Système de palissage à axes verticaux

Table des matières

  1. Poteaux
  2. Poteaux et bornes d'ancrage
  3. Tendeurs de fil Gripple
  4. Fil haute résistance
  5. Poteaux d'ancrage d'extrémité
  6. Poteaux en ligne
  7. Crampons
  8. Tuteurs de flèche
  9. Agrafes de fixation des tuteurs de flèche

Les renseignements qui suivent ont été recueillis lors de l’atelier 1997 sur l’arboriculture à haute densité, où il a été question des techniques d’installation des structures de palissage à axes verticaux. Ont plus particulièrement contribué à l’atelier : Hugh W. Fraser, ingénieur agronome, du MAAARO et Darryl Oakes, de Lynoaken Orchards, à Lyndonville (État de New-York).

 | Haut de la page |

  1. Poteaux - Utiliser de préférence des poteaux en pin traité sous pression. Le pin est plus solide que le thuya (cèdre) et dure plus longtemps. En effet, le traitement sous pression est peu efficace chez le thuya à cause de la structure fermée des cellules. Tous les poteaux doivent être enfoncés dans un sol non remanié au préalable. Les poteaux que l’on enfonce à la masse présentent 50 % plus de résistance à l’inclinaison que les poteaux placés dans un trou creusé à la tarière. Chaque fois que la profondeur d’enfoncement du poteau augmente de 33 %, la résistance à l’inclinaison augmente de 100 %. La résistance des poteaux est plus grande en sol argileux qu’en sol sablonneux, de la même façon un sol sec est préférable à un sol humide. Si les trous sont creusés avec une tarière, il faut placer l’extrémité la plus épaisse du poteau dans le trou; si les poteaux sont enfoncés à la masse, c’est l’extrémité la moins épaisse qu’il faut placer en bas. Si l’on utilise des poteaux de qualité inférieure, le palissage risque de tomber prématurément et d’entraîner des pertes chez les arbres et les fruits et des réparations coûteuses. L’instabilité de l’ancrage est un problème courant chez les arboriculteurs qui n’ont pas pris toutes les précautions nécessaires.
  2. Borne d'ancrage - de 5 pieds de longueur et de 5 à 6 pouces de diamètre, non affilée, enfoncée verticalement, à la masse, à une profondeur de 4 pieds dans un sol non perturbé. En viticulture, on utilise avec succès des bornes de 5 pieds à pas de vis.
  3. Tendeur Gripple - On peut utiliser un tendeur de fil de marque GRIPPLE pour relier entre elles deux longueurs de fil. Il est alors inutile de poser un autre raidisseur mécanique sur le fil puisque celui-ci pourra être retendu autant de fois qu’il le faut. Si l’on utilise un raidisseur mécanique à cran d’arrêt, on doit le placer au milieu de la longueur de fil. Les autres raidisseurs de fil mécaniques peuvent courber le fil excessivement et en provoquer la cassure. Retendre le fil ou en modifier la tension selon la saison n’est pas chose courante.
  4. Un fil galvanisé haute résistance, lisse, de calibre 12.5, est recommandé. La manipulation de ce genre de fil est dangereuse car il peut faire ressort et crever un oeil. Toujours porter des lunettes de protection et des gants quand on travaille avec ce genre de fil. Ne jamais plier le fil car il risque de casser plus tard à l’endroit de la pliure. Dérouler le fil de sa bobine avec précaution; ne pas le laisser sur le sol pour le soulever ensuite. Si on ne le déroule pas de la bobine dans le sens contraire à celui dans lequel il a été enroulé, le fil risque d’avoir des mouvements de ressort.
  5. Les poteaux d’ancrage d’extrémité sont enfoncés à la masse à 4 pieds de profondeur selon un angle de 60° par rapport au sol. Ils sont généralement plus lourds que les poteaux de ligne et plus longs afin que lorsqu’ils sont inclinés, le fil soit à 7,5 pieds du sol. Les poteaux d’extrémité font habituellement 14 pieds de longueur et 5 à 6 pouces de diamètre. Comme ce sont les éléments dont dépend le plus la solidité du palissage, il faut les installer avec soin. Le fil passe sur le dessus du poteau, mais il repose sur un ou deux crampons couchés à plat de manière à l’empêcher, une fois tendu, de creuser un sillon profond dans le bois du poteau.
  6. Les poteaux de ligne sont généralement enfoncés à deux pieds dans un sol non perturbé. L’expérience a montré qu’il faut espacer les poteaux de 30 à 50 pieds. En outre, la longueur totale de la rangée d’arbres ne doit pas dépasser 500-600 pieds. Au-delà de cette longueur, la solidité du fil est compromise et les allées et venues dans le verger deviennent trop longues, par exemple à la période de la cueillette.

  7. Fixer le fil sur le côté des poteaux de ligne qui est exposé au vent à l’aide de gros crampons pour résister à l’arrachage. Ne jamais fixer le fil sur le dessus des poteaux car, dans le grain du bois, le crampon ne sera pas ancré assez solidement. Utiliser un gros crampon galvanisé et l’enfoncer sur le côté du poteau à 3-4 pouces du haut.

    Opter pour des crampons en acier galvanisé de 1 ¾ de pouce (ils offrent 50 % plus de résistance à l’arrachage que les crampons de 1 ½ de pouce). Les pointes taillées en biseau sont préférables aux pointes taillées sur quatre faces qui laissent trop facilement le crampon pivoter. Fixer le fil avec deux crampons dans les endroits où il monte ou descend à cause des ondulations du terrain. Ne jamais rentrer le crampon à fond dans le poteau, car cela a pour effet de pincer le fil, de l’affaiblir et d’endommager la couche galvanisée.

  8. Les tuteurs de flèche constituent l’élément le plus coûteux du système de palissage à axes verticaux puisqu’il en faut un par arbre. Les tuteurs sont d’ordinaire fichés en terre sur quelques pouces de profondeur pour stabiliser leur base. On les installe du côté du fil qui est exposé au vent. Le matériau utilisé pour les tuteurs de flèche doit être solide, durable, facile à installer et bon marché.

    • le bambou - économique, mais sa durée de vie est courte
    • le tube en métal galvanisé - bon, mais il risque de se remplir d’eau et de geler.
    • la tige d’acier en angle - de ¾ sur ¾ de pouce; c’est le tuteur le plus facile à installer et qui durera probablement aussi longtemps que le verger.
    • d’autres matériaux peuvent être utilisés, mais certains obligent à poser un fil inférieur, près du sol, pour stabiliser la base des tuteurs. Les arboriculteurs trouvent que la présence de ce fil inférieur complique beaucoup leur travail dans la plantation, bien qu’il soit enlevé au bout de quelques années.

     

  9.  On trouve dans le commerce des agrafes spéciales pour fixer les tuteurs de flèche de manière qu’ils ne glissent pas le long du fil. Certains arboriculteurs utilisent des attaches pour clôture à neige ou du fil galvanisé souple.

 

N.B. On attache l’arbre en général du côté du fil qui est abrité du vent pour éviter le frottement.

La liste des conseils s’améliorera à mesure que les arboriculteurs prennent plus d’expérience. Merci de nous faire savoir quels autres sujets vous aimeriez vous traiter.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca

Auteur : Ken Wilson - spécialist en pomiculture/MAAO
Date de création : 2 février 1998
Dernière révision : 2 février 1998

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca