Les mauvaises herbes de l'Ontario :
Euphorbe ésule

Nom : Euphorbe ésule, Euphorbia esula complex*

Autres Noms : EPHES, leafy spurge, euphorbe feuillue.

Famille : Spurge Famille (Euphorbiaceae)

Description générale : plante vivace se reproduisant par germination (graines) et par des racines très étendues qui portent de nombreux petits bourgeons rosâtres desquels jaillissent de nouvelles pousses feuillues.

Photos et illustrations

Euphorbe ésule (A -plante entière; B - partie de l'inflorescence où l'on peut voir les cyathes situés entres les paires de bractées

Euphorbe ésule (A -plante entière; B - partie de l'inflorescence où l'on peut voir les cyathes situés entres les paires de bractées

Euphorbe ésule. A. Sommet d'une plante florifère. B. Détail d'une partie de l'inflorescence montrant 2 bractées ovales (e), chacune portant un petit axe à son aisselle; entre les rameaux, on trouve un cyathe, soit une coupe (h) ornée de glandes en U (j) et de lobes minuscules (k) sur ses bords; on y voit 3 fleurs mâles (f) (3 étamines uniques) et une fleur femelle (g) (1 pistil unique) qui jaillissent du centre.

Euphorbe ésule. A. Sommet d'une plante florifère. B. Détail d'une partie de l'inflorescence montrant 2 bractées ovales (e), chacune portant un petit axe à son aisselle; entre les rameaux, on trouve un cyathe, soit une coupe (h) ornée de glandes en U (j) et de lobes minuscules (k) sur ses bords; on y voit 3 fleurs mâles (f) (3 étamines uniques) et une fleur femelle (g) (1 pistil unique) qui jaillissent du centre.

Tiges et rhizomes : semblable à l'euphorbe cyprès mais plus grande et moins raffinée. Tiges dressées, pouvant atteindre 1 m (40 po) de hauteur; feuilles nombreuses, alternes (1 par noeud) (a) ou groupées, certaines semblant alors opposées (2 par noeud) (b), de 3 à 7 cm (1 1/4-3 po) de longueur, linéaires ou cunéiformes, 7 feuilles ou plus rassemblées en un verticille au bout de la tige (c); inflorescence verdâtre, en forme de grande ombelle à 7 axes ou plus au sommet de la tige principale (c) et en bouquets ramifiés plus petits au bout de ces axes et au sommet d'autres rameaux inférieurs (d); bractées (e) de l'inflorescence très largement ovées ou presque réniformes, se terminant habituellement de façon abrupte en une pointe très fine.

Feuilles : nombreuses, alternes (1 par noeud)(a) ou groupées, certaines semblant alors opposées (2 par noeud) (b), de 3 à 7 cm (1 1/4-3 po) de longueur, linéaires ou cunéiformes, 7 feuilles ou plus rassemblées en un verticille au bout de la tige (c); inflorescence verdâtre, en forme de grande ombelle à 7 axes ou plus au sommet de la tige principale (c) et en bouquets ramifiés plus petits au bout de ces axes et au sommet d'autres rameaux inférieurs (d); bractées (e) de l'inflorescence très largement ovées ou presque réniformes, se terminant habituellement de façon abrupte en une pointe très fine.

Fleurs et fruits : fleurs minuscules, unisexuées et très inhabituelles, serrées les unes contre les autres en une structure cupulaire (h) appelée cyathe (B), dépourvue de pétales et de sépales, dont le bord porte 4 glandes jaunâtres en forme de U (j) et 4 lobes minuscules (k); l'inflorescence renferme un petit nombre de fleurs mâles (productrices de pollen) à une seule étamine (f) infime, sans sépales ni pétales, et une seule fleur femelle (productrice de graines) réduite à un pistil unique (g), sans sépales ni pétales; capsules (m) trilobées, contenant 3 graines d'environ 2,5 mm (1/10 po) de longueur, lisses, grisâtres, jaunâtres ou brunâtres, habituellement ornées, d'une minuscule bosse jaune près de la base; les capsules éclatent lorsqu'elles sont sèches et projettent leurs graines à plusieurs mètres dans toutes les directions. Les plantes sont vert foncé ou presque vert bleuâtre au printemps, devenant vert jaunâtre ou vert olive au moment de la floraison, en juin et juillet, puis virant au vert terne ou parfois vert rougeâtre après la floraison; elles ont parfois une deuxième période de floraison à la fin d'août ou en septembre, perdant leurs graines alors qu'elles fleurissent encore.

Habitat : on trouve l'euphorbe ésule dans plusieurs localités de l'Ontario, dans de nombreux types de sols et d'habitats, dont les terres cultivées, les prairies, les pâturages, les terrains incultes, les boisés dégagés, les jardins et le bord des routes.

Espèces similaires : elle se différencie de la plupart des autres plantes par son suc laiteux, ses racines étalées, ornées de bourgeons roses, ses feuilles vertes et étroites, presque alternes, et son inflorescence vert jaunâtre. Elle se distingue de l'euphorbe cyprès par sa taille plus grande et son aspect moins raffiné, ses feuilles plus longues et ses rameaux moins nombreux dans l'ombelle principale, au bout de la tige. On la reconnaît entre les euphorbes annuelles à port dressé par son cycle de croissance vivace et ses longues tiges grossières aux feuilles essentiellement linéaires.

* Il faut signaler la confusion généralisée qui persiste encore en ce qui concerne le botanique de l'euphorbe ésule qu'on trouve en Amérique du Nord. Ce qu'on nomme euphorbe ésule est en fait un complexe de plusieurs groupes de plantes étroitement apparentées qui semblent avoir des caractéristiques physiologiques différentes malgré leur aspect très semblable. Insectes et maladies savent les distinguer, même si les personnes n'y parviennent pas! Les noms E. virgata et E. x pseudovirgata sont également utilisés dans la documentation scientifique actuelle pour désigner ce complexe.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca