Un avenir durable?

Quel automne! La seule bonne nouvelle, c'est qu'après avoir pesté contre les conditions météorologiques, on a le temps de réfléchir. On entend partout parler de durabilité, mais qu'est-ce que ce mot signifie pour vous?

L'avenir semble très prometteur et il semble que de nombreux débouchés intéressants s'offriront à l'agriculture. On peut examiner les rendements que les progrès de la génétique devraient permettre pour ce qui est des cultures végétales, ainsi que l'augmentation de la demande mondiale pour les produits agricoles tels que les denrées alimentaires, les aliments pour animaux et les matières premières industrielles. Bien que le public comprenne mal la nature de l'activité agricole, il est de plus en plus conscient de sa valeur. La technologie rendra notre travail plus facile, plus précis et plus efficace. L'avenir sera décidément très intéressant!

Cependant il faut en revenir à la durabilité. Pour la plupart des gens, la durabilité repose sur trois principaux piliers, économique, environnemental et social. Ces trois piliers sont de nature dynamique. Bien qu'on s'attarde davantage à la durabilité économique, à l'avenir, il apparaîtra de plus en plus clairement qu'il faut prendre en compte ces trois aspects conjointement.

Santé du sol

L'un des paramètres de la durabilité agricole est le concept, mal défini, de la santé des sols. De quoi s'agit-il? Qu'en est-il chez moi? Comment puis-je m'assurer de la santé de mes sols? Sur des sols en mauvais état, il s'ensuit une perte de productivité sous l'effet de l'érosion (perte d'éléments nutritifs et de sol), une diminution de la teneur en matière organique qui se répercute sur la capacité de rétention des éléments nutritifs et de l'eau, ainsi qu'un compactage du sol; sur un sol dont la structure est mauvaise, il est difficile d'ensemencer dans de bonnes conditions et on note de nombreux autres effets néfastes. Dans de nombreux cas, on sait ce qu'il faudrait faire mais on ne peut se résoudre à agir. On peut faire une analogie avec la santé humaine : nous savons tous que nous serions en meilleure santé si nous faisions davantage d'exercice et si nous avions un régime alimentaire plus sain, mais combien d'entre nous mettent réellement ces beaux principes en pratique?

Nous savons parfaitement quels sont les éléments essentiels à la maximisation de nos récoltes : rotations complexes, travail du sol bien dosé, cultures de couverture, couverture du sol, fertilisation bien ajustée et quantités d'eau bien calculées. Mais combien d'entre nous mettons réellement en pratique ces connaissances? Ces dernières années on a constaté un accroissement des pratiques de travail superficiel du sol comme le labour et le disquage. On voit souvent des champs sans le minimum de 30 pour cent de résidus de culture qui devrait permettre de réduire les pertes de terre arable par érosion éolienne et hydrique. Et les arbres disparaissent de plus en plus des terres et des vaines clôtures. Les rotations sont devenues plus courtes, avec davantage de maïs et de soya et moins de foin et de blé. Pour en revenir à l'analogie avec notre santé, le programme d'alimentation et d'exercice de notre exploitation doit devenir véritablement durable.

Eau

La production a beaucoup bénéficié des progrès de la génétique, mais il se peut que le sol permette plus au potentiel génétique de s'exprimer. En décembre dernier, à l'occasion d'une conversation avec Jerry Hatfield, PhD, de l'USDA-NRCS Soil Tilth Lab d'Ames, en Iowa, nous parlions des contraintes susceptibles d'empêcher la pleine réalisation du potentiel de rendement des découvertes génétiques actuelles et à venir. Jerry estime que dans le Corn Belt des États-Unis, pour obtenir un rendement durable de 300 boisseaux/acre, il faudra capturer ou retenir de 5 à 8 pouces supplémentaires d'eau de pluie. L'eau est encore la pierre d'assise de la production végétale, et nous la prenons pour acquise. Les gros rendements supposent d'importants apports d'eau, au bon moment. Quels que soient les progrès de la génétique, l'équation de la photosynthèse reste inchangée : 6 CO2 (dioxyde de carbone) + 6 H2O (molécules d'eau) = 1 CHO (molécule de glucide). Les plantes ont de meilleures capacités d'extraction de l'eau du sol par des systèmes racinaires plus robustes, ou elles peuvent efficacement interrompre certaines de leurs fonctions en cas de manque d'eau, ou émettre du pollen pendant plus longtemps, mais cette équation fondamentale reste la même.

Selon Jerry Hatfield, les recherches climatiques permettent de penser que nous connaîtrons une série de printemps pluvieux, d'étés secs et d'automnes pluvieux. À quelles conséquences faut-il donc s'attendre? Les cultures seront mises en terre dans de mauvaises conditions et formeront des systèmes racinaires peu profonds; pendant la sécheresse estivale, ces systèmes racinaires de piètre qualité auront accès à l'eau en quantité limitée. Les automnes pluvieux compliqueront la récolte, le compactage plus accentué et les dommages subis par le sol se répercuteront sur les cultures des années suivantes.

SoilSmart 2015

Que faut-il faire pour améliorer la santé de nos sols, leur permettre de résister au changement climatique et atteindre le plein potentiel de rendement permis par les derniers progrès de la génétique? Si vous voulez vous faire une meilleure idée sur cette question, je vous invite à assister à SoilSmart 2015. La conférence FarmSmart offre de nouveau un atelier approfondi d'une journée animé par Ray Archuleta de l'USDA-NRCS, Greensboro, Caroline du Nord. Ray, connu internationalement comme « M. Sol », est l'une des personnes les plus passionnées que j'aie rencontrées. Il passera toute la journée avec nous et avec des agriculteurs des États-Unis et de l'Ontario qui ont mis en œuvre des stratégies de santé du sol avec succès. Nous nous appuierons sur des conférences, des démonstrations, des ateliers, des groupes d'agriculteurs et des séances de questions-réponses pour aller au fond de ce qu'il faut savoir pour comprendre les sols et les pratiques d'amélioration de la santé des sols. Nous nous retrouverons au Manulife Sportsplex du parc RIM, au 2100, av. University Est, à Waterloo, le 23 janvier 2015. Pour vous tenir au courant du programme en préparation : www.farmsmartconference.com (en anglais seulement).

Il sera beaucoup question de la santé des sols aux grandes rencontres qui auront lieu dans la province : Southwest Ag Conference, FarmSmart, Grey-Bruce Farmers Week, Eastern Ontario Crops Conference et Innovative Farmers Conference. On espère vous y voir!


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca