Recherche sur la drosophile à aile tachetée (DAT) en Ontario

 

La drosophile à aile tachetée en Ontario

La drosophile à ailes tachetées (DAT) est un ravageur d'apparition et on se pose bien des questions sur le comportement qu'aura cet insecte dans les cultures fruitières en Ontario. Fort heureusement, beaucoup de travaux de recherche sont en cours un peu partout en Amérique du Nord et ils nous aideront à apprendre de quelle façon surveiller la DAT et nous donneront les moyens de gérer ce ravageur de façon économique. Les spécialistes du MAAO et du MAR œuvrent de concert avec leurs collègues au Canada et aux É.-U. dans des projets coopératifs où ils se communiquent l'information.

Ici en Ontario, plusieurs projets sont en cours. Il est important que les parties prenantes aient un lien avec ces projets, pour que ceux-ci demeurent pertinents par rapport aux besoins des fruiticulteurs de l'Ontario.

Surveillance et répression accrues de la drosophile à ailes tachetées, envahisseur nuisible des fruits à peau mince en Ontario

Équipe du projet : Rebecca Hallett, Rose Buitenhuis, Tara Gariépy, Hannah Fraser, Justin Renkema

Financement : Programme de recherche 2011/2012 MAAO-MAR/Université de Guelph (plantes des systèmes de production : protection des plantes)

Objectif : 1) Mettre au point de meilleurs pièges, un attractif amélioré et des outils d'identification moléculaire pour surveiller la drosophile à ailes tachetées (DAT). 2) En apprendre davantage sur la dynamique des populations en Ontario, notamment les cultures et les hôtes sauvages qui servent de soutien à la DAT. 3) Préparer une stratégie originale de gestion en réciproque à l'aide de composés végétaux volatils pour repousser et attirer les DAT. 4) Évaluer les parasitoïdes et prédateurs endémiques qui pourraient s'attaquer à la DAT.

Constatations à ce jour : Les pièges où l'entrée et la surface sont grandes pour la volatilisation des attractifs permettent de capturer davantage de DAT. Les leurres de levure-sucre-eau ont permis de meilleures prises comparativement au vinaigre de cidre de pommes, mais les mélanges synthétiques des produits volatils de fruits n'ont pas permis d'améliorer le taux de capture. Les bordures des champs semblent être un habitat d'hivernage important et certaines espèces d'hôtes sauvages abritent des populations de DAT, mais les profils spécifiques de déplacement des bordures des champs à l'intérieur des zones de culture n'étaient pas toujours évidents. En laboratoire, plusieurs huiles végétales essentielles agissant comme puissants répulsifs des DAT adultes ont permis de réduire l'oviposition dans les fruits mûrs. Dans les champs, à petite échelle, les huiles ont aussi entraîné une réduction de l'oviposition dans les fruits. Nous étudions actuellement des technologies permettant de disperser plus efficacement les produits répulsifs dans l'ensemble des cultures et évaluons leur efficacité, combinés aux systèmes d'attraction et d'élimination. On détermine la structure génétique de la DAT en Ontario à l'aide des codes à barres moléculaires; ces résultats servent à évaluer une espèce de coléoptère prédateur et permettra d'étudier les parasitoïdes endémiques sous l'éclairage de la répression biologique

Cycle vital et mouvements saisonniers de la drosophile à ailes tachetées, Drosophila suzukii, dans un contexte multicultural

Équipe du projet : Rose Buitenhuis, Vineland Research and Innovation Centre; Hannah Fraser, MAAO et MAR
Financement : Niagara Peninsula Fruit and Vegetable Growers Association

Objectif : 1) Étudier le cycle vital de la drosophile à ailes tachetées (DAT) et ses mouvements saisonniers entre les sites d'hivernage, les hôtes subsidiaires et les cultures dans la région du Niagara. 2) Offrir à l'industrie des données sur l'incidence locale de la DAT, sa biologie et son comportement, facteurs essentiels pour prévoir les infestations et mettre au point des méthodes de répression plus efficaces.

Constatations à ce jour : La DAT demeure dans le paysage très avant dans la saison froide. Il n'y a pas eu de capture de DAT de la fin de l'hiver jusqu'au printemps. Même si l'on soupçonne que la DAT hiverne dans la région du Niagara, rien n'a pu encore le confirmer. En 2013, la DAT a été observée pour la première fois dans la région du Niagara le 4 juillet. Le dépistage hâtif de la DAT en début de saison peut se faire par piégeage ou par collecte de fruits. Dans le cas des pièges, on recommande les pièges au vinaigre de cidre de pommes en raison de leur facilité d'utilisation et de leur rendement analogue à celui des pièges à levure-sucre. On n'a observé aucun profil évident de déplacements entre les hôtes sauvages et les cultures.

Développement en fonction de la température et hivernage de la drosophile à ailes tachetées

Équipe du projet : Jonathan Newman, Gerry Ryan, Lisa Emiljanowicz, Aaron Langille

Financement : Programme de recherche MAAO-MAR/Université de Guelph

Objectifs du projet : 1) Étudier de quelle façon les paramètres du cycle vital (p. ex. époque de développement par stade, rendement reproductif, taux de mortalité et espérance de vie) sont susceptibles de fluctuer en fonction de la température. 2) Étudier l'écologie d'hivernage de la DAT et 3) créer une population modèle de DAT pour permettre la prévision spatiale et temporelle.

Constatations à ce jour : On a généré les courbes de température concernant la DAT. Le travail actuel se concentre sur l'identification des points critiques maximaux et minimaux de développement. Dans le cadre d'une nouvelle expérience sur l'hivernage, on étudiera comment la DAT passe l'hiver dans les climats de l'Ontario et en quoi cela dépend de l'induction de la diapause, du stade du développement et de l'écotype. Le modèle prévisionnel est presque terminé et devrait être présenté pour publication vers la fin de février 2014.

Une étude démographique de la population de DAT menée par notre groupe est actuellement sous presse dans le Journal of Economic Entomology (détails à suivre).

Surveillance et répression de la drosophile à ailes tachetées en Ontario 2013

Équipe du projet : Pam Fisher, Anne Horst, Denise Beaton, Hannah Fraser, Leslie Huffman, Margaret Appleby, Melanie Filotas

Financement : Ontario Berry Growers Association, Ontario Highbush Blueberry Growers Association. Le projet a été en partie financé par l'intermédiaire de Cultivons l'avenir 2, initiative fédérale-provinciale-territoriale. Le Conseil de l'adaptation agricole participe à l'exécution de Cultivons l'avenir 2 en Ontario.

Objectif : Exercer une surveillance pour dépister la drosophile à ailes tachetées à l'aide de pièges et du contrôle des fruits et fournir aux producteurs des renseignements précis et à jour sur la répression de ce ravageur.

Constatations à ce jour : On a, à l'aide de pièges, constaté la présence de la drosophile à ailes tachetées dans l'ensemble de l'Ontario en 2012 et en 2013, aussi loin vers le nord que New Liskeard, et dans toutes les grandes régions fruiticoles de l'Ontario. Les premières captures par piège de la DAT ont coïncidé avec la récolte des fraises tardives et framboises hâtives dans la majorité des régions. À la mise en commun des prises par pièges par région, on a relevé des profils de population analogues dans chaque région, tout en constatant des populations plus élevées dans le Sud-Ouest et le Sud-Centre de l'Ontario. Des fruits infestés ont été dépistés un peu plus tôt que les premières prises par piège. De la mi-juillet à la mi-septembre, les fruits infestés étaient devenus communs.

Les producteurs peuvent surveiller la présence de la DAT en utilisant des pièges pour les mouches adultes, mais les captures par pièges à la ferme ne sont pas un bon indice de population précoce de DAT. L'immersion hebdomadaire des fruits dans l'eau salée est un procédé plus efficace que les pièges pour dépister les infestations précoces et évaluer le succès des programmes de répression de la DAT. Il est possible que les tests d'immersion dans l'eau salée donnent une sous-estimation des taux d'infestation réels, mais ce moyen semble adéquat pour prévoir la présence ou l'absence du ravageur.

La recherche sur la DAT ces dernières années a permis de réunir beaucoup de données afin d'informer les producteurs sur la façon de dépister ce ravageur et de lutter contre lui.

Liens connexes


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 29 juin 2012
Dernière révision : 01 fevrier 2014

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca