Punaise de la molène

Extrait du Publication 310F, Lutte intégrée contre les ennemis du pommier,
Pour commander la publication

Table des matières

  1. Introduction
  2. Description
  3. Cycle biologique
  4. Dommages
  5. Surveillance et seuils d'intervention
  6. Lutte

Introduction

La punaise de la molène, Campylomma verbasci (Meyer), peut être dévastatrice pour la Red Delicious et parfois pour d'autres cultivars comme Northern Spy, Empire et Spartan. La punaise de la molène est en même temps un prédateur important qui, durant l'été, se nourrit de tétranyques rouges et de pucerons verts du pommier.

Description

Les œufs mesurent 0,8 mm de long, sont blancs et ont la forme d'une bouteille. Les punaises de la molène passent par cinq stades nymphaux avant de devenir adultes. Les nymphes mesurent 0,5-2,5 mm de long, sont jaunes, ont la tête pointue et les yeux rouges (figure 4-72). Elles peuvent facilement être confondues avec les nymphes de plusieurs autres insectes, dont celles des pucerons et des cicadelles. La figure 4-73 présente les principales caractéristiques qui permettent de distinguer les espèces. La punaise de la molène adulte mesure 3 mm de long, est de forme ovale et d'une teinte allant du vert pâle au brun clair (figure 4-74). Les antennes sont segmentées et les pattes postérieures présentent des taches noires et sont recouvertes d'épines.

Figure 4-72. Jeune nymphe de la punaise de la molène.

Figure 4-72. Jeune nymphe de la punaise de la molène.

 

Puceron

Puceron

  • déplacements lents
  • corps vert
  • cornicules (petites cornes)

Punaise de la molène
Punaise de la molène

  • antennes segmentées
  • déplacements rapides
  • yeux rouges
  • corps vert lime

Cicadelle blanche du pommier
Cicadelle blanche du pommier

  • mouvements erratiques
  • corps allongé
  • corps blanc ou jaune

Figure 4-73. Caractéristiques distinctives des stades nymphaux de différents ennemis du pommier.


Figure 4-74. Adulte de la punaise de la molène
Figure 4-74. Adulte de la punaise de la molène.

Cycle biologique

La punaise de la molène infeste deux principaux hôtes : la molène et le pommier. Elle infeste à l'occasion les poiriers, vignes, rosiers sauvages, amélanchiers et chênes. L'insecte hiverne au stade d'œuf, ceux-ci étant insérés profondément dans l'écorce des rameaux de un ou deux ans des pommiers. L'éclosion des œufs commence durant la floraison et se poursuit jusqu'au calice. La plupart des années, l'éclosion coïncide avec le pic d'apparition des adultes au début du stade calice, mais il suffit d'un coup de froid durant cette période pour que l'éclosion soit fractionnée, ce qui complique les interventions phytosanitaires.

Les nymphes se nourrissent au départ de la sève provenant des nervures des feuilles et des jeunes fruits en croissance. Plusieurs semaines après le calice, les nymphes deviennent prédatrices et commencent à dévorer notamment des tétranyques rouges et des pucerons. Les nymphes qui ont dévoré des tétranyques ont le dessous de l'abdomen rouge. Les nymphes passent par cinq stades nymphaux avant de devenir adultes. Nymphes et adultes se déplacent rapidement. Souvent, les adultes s'envolent sitôt qu'ils sont dérangés. Les adultes migrent vers les plants de molène, qu'on trouve souvent en Ontario sur les berges des fossés et en bordure des routes, où ils se nourrissent pendant tous les mois d'été. La surveillance effectuée tout au long de l'année dans les vergers de pommiers indique qu'une partie des populations de punaises de la molène reste dans le verger durant l'été. À la belle saison, elles sont considérées comme des prédateurs importants des pucerons et des tétranyques. Ce n'est que vers la fin de l'automne que les punaises de la molène femelles envahissent les pommiers et y pondent les œufs hivernants dans le bois tendre. On compte deux ou trois générations de punaises de la molène par année.

Dommages

De la floraison au stade calice, les nymphes de la punaise de la molène causent des pertes économiques dans les vergers plantés de certains cultivars, particulièrement la Red Delicious et la Spartan. Il arrive également que les cultivars Northern Spy, Empire, Cortland, Gala, Jonagold et Golden Delicious soient également touchés. D'autres cultivars, dont le McIntosh, semblent largement épargnés, mais on ne sait trop si c'est parce que l'insecte ne s'attaque pas à leurs fruits ou si c'est parce que ces cultivars sont immuns aux piqûres de la punaise de la molène. Les lésions laissées par les pièces buccales ressemblent à de petites bosses rougeâtres à la surface des fruits (figure 4-75). Les fruits sont souvent piqués à plusieurs endroits, ce qui amène la majorité d'entre eux à avorter juste avant ou durant la chute de juin. Les fruits endommagés qui restent sur l'arbre peuvent développer de petites verrues liégeuses ou des bosses entourées de dépressions coniques (figure 4-76). À mesure qu'ils grossissent au fil de la saison, les fruits deviennent déformés. Sans intervention, la punaise de la molène peut endommager jusqu'à 75 % des pommes des vergers de l'Ontario.

Figure 4-75. Lésions causées par la punaise de la molène sur de jeunes fruits.

Figure 4-75. Lésions causées par la punaise de la molène sur de jeunes fruits.
Figure 4-76. Lésions observées sur la Red Delicious

Figure 4-76. Lésions observées sur la Red Delicious.

Surveillance et seuils d'intervention

Commencer le dépistage des nymphes durant la floraison et n'y mettre un terme que deux ou trois semaines après le stade calice. Comme les œufs éclosent généralement presque tous en même temps, il est recommandé d'effectuer les opérations de dépistage à intervalles rapprochés (deux ou trois fois par semaine). Des intervalles plus longs (une fois par semaine) risqueraient de faire rater le moment de l'apparition des premiers adultes et le seuil d'intervention, ce qui peut être lourd de conséquences pour les fruits. Faire la surveillance de la punaise de la molène par la technique du tapotement au-dessus d'un plateau de collecte (figure 4-77). Pour savoir comment construire un plateau de collecte, voir l'annexe E, Fabrication d'un plateau de collecte, p. 209XX. Inspecter au moins 25 pommiers par bloc, à raison de une branche maîtresse par pommier. Pour déloger les insectes, donner deux ou trois petits coups secs sur la branche en maintenant sous elle un plateau de collecte. Vérifier le plateau avant de passer au pommier suivant. Les nymphes nouvellement écloses sont assez difficiles à voir. Il est recommandé de se munir d'une loupe pour les identifier formellement.

Figure 4-77. Surveillance de la punaise de la molène par tapotement des branches au-dessus d'un plateau de collecte

Figure 4-77. Surveillance de la punaise de la molène par tapotement des branches au-dessus d'un plateau de collecte.

Choisir des branches qui portent des bouquets de fruits, car les punaises de la molène s'y trouvent souvent. Se concentrer sur l'échantillonnage des cultivars sensibles et des blocs où des infestations de punaises de la molène ont déjà été observées. Pour l'échantillonnage par tapotement des branches, attendre qu'il fasse soleil et que les températures se soient adoucies. S'il fait froid, que le temps est couvert ou qu'il pleut, attendre une autre journée.

Voici les seuils de nuisibilité économique établis :

  • Red Delicious et Spartan : 7 nymphes/25 plateaux;
  • autres cultivars sensibles : 10 nymphes/25 plateaux.

Lutte

Des traitements insecticides sont indiqués une fois que les populations de punaises de la molène ont atteint les seuils de nuisibilité économique (habituellement vers le stade calice). Comme certains produits destinés à combattre la punaise de la molène peuvent avoir des répercussions négatives sur les abeilles, avant d'appliquer des insecticides, il est important de retirer les colonies d'abeilles domestiques dès que la pollinisation est terminée. Les insecticides de préfloraison, en particulier les pyréthrinoïdes, ne maîtrisent pas efficacement les populations de punaises de la molène au stade du calice, particulièrement les printemps où la floraison se prolonge. Les seuils de nuisibilité économique de la punaise de la molène sont établis en fonction de la densité de population, mais il est important de remarquer que les dommages causés par cet ennemi sont influencés par l'abondance de pollen et de nectar dont il se nourrit, la teneur des végétaux en azote ou la prédation par des animaux. Par conséquent, de fortes populations de punaises n'entraînent pas nécessairement des dommages importants aux fruits.

Durant l'été, comme les punaises de la molène sont des prédateurs importants dans les vergers, il est bon de les inclure dans les opérations de dépistage des acariens et des insectes utiles. Noter le nombre de nymphes et d'adultes de punaises de la molène lors des inspections des pousses terminales et de l'échantillonnage par tapotement des grosses branches effectués durant l'été.

 


Auteur : Le personnel du MAAARO
Date de création : 21 juilllet 2011
Dernière révision : 21 juillet 2011

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca