Maintien sur le sol d'une couverture végétale composée de résidus de culture ou de cultures de couverture

Protection du sol pendant l'hiver

La récolte d'automne est presque terminée. Le sol a été recouvert par la culture pendant tout l'été et le début automne. D'ici au semis du printemps prochain, le sol sera exposé aux pluies battantes, au ruissellement de l'eau de pluie et des eaux de fonte ainsi qu'aux vents violents. Tous ces facteurs peuvent entraîner une perte importante de sol et dégarnir de la couche arable certaines zones des champs. Or, la perte de ces sols entraînera une baisse de la productivité de ces zones. Toutefois, quelques mesures simples peuvent contribuer à protéger vos sols. Couverture de résidus sur 50 % de la surface du sol L'une des façons les plus simples de protéger vos sols est de laisser des résidus de culture sur au moins 50 % de la surface du sol à l'automne. Des résidus de maïs et de céréales couvrant au moins 50 % de la surface du sol (figure 1) assurent une protection suffisante dans la plupart des situations. Les résidus de culture légers, comme ceux du soya et des haricots comestibles, doivent en général couvrir un plus grand pourcentage de la surface du sol pour assurer une protection convenable. Pour atteindre cet objectif, vous devez limiter le plus possible le travail du sol aux endroits où les résidus n'ont pas été épandus uniformément. Il va sans dire que le sol profitera d'une protection optimale si vous laissez tous les résidus de culture à la surface du champ (figure 2).

Si le champ présente des zones où le ruissellement se concentre et érode le sol chaque année, pensez à ériger un ouvrage de lutte contre l'érosion. De nombreux offices de protection de la nature locaux et le programme Cultivons l'avenir 2 offrent de l'aide sous la forme d'expertise et de subventions.

Gestion des cultures de couverture à l'automne et au printemps

Pour éviter de laisser le sol à nu pendant l'hiver, on peut aussi recourir aux cultures de couverture. Avant le début de novembre, de nombreuses cultures de couverture annuelles auront été tuées par le gel, fauchées, labourées ou encore détruites par des herbicides. Le radis et l'avoine peuvent résister aux températures froides jusqu'au milieu de l'hiver. De leur côté, le trèfle et le ray-grass annuel survivront en général à l'hiver.

Une céréale d'automne sur pied comme culture de couverture peut offrir une bonne protection des sols durant l'hiver, surtout s'il s'agit de sols légers. Il faut cependant envisager de détruire à l'automne les cultures de couverture qui résistent à l'hiver et qui, au printemps, seront difficiles à éliminer dans la culture subséquente. Parmi ces cultures, mentionnons les plantes vivaces (trèfle, ray-grass annuel) et les annuelles d'automne (repousses de blé d'automne).

Une fois la culture de couverture détruite, on peut la laisser dans le champ jusqu'au printemps suivant si le peuplement n'est ni trop dense ni trop haut, en vue du semis direct ou d'un travail léger du sol (figure 3). Comme de nombreuses cultures de couverture affichent une teneur en eau élevée ou sont immatures au moment de la destruction, celles-ci se dessécheront et disparaîtront, laissant très peu de résidus (figure 4). Si la repousse de la culture de couverture est importante, il peut être avisé de faire un certain travail du sol à l'automne, en particulier dans le cas des sols à texture fine.

L'important est de garder le sol couvert pour en prévenir ou en minimiser l'érosion. Il faut donc gérer les résidus de culture et les cultures de couverture de façon à assurer cette protection.

Couche de résidus laissée sur 50 % de la surface du sol à l'automne.

Figure 1 - Couche de résidus laissée sur 50 % de la surface du sol à l'automne.

Résidus couvrant toute la surface du sol à l'automne

Figure 2 - Résidus couvrant toute la surface du sol à l'automne

Avoine et radis cultivés à l'automne.

Figure 3 - Avoine et radis cultivés à l'automne.

Le même champ de loam argileux couvert de résidus d'avoine et de radis au printemps. Le maïs a été semé en semis direct dans ce champ au printemps.

Figure 4 - Le même champ de loam argileux couvert de résidus d'avoine et de radis au printemps. Le maïs a été semé en semis direct dans ce champ au printemps.

 


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca