Gardez le canola dans votre rotation pour 2015!

En 2014, dans les régions où la saison de croissance est courte, de nombreux producteurs ont profité des contrats et des prix avantageux offerts pour les céréales de printemps et le canola. Ils ont ensemencé de plus grandes superficies de céréales aux dépens du canola. Ceux qui ont semé des céréales ou du canola ont bénéficié de rendements supérieurs à la moyenne. Cette année, grâce au temps frais de l'été et aux pluies plutôt abondantes, on a obtenu des peuplements denses et un excellent remplissage de grain. La qualité était généralement bonne, mais le fusarium était présent dans certaines régions. Les rendements de canola supérieurs aux attentes ont apporté des bénéfices économiques satisfaisants, des chiffres de 1 à 1,75 tonne/acre ayant été fréquemment signalés. La plus grande déception est venue de l'étirement de la récolte de toutes les cultures, et cet automne, la superficie ensemencée en blé d'automne est beaucoup plus faible. En 2015, on s'attend à ce que la superficie de céréales de printemps augmente encore.

Dans la combinaison de cultures, où le canola se situe-t-il? Au cours des deux dernières saisons, les risques liés à la cécidomyie du chou-fleur et les mauvais résultats des mesures de lutte contre cet insecte ont entraîné une importante réduction de la superficie de canola. Ce phénomène était particulièrement notable dans le Nord de l'Ontario où les populations de cécidomyies étaient très nombreuses, et également dans une moindre mesure dans le Sud. Ne renoncez pas à la culture du canola. Déterminez quels sont les champs qui conviendraient le mieux à un ensemencement précoce de canola pour éviter d'importantes pertes dues à cet insecte.

Semez le canola tôt!

Le canola semé à une date précoce est peu exposé aux dommages causés par la cécidomyie du chou-fleur parce que c'est au stade végétatif (de rosette) qu'il est le plus vulnérable. Après leur hibernation, les populations de cécidomyies n'émergent généralement pas avant le milieu ou la fin du mois de mai. Au pic de leur première émergence, le canola semé en avril se trouve alors à la fin du stade de rosette ou au stade de la montée à graines et n'est pas gravement attaqué. Le canola semé précocement subit régulièrement moins de dommages que celui qui est semé plus tard. Selon votre région, il peut être préférable de semer le canola en premier.

Emplacement du champ et rotation

La rotation est la stratégie de prévention de la cécidomyie la plus efficace. Cet insecte passe l'hiver dans les anciennes cultures de canola. Ne pas semer de canola près des champs où cette culture a été produite l'année précédente. La cécidomyie du chou-fleur vole mal, de sorte que les populations ne migrent que vers les champs voisins ou sont transportées par le vent. Quelle devrait être la distance entre les champs? Les données en provenance d'Europe suggèrent un minimum de 600 à 1000 pieds. En l'absence de culture hôte, la femelle adulte ne trouve pas d'endroit pour pondre. Les adultes ne vivent que un à cinq jours.

Dans le Nord, les populations de cécidomyies du chou-fleur étaient nombreuses dans la plupart des régions productrices de canola, de sorte que l'isolement sera difficile. En juillet dernier, à la Journée d'information au Centre de production de canola du nord, Rebecca Hallett, PhD, de l'Université de Guelph, a suggéré que la meilleure façon de réduire les populations de cécidomyies de façon significative dans une région donnée était de ne pas cultiver de canola dans cette région pendant les trois ou quatre prochaines saisons. La cécidomyie du chou-fleur peut survivre dans le sol au stade de pupe pendant au moins deux ans. Ainsi une rotation de trois ou quatre ans sans canola dans une région donnée aurait pour effet de réduire les populations de façon significative (sans toutefois les éliminer) et permettrait de reprendre cette culture pendant au moins un ou deux ans sans risques importants. Dans le Nord, on cultive généralement du canola après des céréales de printemps, et du maïs. Selon les meilleures pratiques, il faudrait choisir des champs où on peut semer du canola à une date précoce, à l'écart des autres champs où on a produit du canola la saison précédente. Ce mode d'ensemencement peut poser des difficultés pour les exploitants qui produisent à la fois des céréales de printemps et du canola parce que l'ensemencement précoce de l'avoine et du blé de printemps apporte aussi un avantage significatif pour ce qui est des rendements.

Surveillance de la cécidomyie

Même là où on sème du canola à une date précoce, on doit assurer une surveillance des populations de cécidomyies et effectuer au besoin des traitements de protection à l'insecticide foliaire. D'autres informations sur les recommandations de gestion paraîtront cet hiver, lorsque les résultats des recherches et des essais au champ avec témoin auront été résumés.

Bien entendu, on ne peut obtenir de forts rendements de canola sans suivre les règles de base sur l'ensemencement et la fertilisation ainsi que la prévention des altises et de la pourriture sclérotique. La culture du canola contribue à « protéger » la rotation, elle permet de répartir la charge de travail, elle apporte une entrée d'argent en été, elle met à profit les éléments nutritifs du fumier et constitue une forme de lutte contre les mauvaises herbes qui, autrement, subsisteraient. Et la culture de canola permet l'ensemencement PRÉCOCE de blé d'automne (la plupart des années) tout en rapportant de l'argent.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca