Les mauvaises herbes de l'Ontario : Persicaire pâle

Retour à La galerie de mauvaises herbes de l'Ontario

Table des matières

  1. Nom
  2. Autres Noms
  3. Famille
  4. Description générale
  5. Tiges et rhizomes
  6. Feuilles
  7. Fleurs et fruits
  8. Habitat
  9. Espèces similaires
  10. Liens connexes
  11. Pour plus de renseignements...

Nom : Persicaire pâle, Polygonum lapathifolium L.,

Autres noms : POLLA, pale smartweed, persicaire à feuilles de patience, persicaire élevée, pale persicaria, white smartweed.

Famille : famille des polygonacées - Renouée, sarrasin

Description générale : ressemble beaucoup à la renouée persicaire, mais de taille variable, dépassant à l'occasion 2 m (6,5 pi) dans les zones marécageuses; d'ordinaire, atteint seulement de 45 à 90 cm (1,5-3 pi) de haut dans les champs cultivés; presque couchée dans les terrains dégagés.

Photos et illustrations

Persicaire pâle
Persicaire pâle

Renouée persicaire. A. Plante entière. B. Portion de tige avec pétiole et ochréa. Persicaire pâle. C. Portion de tige montrant la face inférieure du limbe, le pétiole et l'ochréa. Renouée de Pennsylvanie. D. Portion de tige inférieure avec pétiole et ochréa. E. Portion de tige supérieure avec pétiole et ochréa.

Renouée persicaire. A. Plante entière. B. Portion de tige avec pétiole et ochréa. Persicaire pâle. C. Portion de tige montrant la face inférieure du limbe, le pétiole et l'ochréa. Renouée de Pennsylvanie. D. Portion de tige inférieure avec pétiole et ochréa. E. Portion de tige supérieure avec pétiole et ochréa.

 

Tiges et rhizomes : tiges légèrement gonflées à la hauteur des noeuds (g, C) ou juste au-dessus, surtout sur les plantes de grande taille; ochréa parcheminé, lisse, glabre, à bord muni ou non d'une frange de courts poils (j) invisibles à l'oeil nu; bas des tiges lisse et glabre mais haut des tiges et des rameaux, près ou à l'intérieur de l'inflorescence, un peu rugueux et poisseux à cause de minuscules glandes sessiles, jaunâtres ou ambre, la plupart mesurant moins de 0,2 mm (1/100 po) de longueur, semblables à celles (h) de la renouée des oiseaux mais beaucoup plus courtes.

Feuilles : feuilles de taille et de forme sensiblement identiques à celles de la renouée persicaire, mais la face inférieure des 5 à 7 premières feuilles situées au-dessus des cotylédons a un aspect feutré dû à la présence de poils blanchâtres, courts et drus. À partir de la 6e, 7e ou 8e feuille au-dessus des cotylédons, la face inférieure change brutalement d'aspect : au lieu des poils blanchâtres, elle porte d'innombrables glandes (h) minuscules, de couleur jaunâtre ou ambre, légèrement encastrées sous l'épiderme inférieur du limbe; on remarque ces glandes aux différences de reflet de lumière quand on enroule la feuille à l'envers autour du doigt ou à la traînée jaunâtre que laisse une feuille fraîche frottée sur un tissu ou un papier blanc.

Fleurs et fruits : fleurs groupées en épis blanchâtres, plus rarement rosâtres, longs et minces, de 7 à 10 cm (3-4 po) de longueur, souvent retombants sauf ceux, plus courts, des rameaux latéraux; épis latéraux ayant au moins 1 cm (2/5 po) de tige nue au-dessous de la fleur la plus basse; sépales des fleurs plus longs que le fruit, leurs pointes jointes en un « bec » surmontant ce dernier; « graine » luisante, noire, à contour arrondi, mais de section aplatie, à côtés aplatis légèrement déprimés ou dentés au milieu, habituellement moins de 2 mm (1/12 po) de diamètre. Floraison de juin à août.

Habitat : La persicaire pâle est une plante indigène commune près des cours d'eau, des lacs et des creux de terrain humides partout en Ontario. Elle persiste souvent en tant que mauvaise herbe dans ces zones même après leur mise en culture. On la rencontre aussi sur les terres hautes assez bien drainées et fréquemment dans les champs cultivés, les pâturages, les jardins et en bordure des routes.

Espèces similaires : On la distingue de la renouée persicaire par la face inférieure blanche et velue des 5 à 7 feuilles du bas, les minuscules glandes (h) jaunes ou ambre à la face inférieure des feuilles du haut, l'absence de poils sur l'ochréa (j), les tiges supérieures glanduleuses et les fruits jamais arrondis-triangulaires mais toujours aplatis et aux bords légèrement déprimés.

| Retour à La galerie de mauvaises herbes de l'Ontario |


Liens connexes

 


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 01 juillet 2000
Dernière révision : 14 octobre 2004

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca