Analyse de l'évolution des risques liés aux pesticides - Sommaire

L'objet de la présente étude était d'analyser l'évolution des quantités de pesticides utilisées sur les cultures et des risques connexes dans la province de l'Ontario de 1983 à 2008. Les risques liés aux pesticides ont été évalués à l'aide du quotient d'impact environnemental (QIE) (Kovach et al. 1992) et d'un QIE modifié. Le QIE est une mesure du risque potentiel représenté par les pesticides pour les humains et l'environnement; il prend en compte les facteurs de risque suivants : toxicité chronique, toxicité dermique, demi vie à la surface des feuilles, demi vie dans le sol, mode d'action et absorption systémique par les plantes, potentiel de lixiviation, toxicité pour les poissons, potentiel de ruissellement, toxicité pour les oiseaux, toxicité pour les abeilles et toxicité pour les arthropodes utiles. Le QIE modifié se fonde, pour les herbicides de postlevée, sur une cote de demi vie à la surface des plantes; il est calculé en fonction de la demi vie réelle au lieu d'une valeur standard de 3. On a calculé les cotes de risque de 234 pesticides à partir des sources de données publiques, en puisant de préférence dans les évaluations les plus récentes provenant d'organismes de réglementation telles que l'Environmental Protection Agency des États Unis (US EPA), l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), l'EPA de Californie et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour calculer le risque lié à chaque pesticide, on a multiplié la cote de risque correspondante par la quantité utilisée sur chaque type de culture pendant chaque année couverte par l'enquête. On a exprimé l'évolution des quantités de pesticides utilisées et des risques en pourcentage d'augmentation ou de diminution par rapport à 1983. On s'est servi des résultats de l'enquête sur l'utilisation des pesticides de 1983 comme référence ou comme repère pour évaluer la diminution des quantités de pesticides qui peut être attribuée au programme Production alimentaire 2002; l'objet de ce programme était de réduire les quantités de pesticides employées sur les cultures dans la province de l'Ontario de 50 % pour 2002, objectif qui était atteint en 2003. On a analysé les résultats de l'enquête sur l'utilisation des pesticides de 2008 pour mesurer dans quelle mesure l'objectif de Production alimentaire 2002 avait été maintenu.

En 2008, les quantités de pesticides utilisées (à l'exclusion des régulateurs de croissance et des produits employés dans les serres) étaient de 40 % plus basses qu'en 1983; elles étaient cependant nettement supérieures à celles de 2003, année pendant laquelle elles étaient de 52 % plus basses qu'en 1983 (McGee et al. 2004). En 2003 et 2008, le rendement moyen (tonnes par hectare) des cultures était respectivement de 18 et 34 % supérieur à celui de 1983. Ces deux mêmes années, la quantité moyenne de pesticides utilisée par tonne de production agricole était de 54 % inférieure à celle de 1983. En 2008, le risque lié aux pesticides, tel que mesuré par le QIE, était de 39 % inférieur à ce qu'il était en 1983; tel que mesuré par le QIE modifié, il était de 55 % inférieur. De 1983 à 2008, le QIE du risque par kilogramme de pesticide n'a pas changé de façon appréciable; cependant, pendant cette période, le risque moyen par kilogramme de pesticide mesuré par le QIE modifié a diminué progressivement, et sa valeur de 2008 était de 25 % inférieure à celle de 1983. Cet écart s'explique principalement par le fait que dans le QIE modifié, on attribue une valeur moins élevée à la cote de la demi vie du glyphosate à la surface des plantes, et ce produit représentait 43 % des quantités totales de pesticides utilisées en 2008. Les deux systèmes de mesure reflètent également une diminution du nombre et des quantités de pesticides " à haut risque ".

En 2008, c'est dans le maïs et le tabac qu'on relève les diminutions les plus prononcées pour ce qui est des quantités de pesticides et des risques connexes; ce sont ces mêmes cultures qui avaient reçu les plus grandes quantités de pesticides en 1983. La diminution de l'utilisation des pesticides sur le tabac et du risque connexe s'explique principalement par la réduction marquée de la superficie consacrée à cette culture. De 1983 à 2008, cette superficie a diminué de 22 %, mais le taux d'application moyen (kilogrammes de pesticide par hectare) a aussi diminué de 47 %, et le rendement a augmenté de 66 %. Les quantités de pesticides et le risque par tonne de production étaient de 68 et de 75 % inférieurs à ce qu'ils étaient en 1983. En 2008, la superficie des cultures de soya était 2,3 fois plus importante qu'en 1983, et le rendement de cette production avait augmenté de 47 %; cependant les quantités de pesticides utilisées sur le soya n'avaient augmenté que de 13 %. En 2008, le taux d'application moyen était de 52 % inférieur à sa valeur de 1983, et la quantité de pesticides par tonne de production avait diminué de 67 %. Mesurés par le QIE, le risque par hectare avait diminué de 26 % et le risque par tonne de production avait diminué de 50 %. Cependant, mesurés par le QIE modifié, le risque par hectare avait diminué de 63 % et le risque par tonne de 75 %. L'écart entre les résultats des deux méthodes de mesure s'explique par les différences entre les cotes attribuées au glyphosate, le pesticide le plus utilisé sur le soya en 2008.

En 2008, les quantités de pesticides employées sur les cultures de fruits et légumes n'étaient que de 5 % inférieures à ce qu'elles étaient en 1983, mais le risque avait diminué de 23 % pour les fruits et de 10 % pour les légumes à la suite de l'adoption de pesticides à risque moins élevé. Les quantités de pesticides utilisées et les risques connexes étaient beaucoup plus élevés en 2008 qu'en 2003, ce qui s'explique principalement par l'utilisation de plus grandes quantités de fongicides. En 2008, le Sud de l'Ontario a reçu une quantité de pluie supérieure à la moyenne, et le recours accru aux fongicides a permis d'éviter d'importantes pertes de récoltes dans les cultures sensibles. Par contre, en 2003, les quantités de pluies reçues avaient été inférieures à la moyenne.

De 1983 à 2003, la diminution des quantités de pesticides utilisées en agriculture dans la province de l'Ontario a permis d'atteindre l'objectif du programme Production alimentaire 2002, mais on note une nouvelle augmentation entre 2003 et 2008. Cependant les quantités totales utilisées et le risque par tonne de production et par dollar de valeur de récolte n'étaient pas différentes de ce qu'ils étaient en 2003. Le risque par tonne de production était inférieur de 53 % selon le QIE et de 65 % selon le QIE modifié. Le risque lié aux pesticides a diminué davantage que les quantités de pesticides utilisées, ce qui s'explique par la tendance constante vers l'adoption de pesticides à risque moins élevé.


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : avril 2010
Dernière révision : avril 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca