Les avantages des applications tardives d'azote dans le maïs

On s'est beaucoup penché récemment sur la question des applications tardives d'azote (N) dans le maïs. Trois aspects ont contribué à ce renouveau d'intérêt :

  1. L'utilisation d'équipement permettant d'épandre l'azote (surtout le NAU 28 %) sur des plants de maïs beaucoup plus hauts que ne le permet l'équipement mû par un tracteur utilisé pour l'application en bandes. Il s'agit notamment de pulvérisateurs enjambeurs, dotés de coutres injecteurs ou de systèmes de tubes verseurs.
  2. Des gagnants de concours américains de rendements de maïs ont présenté des exposés en Ontario sur le fait que les applications tardives de N (autour de la période d'apparition des panicules) permettent d'atteindre de nouveaux records dans les rendements de maïs.
  3. Des recherches menées dans le Corn Belt américain ont montré que les nouveaux hybrides ont tendance à prélever plus de N après l'apparition des soies que les anciens hybrides. Lorsque cette recherche a été résumée récemment, la quantité de N prélevée après l'apparition des soies représentait en moyenne 37 % de la quantité totale d'azote prélevée par la culture (Pioneer Crop Insight, mars 2014).

Voici quelques points à se rappeler dans le contexte de l'amélioration des rendements de maïs et de l'efficacité de l'utilisation de l'azote associées à des applications plus tardive de N.

  1. Les recherches réalisées en Ontario confirment l'observation que les applications fractionnées de N améliorent les possibilités de profits, surtout si les épandages de N sont planifiés en tenant compte des précipitations, du potentiel de rendement, de la teneur en nitrates dans le sol et de la couleur des plants de maïs. L'utilisation croissante de pulvérisateurs enjambeurs élargit la fenêtre d'intervention pour les applications fractionnées; cet aspect risque d'être déterminant dans l'amélioration de la gestion de l'azote. Il importe toutefois que la prise de décisions relative à ce nouveau dosage de l'azote soit également perfectionnée; en effet, si l'on se contente d'appliquer la même quantité de N en deux épandages plutôt qu'un, les hausses de profit ne seront pas aussi marquées.
  2. Bien que l'on estime que l'apport de 30 lb de N à l'acre soit suffisant pour permettre d'amener la culture de maïs à la période normale d'application en bandes, cette quantité sera probablement insuffisante pour que la culture parvienne à hauteur de taille ou plus. Il est plus prudent d'appliquer de 60-100 lb/acre de N en début de saison.
  3. L'épandage de 240 lb/acre de N en début de saison et de 60 lb/acre au moment de l'apparition des panicules dans le but de gagner un concours de rendement représente un contexte bien différent que celui où l'on applique 100 lb/acre tôt en saison pour en rajouter 60 lb/acre plus tard uniquement dans le but d'obtenir de meilleurs rendements. Les sols secs, la non-incorporation de l'engrais dans le sol ou l'absence de précipitations après les épandages de N peuvent restreindre la disponibilité de l'azote pour le plant de maïs et risquent d'abaisser nettement les rendements s'il n'y a que 100 lb de N de réellement assimilables durant les périodes où la demande est le plus élevée.
  4. Les risques de ne pas incorporer l'azote dans la matrice du sol sont réels et ils augmentent à mesure que l'on retarde l'application de l'azote. La compréhension des effets des applications tardives de N s'améliore de même que celle des choix d'intervention offerts; on estime donc qu'il est peut-être moins risqué d'envisager de faire des épandages de N lorsque les plants sont à la hauteur de la taille que d'attendre que le maïs soit à la hauteur de la poitrine ou la période de formation des panicules.

Nous comptons sur le travail collaboratif des chercheurs, des producteurs de maïs et du personnel de l'industrie pour perfectionner les systèmes de gestion de l'azote afin que ces derniers soient mieux adaptés aux hybrides modernes à haut rendement et qu'ils puissent générer des profits plus élevés ainsi qu'une utilisation plus efficace des engrais azotés. L'année 2014 permettra la réalisation de nombreuses expériences en Ontario sur l'épandage plus tardif de N dans le maïs à l'aide de pulvérisateurs enjambeurs. Surveillez bien l'actualité dans ce domaine.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca