Arrêtez la dérive avant qu'elle commence!

La dérive de pulvérisation de pesticide est la circulation aérienne et le dépôt involontaire de pesticide à l'extérieur de la zone à traiter. La dérive de pesticides a de nombreux effets négatifs, dont :

  • Une quantité réduite de pesticide atteignant la cible, ce qui réduit l'efficacité du traitement.
  • Des pertes financières associées au gaspillage de pesticide et de temps.
  • Des risques pour la santé humaine, pour les plantes sensibles (ex. : cultures adjacentes), pour les organismes non ciblés (ex. : faune et animaux domestiques, insectes pollinisateurs), l'environnement et les biens.

On ne peut pas empêcher complètement la dérive des pesticides, mais ceux qui effectuent les pulvérisations peuvent grandement réduire les risques de dérive. La recherche et la modélisation ont montré que les trois principaux facteurs ayant un effet sur la dérive des particules sont les suivants :

  • la vitesse des vents latéraux;
  • la hauteur de la rampe (c.-à-d. la hauteur de pulvérisation);
  • les dimensions des buses (dimension moyenne des gouttelettes).

Les facteurs suivants ont aussi une incidence sur la dérive des gouttelettes :

  • la pression d'utilisation (une pression accrue diminue la grosseur des gouttelettes);
  • la vitesse de déplacement (une plus grande vitesse au sol intensifie la dérive, surtout en cas de déplacement face au vent);
  • des températures élevées et une faible humidité relative diminuent la dimension des gouttelettes en raison de l'évaporation.

Par conséquent, les risques de dérive des pesticides peuvent être grandement réduits par les mesures suivantes :

  • l'abaissement de la rampe le plus bas possible (ex. : ~50 cm de la cible ou du haut de la culture);
  • l'utilisation des plus grosses gouttelettes possibles permettant tout de même de maintenir une efficacité, ce qui est possible en ayant habituellement recours à des buses à injection d'air et à des volumes de pulvérisation plus élevés;
  • le respect des zones tampons indiquées sur l'étiquette et des réglages de pulvérisation recommandés;
  • la réalisation des pulvérisations lorsque la vitesse du vent est peu élevée à modérée et quand ces derniers soufflent dans la direction opposée aux cultures sensibles, aux aménagements paysagers et aux zones environnementales sensibles. La plantation de brise-vent peut aider à atténuer les effets du vent;
  • la modification du réglage du pulvérisateur si le vent s'intensifie durant la pulvérisation ou l'interruption du traitement jusqu'à ce que les conditions s'améliorent.

Quiconque utilise des pesticides est responsable de les appliquer prudemment. Selon la Loi sur les pesticides, le titulaire d'une licence d'application de pesticides doit détenir chaque année une police d'assurance responsabilité spécialisée qui fournit une couverture suffisante pour son entreprise. L'exploitant qui loue ses services (p. ex., le titulaire d'une licence de pulvérisation) ou qui travaille ailleurs que dans sa propre exploitation doit détenir une couverture complémentaire. Lorsque la dérive de pulvérisation endommage des cultures adjacentes, les experts en sinistres posent généralement les questions suivantes :

  • Les dommages touchent-ils les cultures de l'exploitant qui a fait la pulvérisation? Si oui, il est peu probable que celui-ci puisse bénéficier d'une couverture en vertu d'une police d'assurance.
  • Les cultures endommagées sont-elles celles d'un voisin? Si oui, il est possible que les dommages soient couverts par l'assurance responsabilité de l'exploitant qui a fait la pulvérisation
  • Le produit a-t-il été pulvérisé suivant le mode d'emploi de l'étiquette?

Observer la marche à suivre ci-dessous en cas de soupçon de dommages aux cultures par la dérive des pesticides :

  • Diagnostiquer le problème : de nombreux autres facteurs peuvent causer des symptômes semblables à ceux qui sont provoqués par la dérive des pesticides. Observer les manifestations de dommages aux mauvaises herbes, les types de dommages et les signes de pulvérisations à proximité.
  • Communiquer avec les personnes concernées. Parler aux voisins ou à l'opérateur du pulvérisateur pour savoir quel produit a été épandu, à quel moment a eu lieu la pulvérisation (et qui l'a effectuée).
  • Communiquer avec le bureau régional du ministère de l'Environnement. Les agents du ministère pourront visiter le site, prélever des échantillons de tissus et de sol et les faire analyser pour détecter les herbicides soupçonnés. Les résidus d'herbicides se dégradent très rapidement; l'échantillonnage doit donc se faire très rapidement. Communiquer avec le bureau régional du MEO le plus près ou composer le numéro sans frais (1 800 268-6060) du Centre d'intervention en cas de déversement. (On peut trouver les différents bureaux du Ministère à www.ontario.ca/environnement ou dans les pages bleues du bottin téléphonique).Le cas échéant, l'opérateur fautif peut faire l'objet d'accusation en vertu de la Loi sur les pesticides.
  • Communiquer avec les experts en sinistre associés à la propriété et avec les représentants de l'assurance-récolte, et informer l'opérateur de communiquer avec ses représentants.
  • Consigner tous les détails relatifs au problème constaté, y compris les registres de pulvérisation, les données météorologiques, les photographies avec la date, l'heure et le lieu.
  • Consigner les pertes subies. Trouver une plantation semblable : même âge, même variété, même porte-greffe, etc. Au moment de la récolte, consigner les rendements et la qualité dans la zone ayant subi des dommages, et dans une zone non endommagée. Dans le cas des cultures vivaces comme les vignobles, les vergers, les asperges, les petits fruits, etc., il sera nécessaire de consigner les effets pendant plusieurs années après les dommages. S'assurer de noter tout effet sur la vigueur et la résistance au froid.

Pour plus d'information sur la dérive des pesticides, consulter : Sprayers 101 (en anglais seulement)

Faites votre part- Arrêtez la dérive avant qu'elle commence!

Dommages causés par Command sur des melons.

Dommages causés par Command sur des melons.

Dommages causés par Roundup sur un plant de framboise.

Dommages causés par Roundup sur un plant de framboise.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424 1300
Courriel :ag.info.omafra@ontario.ca