Les mauvaises herbes de l'Ontario :
Clavalier d'Amérique

Retour à La galerie de mauvaises herbes de l'Ontario

Table des matières

  1. Nom
  2. Autres Noms
  3. Famille
  4. Description générale
  5. Tiges et rhizomes
  6. Feuilles
  7. Fleurs et fruits
  8. Habitat
  9. Espèces similaires
  10. Mise en garde
  11. Liens connexes

Nom : Clavalier d'Amérique, Xanthoxylum americanum Mill.

Autres Noms : ZANAM, prickly-ash, frêne épineux, Zanthoxylum americanum Mill.

Famille : famille des Rutacées - Rue

Description générale : grands arbustes ou petits arbres pouvant atteindre 8 m (26 pi) de hauteur; se reproduisant par germination (graines) et à partir de rhizomes étalés, formant souvent des bosquets denses et impénétrables.

Photos et illustrations

Clavalier d'Amérique

Clavalier d'Amérique. A Branche à 5 feuilles pinnatiséquées et à petits fruits. B. Branche florifère au printemps avant l'apparition des feuilles.

Clavalier d'Amérique. A Branche à 5 feuilles pinnatiséquées et à petits fruits. B. Branche florifère au printemps avant l'apparition des feuilles.

 

Tiges et rhizomes : tiges très épineuses, ornées d'une paire de grosses épines (a) triangulaires à chaque noeud, le bout de chaque épine acéré comme une aiguille, pointant vers l'extérieur ou légèrement vers le haut.

Feuilles : feuilles composées-pennées comptant de 2 à 5 paires de folioles (b) et 1 foliole terminale (c); folioles étroitement à largement ovées, à sommet pointu, vert foncé sur la face supérieure et vert clair sur la face inférieure, très finement velues sur cette dernière lorsque jeunes mais devenant ensuite lisses et couvertes de minuscules points translucides (glandes sécrétrices d'huile) semblables à des piqûres d'insectes qui traversent la feuille lorsqu'on les regarde à contre-jour; bord des feuilles très légèrement denté ou presque lisse, la base des échancrures étant garnie d'une minuscule glande jaunâtre.

Fleurs et fruits : fleurs unisexuées, groupées en petites « ombelles » (d) insérées aux noeuds des branches de l'année précédente et apparaissant en mai, avant la croissance des feuilles; fleurs mâles et femelles sur des plants différents; 4 ou 5 pétales jaunâtres, très petits, de 1 à 2 mm (1/25-1/12 po) de longueur; sépales absents; 4 ou 5 étamines, plus longues que les pétales chez les fleurs mâles (productrices de pollen); de 3 à 5 pistils chez les fleurs femelles (productrices de graines) formant de petites follicules pédonculés, sphériques ou elliptiques, d'environ 5 mm (1/5 po) de diamètre qui se fendent au sommet pour relâcher 2 graines. Floraison en mai; graines mûres en août et en septembre.

Habitat : on trouve le clavalier d'Amérique dans les prairies humides et les bois du sud et du sud-ouest de l'Ontario.

Espèces similaires : On le distingue des rosiers sauvages et cultivés (Rosa spp.) [rose] par ses grappes de petites fleurs jaunes (d) sur des branches sans feuilles en mai, et par ses paires d'épines triangulaires (a) fixées à chaque noeud de la tige plutôt que dispersées irrégulièrement le long de la tige. Les formes arborescentes du clavalier d'Amérique ainsi que ses formes arbustives de grande taille sont parfois confondues avec le robinier (Robinia spp.) [ROBSS, black locust] ou le févier (Gleditsia spp.) [GLISS, honey locust], ces derniers ayant des feuilles composées et des tiges qui peuvent porter des paires d'épines à la base de chaque feuille; elles s'en distinguent toutefois par leurs petites fleurs unisexuées jaunâtres qui s'épanouissent en mai sur des branches sans feuilles (contrairement aux deux autres espèces dont les fleurs grandes et voyantes, semblables à celles du pois, s'ouvrent après l'apparition des feuilles), et par les folioles de leurs feuilles divisées une fois qui sont couvertes de points translucides et bordées de dents très peu profondes où s'intercalent de minuscules glandes jaunes. Ses feuilles alternes, composées-pennées, à bord lisse, ressemblent à celles du sumac à vernis mais ses paires d'épines et ses fleurs précoces sont caractéristiques.

Mise en garde : Le feuillage peut être brouté quand les autres fourrages sont rares; cependant, comme on le soupçonne d'être la cause de l'intoxication de bovins et d'ovins en Indiana, il faut être prudent quand on le trouve dans des régions où le bétail est en pâturage.

| Retour à La galerie de mauvaises herbes de l'Ontario |


Liens connexes

 


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 01 juillet 2000
Dernière révision : 14 octobre 2004

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca