Le soya comme culture fourragère

Table des matières

Introduction

Le soya a d'abord été introduit en Ontario comme culture fourragère destinée aux bovins. Aussi, cette année, compte tenu de certains semis tardifs de soya, de la forte demande de fourrages et du fait que certains champs de luzerne ont été ensemencés de soya après la première coupe, nous paraît-il opportun d'explorer les possibilités d'utiliser le soya comme culture fourragère.

Le soya peut être cultivé comme une annuelle pour la production de foin ou comme culture de pâture; il peut être ensilé ou servir à l'affouragement en vert. Le soya compte parmi les rares légumineuses annuelles utilisées pour la production de foin. Le foin de soya peut de ce fait se substituer au foin de luzerne en cas d'échec de la culture de luzerne. De trois à quatre mois après les semis, le soya produit un foin de qualité égale à celui de la luzerne. Il est habituellement recommandé de servir le foin de soya avec d'autres sortes de foin. .

En 1992, le Journal of Agronomy publiait les résultats d'une étude comparant l'influence de plusieurs facteurs de gestion sur le rendement et la qualité du soya fourrager. Ces résultats sont résumés dans le tableau 1 pour les facteurs de gestion que voici : écartement des rangs, densité de peuplement, cultivars et stade de croissance à la récolte.

Tableau 1. Comparaison des rendements approximatifs et de la qualité du soya fourrager en fonction de divers facteurs de gestion

Facteur de gestion

Rendement (tonnes/ac)

Teneur en protéines brutes (%)

Teneur en NDF (%)

Teneur en ADF (%)
Écartement des rangs

19 cm (7,5 po)

6

18,7

41

30

76 cm (30 po)

5

19,3

41

30
Densité de peuplement

113 300 ppa

5,5

19,2

41

29

360 000 ppa

5,5

18,8

42

30
Stade à la récolte

Stade R1

2

20,1

38,6

28

Stade R3

3,5

18,1

43,1

32

Stade R5

5

18,2

45,7

34

Stade R7

6,5

19,2

40,7

29

Le soya fourrager est cultivé essentiellement suivant les mêmes principes que le soya destiné à la production de graines. La principale différence réside dans le choix du moment de la récolte, une décision qui influence le rendement et la qualité.

  1. Des rangs étroits (18 cm ou 7 po) et des densités de peuplement élevées sont préférables à des rangs très écartés et à des densités de peuplement faibles. Les plants cultivés sous de fortes densités (plus de 125 000 ppa) produisent des tiges de plus faible diamètre, ce qui constitue un avantage puisque les grosses tiges sont moins digestibles et sont refusées par le bétail.
  2. Le choix du cultivar a une influence sur le rendement et la qualité. Les cultivars retenus dans l'étude ne correspondent pas à ceux qui sont utilisés ici. Il ressort quand même clairement de l'étude de ces cultivars que les rendements en matière sèche sont en général plus grands dans le cas des cultivars à maturité tardive.
  3. L'état de maturité à la récolte est le facteur qui influence le plus le rendement et la qualité. Les rendements en matière sèche augmentent au fur et à mesure que l'état de maturité progresse. Les teneurs en protéines brutes diminuent à partir de la fin du stade végétatif jusqu'à la fin du stade de reproduction, mais au fur et à mesure que les gousses parviennent à maturité, les teneurs en protéines brutes augmentent.
  4. Le soya fourrager récolté entre les stades R6 et R7 (lorsque les feuilles commencent à jaunir, mais avant qu'elles ne commencent à tomber - habituellement à la mi-septembre dans notre région) a des teneurs en protéines brutes, en ADF et en NDF comparables à celles du foin de luzerne récolté en début de floraison. Comme les graines de soya ont une plus forte teneur en huile, la valeur de l'extrait à l'éther est beaucoup plus grande dans le cas du soya fourrager que dans le cas de la luzerne fourragère. Même si de prime abord, on aurait tendance à croire que cela constitue un avantage, il n'est pas toujours avantageux de servir de grandes quantités de gras végétaux à des ruminants. L'augmentation de la valeur de l'extrait à l'éther de la ration des vaches en lactation peut augmenter la production de lait, mais peut également diminuer la consommation et nuire à la digestion des fibres. Pour cette raison, il est recommandé que la valeur de l'extrait à l'éther des rations ne dépasse pas 5 %, ce qui signifie que le soya fourrager récolté au stade R7 ne doit pas constituer plus de 50 % de la ration totale en matière sèche.

Il arrive que de l'ensilage de soya soit mélangé à de l'ensilage de maïs. Des études ont démontré qu'il y a peu de différences sur le plan nutritif entre l'ensilage de maïs soya et l'ensilage de maïs. Les mélanges recommandés, constitués de 2 ou 3 parties de maïs pour 1 partie de soya, font un ensilage bien équilibré qui se conserve bien et qui plaît aux bovins sans nuire à la qualité du lait.

Il y a quelques précautions à prendre en ce qui concerne le soya fourrager. Lorsque la moisissure blanche est un problème, la sapidité en souffre. Certaines moisissures peuvent engendrer la production de toxines et doivent donc être analysées avant que le fourrage ne soit intégré à la ration.

L'autre point qui pourrait contre-indiquer l'utilisation de soya comme fourrage est l'herbicide utilisé pour combattre les mauvaises herbes. L'étiquette des herbicides que voici précise que l'utilisation du produit est contre-indiquée sur le soya fourrager. Il est donc important de toujours vérifier l'étiquette des herbicides employés avant de récolter ou de servir le soya comme fourrage.

Herbicides
  • Assure
  • Excel (restriction de 60 jours)
  • Excel + Basagran
  • Fusilade
  • Hoegrass
  • Pinnacle
  • Poast
  • Pursuit
  • Sencor

| Haut de la page |

Le tableau qui suit présente l'analyse de la valeur nutritive du soya plante entière (base matière sèche) à trois stades phénologiques différents. L'information provient d'une recherche effectuée dans le sud-ouest de l'Ontario sur des récoltes effectuées au cours de la première semaine de septembre. Les échantillons diffèrent dans leur état de maturité.


Tableau 2. Analyse de la valeur nutritive du soya plante entière
Élément nutritif % Échantillon 1 :
76 cm (30 po) de haut, feuillage vert

6-8 gousses non remplies, fleurs au sommet du plant

Échantillon 2 :
76 cm (30 po) de haut, feuillage vert

14 gousses, gousses inférieures à demi remplies, gousses supérieures plates

Échantillon 3 :
76 cm (30 po) de haut, feuillage vert

18 gousses, gousses inférieures entièrement remplies et vertes, gousses supérieures ondulées

Protéines brutes 15,4 12,8 21,1
Calcium 1,25 1,28 1,27
Phosphore 0,37 0,33 0,35
Potassium 2,01 1,99 2,07
Magnésium 0,59 0,41 0,40
ADF 29,8 20,2 28,0
NDF 42,5 43,2 41,.3

Source : Gwen McBride, octobre 1992

| Haut de la page |

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca

Auteur : Chris Brown - spécialiste des sols et des cultures/MAAARO
Date de création : Juillet 1999
Dernière révision : 6 août 2003

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca