Points à surveiller pour la saison de maïs 2014

  1. La gestion stratégique de l'azote peut être rentable

    Lorsqu'on applique tout l'azote (N) en présemis, il est difficile de maximiser les rendements des dollars investis dans cet engrais. Il est souvent plus profitable de fractionner les applications. L'amélioration du profit ne provient cependant pas uniquement du fractionnement. Le processus vaut surtout la peine lorsque la seconde application tient compte de la réserve d'azote dans le sol. Si l'on épand 100 lb du produit au départ et que l'on complète par un épandage en bandes latérales de 40 lb du produit, on peut améliorer quelque peu les revenus. Mais si l'on épand 100 lb au préalable et qu'ensuite on tient compte de la température et des analyses de teneurs en nitrates dans le sol pour décider si c'est la bonne année pour appliquer en bandes 0,40 ou 80 lb, alors les possibilités d'améliorer les rendements sont considérablement augmentées.
  2. L'épandage de NAU avec des buses à jet concentré comporte des risques après le stade quatre feuilles du maïs

    Les producteurs peuvent appliquer du NAU (28 %) à l'aide de buses à jet concentré sur le feuillage jusqu'au stade 4 feuilles et se retrouver avec un peu de brûlure sur les feuilles, sans toutefois qu'il y ait perte de rendement. À des stades plus avancés, toutefois, les recherches semblent montrer que les dommages à la culture ou les quantités moindres de N contribuent à réduire les rendements assimilables comparativement au NAU appliqué directement dans le sol.
  3. Surveiller les pertes de N à la suite des épandages en surface

    Lorsque le NAU ou l'urée sont appliqués à une surface de sol humide, les risques de perdre de l'azote par volatilisation augmentent beaucoup comparativement à ce qui se produit si l'application se fait en sol sec. Les résidus de culture contribuent aussi à accroître ce risque.
  4. Mettre l'accent sur l'uniformité de la croissance

    Il est important de tenir compte de tous les facteurs qui peuvent contribuer à l'obtention d'une parcelle uniforme et qui donnent des rendements élevés. L'application d'engrais, l'uniformité du travail du sol, une distribution uniforme des résidus de cultures, le compactage, la profondeur du travail du sol secondaire, la profondeur des semis et l'état de la raie de semis jouent tous un rôle important dans l'obtention d'une parcelle uniforme. L'espacement peut être parfait sans qu'on obtienne une récolte de maïs uniforme et un rendement élevé. Surveiller les plants faibles (qui sont en retard de deux stades de feuilles ou plus, dont le diamètre de la tige est inférieur et dont l'épi est plus petit, etc.). Rechercher ce qui a pu causer ce faible rendement. Vérifier d'abord la profondeur des semis, ainsi que la présence de compactage latéral ou d'une croissance racinaire médiocre.
  5. Essais de travail du sol en bandes

    Le travail en bandes du sol peut-il à la fois être rentable et protéger le sol? Voici quelques conseils pour y arriver :
    1. travailler le sol en bandes au printemps;
    2. incorporer tous les engrais dans cette zone de manière à pouvoir effectuer les semis 6 heures plus tard sans avoir besoin de coutres, d'ouvre-sillons à disque, d'engrais, etc. ;
    3. à l'aide d'un GPS RTK, travailler le sol en bordures de manière à éviter de perturber les rangées en cas de fortes pluies.

Surveillez bien ce qui concerne le matériel et les parcelles en 2014.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca