Gestion automnale des sols

Garder le sol recouvert durant l'automne et l'hiver

La saison des récoltes tire à sa fin et il est important de réfléchir à ce qui devra recouvrir le sol à l'approche de l'hiver. L'érosion du sol reste un problème et les particules de sol qui s'échappent des champs jusque dans les eaux de surface peuvent être des composantes importantes de la charge de phosphore dans les Grands Lacs. Les proliférations d'algues dans les lacs ont suscité beaucoup d'intérêt récemment, et le public s'attend à ce que le secteur agricole collabore à la réduction des quantités de phosphore qui pénètrent dans les eaux de surface. Les producteurs agricoles doivent faire leur possible pour minimiser la perte de phosphore à partir des champs. Le fait de garder le sol recouvert et de prendre des mesures pour freiner l'érosion aidera grandement à réduire la contribution des sédiments à la charge de phosphore.

Un recouvrement du sol occupant au moins 50 % de la surface de ce dernier avant l'hiver fournira suffisamment de protection et devrait permettre de se retrouver avec une surface recouverte à au moins 30 % après les semis. Dans le cas du soya et des haricots comestibles, il suffit pour laisser des résidus de culture de ne pas travailler le sol ou presque. On peut se contenter d'un seul passage avec travail vertical du sol. Bien sûr, des semis de blé d'automne offriront une culture de couverture qui aidera à protéger le sol durant l'hiver. La présence de résidus de maïs et de céréales est ce qui procure la meilleure protection; cependant, si un certain travail du sol doit être effectué, on peut utiliser, entre autres, un chisel ou une charrue à disque. Éviter de trop travailler le sol afin qu'il y ait au moins 50 % de résidus laissés à la surface. Garder à l'esprit que les instruments qui déplacent le sol, comme le chisel ou la charrue à versoir, accentuent l'érosion du sol.

On observe parfois que certaines cultures de couverture qui sont semées tôt donnent de très bons résultats, alors que d'autres qui ont été semées plus tard et qui ont manqué de pluie n'affichent pas une bonne croissance. Les cultures de couverture présentant une bonne croissance peuvent être laissées sur place durant l'hiver selon l'espèce semée et l'ampleur de la pousse. La plupart des cultures de couverture ne donnent pas une quantité excessive de résidus sur le sol au printemps et peuvent habituellement être facilement gérées. Les cultures de couverture qui n'ont pas connu une bonne croissance cet automne, selon la quantité de résidus produite, peuvent être laissées intactes afin de recouvrir le sol. La plupart des champs contenant du trèfle rouge ont d'excellents peuplements bien fournis. Ces parcelles devraient avoir été laissées jusqu'à la fin octobre avant d'être fauchées afin d'en retirer le maximum d'azote, d'accumulation de biomasse et d'avantages pour l'amélioration du sol.

À propos du phosphore

Le phosphore pénètre dans les eaux de surface, attaché aux particules de sol et directement par les eaux de ruissellement. Dans ces dernières, le phosphore provient surtout des épandages d'engrais. Cet automne, les applications de phosphore ne devraient pas être laissées à la surface du sol, surtout sur les terrains en pente. Si de l'engrais phosphaté est épandu à la surface du sol, il doit être incorporé immédiatement. On peut aussi épandre le phosphore en bandes.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca