La culture de soya en rangs espacés - Une bonne option pour les producteurs ontariens

En Ontario, les cultures de soya sont le plus souvent ensemencées en rang étroits (7 à 15 pouces). Sous nos climats, on reproche principalement aux rangs espacés (30 po) de donner souvent de moins bons rendements que les rangs étroits. Selon des recherches menées par l'Université de Guelph à la fin des années 1990, l'écart est de 3 à 5 boisseaux/acre. Les rendements des rangs de 15 po étaient équivalents à ceux des rangs de 7,5 po. Cependant il est possible de combler cet écart en favorisant la croissance végétative de début de saison par l'emploi d'engrais de démarrage et d'autres stratégies appliquées à de nouvelles variétés. En présence de rangs espacés, il est également possible d'épandre un engrais par bandes de 2 x 2, une méthode efficace pour accroître les rendements là où les résultats d'analyse des sols sont médiocres. L'épandage de fongicides foliaires permet aussi de réduire l'écart de rendement. Dans les rangs espacés, les pertes par piétinement sont moindres et la meilleure pénétration du produit accroît l'efficacité des fongicides. Avec la généralisation des systèmes de direction assistée, les producteurs pourraient aussi s'appuyer en grande partie sur le travail du sol par bandes pour combler les pertes de rendement en question.

Pourquoi les rangs espacés? Ils présentent plusieurs avantages : possibilité d'ensemencer le maïs et le soya avec le même appareil, densité des semis plus faible, verse moindre et réduction de la pression exercée par la maladie. Ils permettraient également de mettre en terre une culture de fin de saison. Les cultures de soya en rangs espacés (30 po) sont habituellement moins touchées par la moisissure blanche parce que l'air y circule mieux, le soleil y pénètre bien et les peuplements sont moins denses.

Des essais au champ avec répétition ont été effectués à Elora, Bornholm, Ridgetown et Winchester en 2015. Pioneer Seeds a également évalué les cultures en rangs espacés dans plusieurs localités de l'Est ontarien. Les résultats obtenus variaient selon les sites considérés.

Figure 1. Travail du sol par bandes au printemps sur des rangs de 30 pouces.

Figure 1. Travail du sol par bandes au printemps sur des rangs de 30 pouces.

À la station de recherches d'Elora, en 2015, le travail du sol par bandes a permis de rattraper la perte de rendement associée à la culture en rangs espacés (Tableau 1). L'emploi d'engrais et de fongicides a également permis d'accroître les rendements. Cependant, dans cette localité, les cultures en rangs étroits ont également très bien répondu aux pratiques culturales. De façon générale on a obtenu d'excellents rendements, ce qui a probablement contribué aux bons résultats des rangs espacés.

Tableau 1. Réduction de l'écart de rendement (Elora 2015)

  Rendement
Boisseaux/acre
1) 15 po, sans travail du sol (170 000 graines/acre)
58,8
2) 30 po, sans travail du sol (170 000 graines/acre)
54,0
3) 30 po, sans travail du sol (120 000 graines/acre)
52,6
4) 30 po, travail du sol en bandes 58,6
58,6
5) 30 po, travail du sol en bandes + P K (2 x 2)
62,7
6) 30 po, travail du sol en bandes + fongicide foliaire
65,0
7) 30 po, toutes les méthodes
68,4
8) 15 po, toutes les méthodes
66,4

Traitements 3 à 8 = 120 000 graines/acre
2 répétitions, P = 11 ppm, K = 82 ppm

À Bornholm, les pratiques culturales n'ont pas permis de rattraper la perte de rendement (Tableau 2). C'est dans les rangs étroits et avec les variétés de saison longue qu'on a obtenu les meilleurs rendements. DS04-D3 a une maturité relative (MR) de 0,4 et Titanium une MR de 1,3.

Tableau 2. Réduction de l'écart de rendement (Bornholm 2015)

  Rendement
Boisseaux/acre
1) 15 po, sans travail du sol (170 000 graines/acre)
56,3
2) 15 po, sans travail du sol (120 000 graines/acre)
55,8
3) 30 po, sans travail du sol (170 000 graines/acre)
51,9
4) 30 po, sans travail du sol (120 000 graines/acre)
48,1
5) 30 po, travail du sol en bandes
50,4
6) 30 po, travail du sol en bandes + P K (2 x 2)
54,3
7) 30 po, travail du sol en bandes + fongicide
54,2
8) 30 po, toutes les méthodes
54,0
9) 15 po, toutes les méthodes
60,8
10) 15 po, sans travail du sol (variété P12T82R)
65,3
11) 30 po, travail du sol en bandes (P12T82R)
54,8
12) 30 po, toutes les méthodes (P12T82R)
59,1
13) 15 po, sans travail du sol (variété Apex)
67,1
14) 30 po, travail du sol en bandes (Apex)
62,5
15) 30 po, toutes les méthodes (Apex)
61,8
16) 15 po, sans travail du sol (variété RR2 Titanium)
69,3
17) 30 po, sans travail du sol (RR2 Titanium)
61,4
18) 30 po, toutes les méthodes (RR2 Titanium)
62,5

Traitements 1 à 7, variété NK S04-D3,
Traitements 4 à 8, 11, 12, 14, 15, 17, 18 = 120 000 graines/acre
3 répétitions, P = 15 ppm, K = 119 ppm

À Winchester (Tableau 3), les pratiques culturales ont permis de combler en grande partie la perte de rendement liée aux rangs espacés. À cet endroit, on a effectué un travail du sol conventionnel.

Tableau 3. Réduction de l'écart de rendement (Winchester 2015).

  Rendement
Boisseaux/acre
1) 15 po (170 000 graines/acre)
68,7
2) 15 po (120 000 graines/acre)
70,4
3) 30 po (120 000 graines/acre)
65,7
4) 30 po (170 000 graines/acre)
64,8
5) 30 po (120 000 graines/acre) + 80 livres/acre 11-52-0,3 gal 6-24-6
68,4
6) 30 po + 50 livres/acre N
66,0
7) 30 po + fongicide foliaire
67,5
8) 30 po + fongicide foliaire + fertilisation foliaire
69,3
9) 30 po, toutes les méthodes
67,6

4 répétitions

L'étude de Pioneer Seeds ne montre aucune perte de rendement dans les cultures à rangs espacés dans l'Est ontarien en 2015. Le rendement moyen des rangs de 30 po était de 62,1 boisseaux/acre contre 60,1 boisseaux/acre pour les rangs de 15 po. À noter que ces champs étaient très productifs et étaient touchés par la moisissure blanche. Les sites de l'Ouest de l'Ontario étaient exempts de moisissure blanche.

En moyenne, en 2015, la perte de rendement associée aux rangs espacés était relativement modeste et variait selon le lieu de l'essai et la variété cultivée. Étant donné que 2015 était une excellente année pour la production de soya, de nombreux traitements ayant produit plus de 60 boisseaux par acre, on répétera ces essais en 2016. Là où les rangs espacés étaient associés à une perte de rendement, diverses pratiques culturales (labour en bandes, épandage d'engrais, emploi de fongicides foliaires) ont permis de combler cet écart dans la plupart des localités, mais pas partout. Rien ne permet de penser que les cultures en rangs espacés répondaient mieux à ces intrants que les cultures en rangs étroits. Globalement, si le nombre d'unités thermiques reçues est suffisant et dans les champs où l'on produit des plants de soya hauts et buissonneux, la culture en rangs espacés peut ne pas s'accompagner de perte de rendement si l'on choisit la bonne variété. Les résultats de cette méthode dépendent de la fertilité du sol, de l'ensemencement précoce et d'une excellente maîtrise des mauvaises herbes. La culture en rangs espacés constitue un bon choix là où la moisissure blanche exerce une pression constante et où le potentiel de rendement est élevé. Ce n'est pas un choix à recommander pour les champs à faible potentiel de rendement, là où le nombre d'unités thermiques est limité ou là où l'ensemencement est tardif.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca