Votre sol est-il en bon état physique?

La santé du sol comporte trois volets : physique, biologique et chimique. Chacun est important, mais la composante physique est celle qui peut avoir l'impact le plus significatif sur le rendement. Les propriétés physiques du sol reposent sur deux indicateurs principaux, soit :

  • sa structure, comprenant entre autres la stabilité des agrégats;
  • sa capacité de rétention d'eau.

Stabilité des agrégats

La stabilité des agrégats est un indicateur de la cohésion des agrégats ou particules de sol lorsqu'ils sont soumis à des tests d'humectation rapide ou de précipitations simulées. Les agrégats du sol qui présentent une bonne cohésion resteront en majorité intacts au cours du test. Les sols présentant une faible stabilité structurale vont se séparer en particules distinctes (Figure 1). Quels sont donc les effets de la stabilité des agrégats dans le champ? Un sol instable est plus vulnérable à l'érosion hydrique. Lorsque les gouttes de pluie entrent en contact avec le sol, les particules individuelles se défont facilement et sont lessivées vers le bas de la pente et éventuellement à l'extérieur du champ. Le même constat s'applique à l'érosion éolienne au cours de laquelle les particules de sol instable se déferont plus aisément et seront emportées par le vent. Par ailleurs, une faible stabilité des agrégats accroît l'encroûtement. En effet, la pluie qui heurte la surface du sol défait les agrégats et les répand à la surface du sol, remplissant ainsi les pores de ce dernier. Avec l'assèchement du sol, une couche solide se forme et ralentit la circulation de l'eau dans le sol, ce qui nuit à la levée des jeunes pousses (Figure 2).

La structure du sol désigne la façon dont les particules du sol s'agglutinent les unes aux autres pour former des agrégats. Lorsque les particules individuelles du sol forment des agrégats, cela donne de plus grosses structures primaires, relativement stables. La structure désigne aussi le type de lien qui unit les particules du sol et les espaces ou pores qui les séparent les unes des autres. La structure exerce un effet important sur les propriétés de l'eau contenue dans le sol et la résistance du sol à l'érosion. Une bonne structure accroît la porosité, l'aération, le drainage, et facilite la pénétration des racines dans le sol. Ce sont tous là des aspects importants dans les sols dont le drainage est déficient, comme les sols argileux. Inversement, l'horizon superficiel des sols ayant une faible structure contient des mottes de terre dures et massives qui constituent de piètres lits de semence pour les cultures. Une faible structure dans les horizons inférieurs provoque la formation de couches denses et compactes qui freinent la pénétration des racines et de l'humidité.

Les particules d'argile ont tendance à s'agglutiner ensemble et à se séparer plus difficilement que les particules de sable. À mesure que la matière organique se décompose en humus, diverses substances sont libérées et contribuent à l'agrégation des particules de sol. La formation de la structure du sol dépend des paramètres suivants :

  • l'alternance d'assèchement et d'humidification ou de contraction et de gonflement, entraînant la formation de fissures et de plans de faiblesse nuisibles aux racines;
  • le cycle gel/dégel;
  • la présence de racines par l'intermédiaire du prélèvement d'eau, des exsudats des racines ou de la matière organique qui lie les particules sur sol et permet la formation de réseaux racinaires;
  • les organismes du sol, comme les vers et les insectes, qui déplacent les particules de sol, les mélangent et libèrent des substances organiques;
  • les microorganismes qui décomposent les résidus végétaux et animaux;
  • le travail du sol qui réduit la taille des agrégats, ce qui représente une méthode artificielle d'améliorer la structure de certains sols, mais généralement à court terme seulement.

Travail du sol

Le travail du sol défait la structure du sol; le travail minimum du sol ou le semis direct sont donc préférables. L'augmentation de la matière organique dans le sol par l'épandage de fumiers, ou d'autres matières organiques comme le compost, diverses rotations culturales et des cultures de couverture vont aussi permettre d'améliorer la structure du sol.

Compactage

Les sols dont la structure est mauvaise ont souvent des horizons compactés. La couche compactée n'a pas une bonne structure, ce qui nuit à la pénétration des racines (figure 3) ainsi qu'à la circulation de l'air et de l'eau. On peut prévenir le problème en adoptant des mesures qui atténuent le compactage, comme garder la charge par essieu inférieure à 5 tonnes, réduire la circulation dans le champ, s'assurer que le sol est en mesure de recevoir la machinerie, utiliser des pneus radiaux et réduire leur pression.

Capacité de rétention d'eau

La croissance des plantes dépend de l'eau contenue dans le sol. La capacité de rétention d'eau d'un sol est un indicateur de la quantité d'eau disponible pour les plantes. L'eau est retenue dans le sol dans les pores de ce dernier et dans la matière organique. L'apport de matière organique, sous forme de fumier ou de compost, est un bon moyen d'améliorer la capacité de rétention d'eau des sols sableux.

Les sols qui sont dans un bon état physique auront une bonne structure. L'eau circule bien dans un tel sol et l'air y pénètre facilement; il ne se forme pas de croûtes, ce qui favorise la croissance des racines (Figure 4). On peut grandement améliorer la structure d'un sol par la réduction du travail du sol et du compactage, le recours à des rotations avec plusieurs cultures, à des cultures de couverture et par l'épandage de matières organiques comme du fumier ou du compost.

Figure 1 - Deux agrégats de dimensions semblables ont été placés dans des boîtes de Pétri remplies d'eau pendant cinq minutes. À gauche, le sol présente une très bonne stabilité des agrégats alors qu'à droite, le sol présente une faible stabilité structurale.

Figure 1 - Deux agrégats de dimensions semblables ont été placés dans des boîtes de Pétri remplies d'eau pendant cinq minutes. À gauche, le sol présente une très bonne stabilité des agrégats alors qu'à droite, le sol présente une faible stabilité structurale. Figure 2 - L'encroûtement du sol attribuable à une faible stabilité des agrégats peut nuire à la levée et réduire considérablement les densités de peuplement.

Figure 2 - L'encroûtement du sol attribuable à une faible stabilité des agrégats peut nuire à la levée et réduire considérablement les densités de peuplement.

Figure 3 - Les racines ont pénétré en profondeur jusqu'à ce qu'elles rencontrent une couche compactée, puis se sont développées à l'horizontale. Le système racine superficiel qui en a résulté sera soumis à des stress hydriques durant les périodes sèches.

Figure 3 - Les racines ont pénétré en profondeur jusqu'à ce qu'elles rencontrent une couche compactée, puis se sont développées à l'horizontale. Le système racine superficiel qui en a résulté sera soumis à des stress hydriques durant les périodes sèches.

Figure 4 - Un sol ayant une bonne structure est propice à la croissance des racines et facilite la circulation de l'eau et de l'air dans le sol.

Figure 4 - Un sol ayant une bonne structure est propice à la croissance des racines et facilite la circulation de l'eau et de l'air dans le sol.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca