Kermès euonymus, Unaspis euonymi (Comstock), dans les pépinières et les aménagements paysagers

Série pépiniéristes - paysagistes, MAAO

Table des matières

  1. Introduction
  2. Plantes-hôtes
  3. Symptômes
  4. Description
  5. Cycle biologique
  6. Lutte

Introduction

Le kermès euonymus est devenu un ravageur préoccupant dans de nombreux aménagements paysagers. Il s'agit d'un insecte apparenté aux cochenilles qui se présente comme une petite protubérance qu'on enlève facilement en grattant. On en trouve sur les troncs, les rameaux et les branches. Les kermès ont trois stades de croissance : stade de l'oeuf, stade nymphal et stade adulte. Au stade nymphal, le kermès est mobile et rampe pour trouver de nouveaux endroits où se nourrir. Il perd sa mobilité au stade adulte. Le kermès fait partie des cochenilles à corps dur, si bien qu'à maturité, son corps se recouvre d'un bouclier protecteur. On sait qu'il existe aussi des cochenilles à corps mou qui ne bénéficient d'aucune protection, si ce n'est, parfois, d'une enveloppe de cire ou de filaments.

Les kermès endommagent les plantes par leurs pièces buccales de type suceur dont ils se servent pour se nourrir de sève. En grand nombre, les kermès font perdre de la vigueur aux plantes, leur font perdre leurs feuilles et finissent par les faire mourir.

Plantes-hôtes

Euonymus spp. surtout

  • E. fortunei, fusain de fortune
  • Baxus, buis
  • Celastrus scandens, bourreau-des-arbres
  • Hedera helix, lierre
  • Ilex, houx
  • Ligustrum, troène
  • Lonicera, chèvrefeuille
  • Paxistima canbyi et
  • Pachysandra terminalis

| Haut de la page |

Symptômes

Examiner les feuilles en juin et juillet à la recherche de lésions causées par l'alimentation des kermès. Celles-ci ont l'apparence de taches jaunâtres ou blanchâtres le long de la nervure médiane de la feuille. Observer le revers de la feuille à la recherche de kermès. Il arrive que les rameaux soient couverts de petites protubérances d'un blanc grisâtre qu'on peut gratter facilement avec l'ongle du pouce. Les feuilles peuvent tomber, entraînant parfois la mort du plant. Les plants situés aux abords de bâtiments ont tendance à être plus vulnérables aux attaques des kermès, probablement en raison d'une mauvaise circulation d'air, de températures élevées et d'un faible taux d'humidité dans le sol.

Description

Le kermès femelle adulte est gris et mesure environ 2 mm de long. Il ressemble à une coquille d'huître. Le mâle est plus petit, plus étroit et blanc. C'est le mâle qui donne aux branches leur apparence blanche lorsque les populations sont élevées. Les nymphes, qui sont mobiles, sont de teinte jaune-orangé.

Cycle biologique

Les femelles à maturité hivernent. Au début du printemps, elles déposent leurs oeufs sous leur carapace protectrice. Les oeufs éclosent vers la fin mai et le début juin sur une période de 2­3 semaines. Les nymphes mobiles migrent vers les feuilles pour s'alimenter. Elles peuvent aussi être disséminées par le vent vers d'autres plantes­hôtes sensibles. Il peut y avoir une seconde génération à la mi­juillet.

Lutte

Dans la mesure du possible, élaguer et détruire les branches ou les plants infestés avant que les nymphes mobiles n'émergent.

Lorsqu'on compte recourir à un antiparasitaire, se rappeler que les produits chimiques ne pénètrent pas la carapace ou le bouclier protecteur de ces insectes. Les stratégies de lutte doivent donc viser l'adulte qui hiverne et la nymphe mobile.

Les huiles dormantes offrent une bonne maîtrise des kermès adultes. Pour être efficaces, les huiles doivent être appliquées dans un bon volume d'eau. Il faut que les tiges soient recouvertes complètement afin de permettre la suffocation des adultes en hivernation. L'utilisation d'huiles peut brûler le feuillage des variétés de fusain à feuilles larges.

L'apparition des nymphes mobiles s'étale sur 2 à 3 semaines. Pour surveiller leur évolution, enrouler le rameau de ruban isolant noir, la surface collante vers l'extérieur. Placer le ruban au­dessus des femelles hivernantes. Les nymphes mobiles colleront au ruban au fur et à mesure de leur migration vers leurs sources de nourriture. Commencer à surveiller et à combattre les nymphes mobiles à peu près au moment où le lilas du éapon, Syringa reticulata, et le catalpa élégant, Catalpa speciosa, sont au début de leur floraison. Surveiller l'apparition de la deuxième génération vers la mi­juillet. Les insecticides de contact ou systémiques donnent les résultats les meilleurs. On peut avoir à faire quatre pulvérisations, à 10 ou 12 jours d'intervalles au moment où les nymphes mobiles commencent à émerger.

Pour connaître les méthodes de lutte chimique, consulter la publication 383F du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, intitulée Recommandations pour la culture du matériel de pépinière et des plantes paysagères.

Euonymus Kiantschovicus

Le fusain de Kiantschovic, Euonymus Kiantschovicus, serait résistant au kermès euonymus. Cependant, sa rusticité en limite la plantation aux rives des lacs Ontario et Érié. Les brûlures hivernales peuvent détériorer l'apparence de cet arbre.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca

Auteur : Christoph Kessel - spécialiste des cultures de pépinière/MAAO.
Date de création : Non disponible
Dernière révision : 25 novembre 2003

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca