,93 %
3,45 %
3,63 %
3,56 %

 


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca