Autres possibilités pour les pâturages

Les stocks de vaches de boucherie en Ontario, au Canada et dans le monde sont actuellement très à la baisse et rien ne semble annoncer une remontée pour le moment. Cette situation a entraîné des prix records pour les veaux d'embouche et les bouvillons. Les veaux qui se vendent à 3,00 $/lb apportent un revenu brut de 1200 à 1500 $ par vache. Il s'agit du double de la moyenne des dernières années.

Avoir des pâturages se résume en fait à cultiver de l'herbe. Plus on produit de plantes fourragères sur une parcelle de terrain, plus on peut avoir de bétail nourri par cette superficie.

La gestion d'un pâturage consiste d'une certaine manière à laisser suffisamment reposer les parcelles pour leur donner le temps de se régénérer. Si les animaux ont accès à toute la superficie en pâturage, ils choisissent les plantes les plus goûteuses au détriment de celles qui sont moins appétissantes et plus matures. Ainsi, les plantes qui ont meilleur goût sont trop broutées et celles dont le goût est moins agréable ne le sont pas assez. Le goût des plantes fourragères est lié à leur maturité et à leur espèce.

Morcellement et rotation des pâturages

La rotation des pâturages est déterminante pour obtenir une consommation uniforme des plantes fourragères dans les parcelles. Les animaux ne devraient pas rester dans une parcelle ou un enclos pendant plus de 5 jours. Pour une production optimale des pâturages, le bétail devrait brouter une parcelle durant 1 ou 2 jours et cette dernière devrait être laissée libre de 25 à 45 jours pour permettre sa régénération et la repousse.

Au cours de mes nombreuses années de carrière en tant que spécialiste provincial des animaux de pâturage, j'ai observé d'importantes améliorations dans la productivité des pâturages, uniquement en subdivisant ces derniers. Dans la plupart des cas, on peut facilement hausser la productivité de 25 à 35 %. Dans les cas extrêmes, on a même déjà constaté une hausse de 500 %. Étant donné que les champs utilisés pour les pâturages sont déjà clôturés, leur morcellement pour augmenter la productivité est très simple à réaliser. On peut installer un fil électrique (2 au plus) avec des piquets mobiles à l'intérieur de la parcelle pour la subdiviser. Les animaux apprennent rapidement que l'herbe fraîche qui est mise à leur disposition lorsqu'on les déplace est bien meilleure que celle qui est piétinée et souillée par le fumier et l'urine. Voir la vidéo sur la rotation des pâturages en Ontario: www.youtube.com/watch?v=lvE3sylXd0E (en anglais seulement).

L'eau doit également être facilement accessible dans toutes les parcelles de pâturage, mais puisque la source d'approvisionnement en eau peut être la même pour plusieurs enclos, cela ne devrait pas être trop compliqué à faire. Il est assez facile d'apporter de l'eau à l'endroit requis en la pompant dans un tuyau de plastique laissé sur le sol.

Cultures de couverture utilisées pour le pâturage

Les cultures de couverture peuvent aussi être utilisées comme pâturage. Ces plantes cultivées pour protéger le sol peuvent en effet avoir double emploi comme plantes fourragères dans un pâturage. En plus de consommer les plantes, le bétail permettra de convertir les éléments nutritifs de ces cultures sous une forme plus assimilable pour la culture annuelle subséquente. Cet apport additionnel de nourriture pour les animaux permet aux pâturages permanents de se renouveler et de donner des plants plus vigoureux à la prochaine saison de pâturage.

Examinez bien vos champs et ceux de voisinage pour voir s'il n'y aurait pas des superficies en cultures qui seraient mieux adaptées aux plantes fourragères vivaces, ou qui en produisent déjà, mais qui pourraient être plus productives. Je pense que vous serez en mesure de trouver des occasions d'accroître la productivité de votre bétail ainsi que celle des pâturages. Vous trouverez diverses possibilités à explorer dans le document intitulé Rotational Grazing In Extensive Pastures à http://bit.ly/M7M1kE (en anglais seulement).

Il existe plusieurs manières d'augmenter la productivité des pâturages existants et de diversifier les espèces fourragères dans les pâturages. Ces méthodes permettent d'offrir des aliments au bétail à moindre coût et offrent au producteur la possibilité d'améliorer la rentabilité de son entreprise agricole.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca