Dépistage de la cicadelle de la pomme de terre dans la luzerne

La plupart des années, la cicadelle de la pomme de terre (CPT) est l'un des insectes les plus dommageables pour la luzerne. Bien qu'il se révèle rarement problématique lors de la première coupe de foin dans les luzernières établies, le ravageur peut endommager les nouvelles pousses dès la mi-juin. Comparé aux feuilles déchiquetées par une infestation de charançons postiches de la luzerne, le rabougrissement des plants causé par la CPT n'est pas aussi grave, mais le retard de croissance qui en découle réduit significativement le rendement et la qualité de la luzerne (figure 1).

Figure 1 - Plants de luzerne rabougris

Figure 1 - Plants de luzerne rabougris

L'insecte

Les cicadelles arrivent généralement en Ontario à la fin mai. La cicadelle adulte est un insecte vert lime, au corps cunéiforme, d'environ 3 mm (1/8 po) de longueur (figure 2). Les jeunes insectes ou nymphes mesurent environ 0,8 mm (1/32 po) de longueur au moment de l'éclosion. Elles sont semblables aux adultes, mais elles n'ont pas d'ailes et on les trouve souvent sur l'envers des feuilles.

Figure 2 - La cicadelle de la pomme de terre adulte

Figure 2 - La cicadelle de la pomme de terre adulte

Dommages

Les adultes et les nymphes se nourrissent tous les deux de la luzerne. La cicadelle se nourrit plutôt en enfonçant ses pièces buccales à la pointe des feuilles pour sucer la sève du plant de luzerne. Elle y injecte ainsi une toxine qui altère le transport des fluides et des éléments nutritifs dans les feuilles. C'est ce qui donne la brûlure caractéristique de la cicadelle qui se manifeste au début par des taches jaunâtres en forme de V à la pointe des feuilles (figure 3). Les dommages passent souvent inaperçus, car on confond le jaunissement et l'enroulement des feuilles, ainsi que le rabougrissement des plants à des dégâts occasionnés par la sécheresse ou une carence en éléments nutritifs (bore).

Figure 3 - Symptômes de brûlure de la cicadelle de la pomme de terre

Figure 3 - Symptômes de brûlure de la cicadelle de la pomme de terre

Si la luzerne n'est pas traitée, les populations élevées de CPT peuvent réduire les rendements de plus d'une tonne à l'acre, soit environ l'équivalent d'une coupe de luzerne à mi-été. Les dommages causés par les déprédations de la CPT réduisent aussi le développement des racines et la teneur en protéine brute de la luzerne récoltée. Les baisses de rendement et de vigueur dans les luzernières fortement endommagées se répercutent les années suivantes et peuvent accroître les risques de destruction par l'hiver. Les luzernières nouvellement ensemencées et les repousses après les coupes de foin sont plus vulnérables aux attaques de la cicadelle. La grande partie des dommages survient de juin à la mi-août. Les risques sont plus élevés quand les saisons sont chaudes et sèches.

Inspecter les champs avant le début des dommages

Comme les pertes économiques surviennent avant l'apparition des symptômes, il faut dépister les infestations de cicadelles avant qu'il ne soit trop tard. Si les feuilles ont déjà commencé à jaunir, il est trop tard pour éviter des dommages à cette coupe de foin et la meilleure solution est de la récolter immédiatement. Le dépistage avec un filet fauchoir permet de déterminer s'il y a lieu de devancer la récolte ou de procéder à une pulvérisation. Dans les nouvelles luzernières ensemencées au printemps, il faut inspecter les champs quand les plants ont de 10 à 15 cm (4 - 6 pouces) de hauteur. Inspecter tous les cinq à sept jours. Dans les peuplements établis, commencer le dépistage après la première coupe, quand la repousse des plants atteint 5 à 10 cm (2 à 4 pouces) de hauteur.

Pour calculer le nombre de cicadelles présentes, en comptant les adultes et les nymphes, effectuer dix balayages puis diviser par dix. Procéder ainsi en cinq points représentatifs du champ et noter la hauteur de la luzerne. Voici les seuils d'intervention recommandés :

Seuils d'intervention recommandés
Hauteur des tiges Nombre moyen de cicadelles par balayage1
9 cm (3,5 po)
0,2 adulte
15 cm (6 po)
0,5 adulte
25 cm (10 po)
1,0 adulte ou nymphe
36 cm (14 po)
2,0 adulte ou nymphe

11 balayage = mouvement consistant à décrire un arc de 180° (demi-cercle) avec le filet fauchoir

Stratégies de lutte

  • Il existe des cultivars de luzerne résistants à la CPT. Ils ont des poils pubescents sur les feuilles et les tiges qui agissent comme une barrière mécanique à l'alimentation des cicadelles. Parmi les cultivars classés hautement résistants (HR) à la CPT, mentionnons le FSG400LH, TrailBlazer 4.0, WL345LH et Pioneer 53H92 (www.goforages.ca) (en anglais seulement). Les poils pubescents ne sont pas entièrement exprimés la première année, il est donc conseillé de traiter les nouveaux semis de cultivars résistants à la CPT comme s'il s'agissait d'un cultivar de luzerne ordinaire.
  • Avant de décider de la pertinence d'utiliser un cultivar résistant, tenir compte des niveaux d'infestation dans une année typique. Les populations de CPT sont plus élevées dans les comtés bordant le lac Érié et la région du Niagara. Il faut également tenir compte du coût du dépistage, des insecticides et des pulvérisations, ainsi que du supplément payé pour des cultivars résistants et pour ses caractéristiques comme le rendement et la résistance aux maladies.
  • Faucher la luzerne tôt dans la saison peut contribuer à réduire le nombre d'œufs, de nymphes et d'adultes. De plus, il existe un champignon pathogène à l'état naturel qui permet de réduire les populations de cicadelles lorsque le temps est frais et humide.

Pour plus de renseignements sur les insecticides et les étiquettes de produits, se référer à la publication 812F du MAAO et MAR, Guide de protection des grandes cultures.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca