L'entretien d'une pelouse


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 273
Date de publication : mai 2007
Commande no. 08-018
Dernière révision : Imprimé en janvier 2010
Situation : En remplacement de la fiche technique intitulée Entretien des pelouses, commande no 03-060 du MAAARO
Rédacteur : Pam Charbonneau - spécialiste des gazons, Phytotechnie/MAAARO, Guelph

Table des matières

Introduction

Une belle pelouse dense et en bonne santé passe par un entretien assidu tout au long de la saison et l'adoption de bonnes pratiques pour la tonte, la fertilisation, l'arrosage et le défeutrage.

Tonte

De toutes les tâches d'entretien que nécessite une pelouse résidentielle, la tonte est celle qui revient le plus souvent et qui demande le plus de temps. Malgré cela, les pratiques de tonte sont souvent négligées, elles qui ont pourtant une grande influence sur la densité, l'uniformité et l'apparence de la pelouse.

Fréquence de tonte et hauteur de coupe

Les graminées à gazon supportent des tontes fréquentes, à condition qu'à chaque coupe, on n'enlève pas plus du tiers du brin d'herbe. Régler la hauteur de coupe le plus haut possible. Les tontes rases donnent des racines superficielles, ce qui compromet l'absorption de l'eau et des éléments nutritifs par les graminées qui deviennent ainsi plus vulnérables en périodes de sécheresse. De plus, les tontes rases favorisent l'envahissement du gazon par les dicotylédones (mauvaises herbes à feuilles larges) et les graminées adventices comme l'agrostide stolonifère et le pâturin annuel. Il est préférable de tondre quand l'herbe n'est pas mouillée. La coupe est alors plus nette et les résidus de tonte se répartissent plus uniformément à la surface de la pelouse.

Résidus de tonte

Laisser les résidus de tonte sur la pelouse. Les ratisser et les ramasser uniquement s'ils forment une couche trop épaisse. L'herbe coupée est riche en éléments nutritifs et en eau, se décompose rapidement et contribue peu à la formation du feutre racinaire sous le gazon. Le fait de laisser les résidus de tonte sur la pelouse permet de réduire les quantités d'engrais (surtout d'azote) de 20 à 35 %.

Tondeuse

Choisir la tondeuse en tenant compte des points suivants : puissance et capacité du bac (doivent être fonction de la superficie à tondre), poids, facilité de démarrage, maniabilité, facilité de réglage de la hauteur de coupe, et dispositifs de sécurité. Pour un beau résultat, maintenir les lames bien aiguisées. Privilégier les tondeuses qui hachent et éparpillent l'herbe coupée pour la recycler.

On trouve maintenant sur le marché des tondeuses électriques sans fil qui sont à hélice horizontale ou à rouleau. Ces tondeuses sont plus silencieuses, plus propres, plus faciles à entretenir que les tondeuses à essence.

Fertilisation

Pour une pelouse attrayante et en santé, il faut comprendre ses besoins nutritifs et adopter un programme de fertilisation équilibré. Les trois principaux éléments nutritifs dont une pelouse a besoin sont :

  • l'azote (N)
  • le phosphore(P)
  • le potassium (K)

L'azote donne au gazon sa couleur vert foncé, stimule la croissance des tiges et des feuilles et accroît la densité du gazon. Le phosphore favorise l'enracinement, la propagation des rhizomes et la maturation des plants. Le potassium confère de la vigueur au gazon et l'aide à mieux résister au piétinement, aux rigueurs de l'hiver et aux périodes de sécheresse.

Dosage des éléments nutritifs

Pour connaître les besoins de sa pelouse en éléments nutritifs, il n'y a rien comme une analyse de sol. Celle-ci révèle les apports nécessaires de phosphore, de potassium, de soufre et de chaux, mais pas d'azote. La recommandation générale dans le cas de l'azote est d'épandre 1,5-2 kg d'azote élémentaire/100 m2 durant la saison de végétation, en fractionnant cette dose en 2-4 épandages distincts. En l'absence d'une analyse de sol, il est recommandé de respecter le rapport 4-1-2 (N-P-K) en employant, par exemple, un engrais de formule 20-5-10. Les trois chiffres indiqués sur les sacs d'engrais correspondent aux teneurs respectives de l'engrais en N, P et K, dans cet ordre. Ainsi, l'engrais de formule 20-5-10 mentionné ci-dessus renferme-t-il 20 % de N, 5 % de P2O5 et 10 % de K2O. Les réserves d'azote du sol doivent être renouvelées tous les ans, alors que les teneurs du sol en phosphore et en potassium demeurent relativement stables. Si la pelouse est installée sur un sol sablonneux, on peut avoir à augmenter la dose de potassium ou à épandre cet élément plus souvent pour compenser le lessivage qui peut se produire dans ce type de sol. Une pelouse nouvellement établie peut nécessiter des apports accrus de phosphore et de potassium.

Tableau 1a. Principaux engrais pour pelouses et leurs propriétés
Type Exemples Avantages Inconvénients
Inorganique
  • nitrate d'ammonium
  • sulfate d'ammonium
  • immédiatement assimilable
  • verdissement rapide du gazon
  • sujet au lessivage
  • provoque une croissance luxuriante
Organique
  • boues d'épuration activées
  • sous-produits animaux
  • sous-produits végétaux
  • libération lente
  • lessivage lent
  • coûte plus cher que les formes inorganiques
Synthétique
  • isobutylidène diurée (IBDU)
  • urée-formaldéhyde
  • urée enrobée de soufre
  • urée enrobée de polymère
  • libération lente
  • lessivage lent
  • ces engrais se libèrent à une vitesse qui varie selon la température ou l'humidité du sol et selon leur source

 

Tableau 1b. Principaux engrais pour pelouses et leurs propriétés
Type
Solubilité dans l'eau
Risque de brûlure
Inorganique
  • élevée
  • d'élevé à très élevé
Organique
  • faible
  • faible
Synthétique
  • très faible
  • de faible à très faible

 

Engrais

Le tableau 1 donne une liste des principaux engrais pour pelouses et de leurs propriétés.

Choix du moment de la fertilisation

Le choix du moment des épandages d'engrais dépend de la quantité totale d'engrais que l'on souhaite apporter à la pelouse. Le tableau 2 propose un calendrier de fertilisation à respecter en fonction du nombre d'épandages à faire dans l'année.

Sur les pelouses résidentielles, il est recommandé d'épandre à la fin de l'automne un engrais azoté à libération rapide, quand le gazon a fini de pousser, mais qu'il est encore vert, afin de :

  • stimuler la croissance des racines en automne et au printemps,
  • donner un gazon dense,
  • hâter le reverdissement du gazon au printemps.

Un épandage automnal d'azote aidera la pelouse à reverdir plus tôt au printemps, sans provoquer la croissance luxuriante qui suit l'épandage d'azote au printemps.

Épandage

Il est très important d'épandre uniformément les engrais pour que la pelouse soit partout d'un vert uniforme. Si l'on utilise un épandeur en nappe, on commence par épandre l'engrais le long des deux côtés les moins larges de la pelouse, aux endroits où se feront les virages, puis on fait des passages dans le sens de la longueur en débordant d'une largeur de roue sur la bande précédente et en désactivant l'épandeur à chaque virage.

Avec un épandeur centrifuge, on fait deux épandages successifs en croisant les passages : une demi-dose dans un sens, une demi-dose dans l'autre. Toujours vérifier que l'épandeur est bien réglé pour éviter de voir apparaître des bandes de couleur différente dans la pelouse.

Arrosage

Lorsque les pluies ne sont pas assez abondantes pendant la saison de croissance, le gazon entre en dormance et brunit. Pour une belle pelouse, il faut donc arroser. On se rend compte qu'une pelouse manque d'eau aux indices suivants :

  • quand on marche sur la pelouse, les empreintes de pas persistent;
  • la couleur du gazon fonce et prend une teinte bleu-vert,
  • les brins d'herbe se replient vers l'intérieur.

Quand arroser et à quelle fréquence

Le mieux est d'arroser au petit matin, quand les vents sont faibles ou nuls, ce qui contribue à une meilleure répartition de l'eau. Arroser en avant-midi, moment de la journée où le taux d'évaporation est minimal. On peut arroser en fin de journée, mais cela risque de favoriser la propagation de maladies. En effet, la plupart des champignons pathogènes peuvent se reproduire et déclencher des infections et des maladies quand la surface des feuilles reste mouillée pendant plusieurs heures.

Tableau 2a. Calendrier de fertilisation recommandé en fonction du nombre d'épandages à faire dans l'année
Nbre d'épandages par an* Début du printemps Fin du printemps Début de l'été
1 - - -
2 - 2e épandage -
3 - 3e épandage -
4 - 3e épandage 4e épandage

* Chaque épandage apporte 0,5 kg d'azote par 100 m2

 

Tableau 2b. Calendrier de fertilisation recommandé en fonction du nombre d'épandages à faire dans l'année
Nbre d'épandages par an* Fin de l'été/
début de l'automne
Fin de l'automne
1 1er épandage -
2 1er épandage -
3 1er épandage 2e épandage
4 1er épandage 2e épandage

* Chaque épandage apporte 0,5 kg d'azote par 100 m2

 

Quantité d'eau

Des arrosages excessifs peuvent accélérer l'accumulation du feutre racinaire, lessiver les engrais et aggraver les problèmes de maladies ou de mauvaises herbes telles que l'agrostide stolonifère, le pâturin annuel et le pâturin rude. Des arrosages fréquents, mais insuffisants, peuvent empêcher le système racinaire de se développer en profondeur, ce qui rendra le gazon plus vulnérable aux maladies, à la sécheresse et aux rigueurs de l'hiver. L'idéal est d'arroser moins souvent, mais à fond. Quand le gazon commence à flétrir, l'arroser suffisamment pour détremper le sol sur toute sa surface, jusqu'à une profondeur de 10-20 cm. La quantité d'eau nécessaire dépend des caractéristiques du sol. Pour évaluer la quantité d'eau débitée durant un arrosage, on pose sur la pelouse une boîte ou un bocal à parois verticales, on laisse fonctionner le système d'irrigation ou l'asperseur pendant quinze minutes. À la fin de l'arrosage, on mesure la hauteur de l'eau dans la boîte ou le bocal. En gros, la pelouse aura été suffisamment arrosée quand la hauteur de l'eau dans le récipient sera de 2,5 à 4 cm. Si l'on a obtenu 0,5 cm d'eau en quinze minutes, il faudra une heure et quart pour mouiller le sol sur une profondeur de 2,5 cm. Certaines zones peuvent nécessiter plus d'eau que d'autres, par exemple dans les pentes, le long des bâtiments, des trottoirs et des allées, de même que là où le sol est léger. Inversement, les parties basses ou ombragées de la pelouse, ou les zones de sol lourd peuvent nécessiter des arrosages moins fréquents.

Matériel d'irrigation

L'arrosage manuel avec le boyau ne convient guère qu'aux petites surfaces. Un asperseur monté au bout du boyau permet d'arroser convenablement une pelouse de superficie moyenne, pour peu qu'on le déplace de temps à autre, mais le gaspillage d'eau peut être important. La solution la plus coûteuse mais aussi la plus efficace consiste à enfouir un réseau d'irrigation dans la pelouse. Cette solution mérite d'être envisagée dans le cas des très grandes pelouses ou des terrains industriels.

Pelouse en dormance

Après une période de sécheresse prolongée, il arrive que la pelouse brunisse et entre en dormance. Une pelouse peut survivre de 4 à 6 semaines en état de dormance durant les périodes sèches de l'été. Au retour de la pluie, la pelouse peut reverdir au bout de 7 à 10 jours. Si la pelouse est en dormance :

  • éviter qu'elle ne soit piétinée,
  • cesser de la tondre,
  • s'abstenir d'épandre de l'engrais.

Feutre racinaire

Le feutre racinaire, aussi appelé chaume, est la couche de matière organique composée de feuilles, de tiges et de racines d'herbes en voie de décomposition qui s'accumule entre le gazon et le sol. Le feutrage pose un problème fréquent sur les pelouses de pâturin des prés qui sont établies depuis plusieurs années et qui sont trop arrosées ou surfertilisées.

Comment déterminer s'il y a un problème de feutrage

Une pelouse souffre de feutrage racinaire quand on sent que les pas s'y enfoncent. Pour mesurer l'épaisseur de la couche de feutre, on découpe un morceau triangulaire de pelouse avec un couteau tranchant et on le soulève. Si la couche fait plus de 2,5 cm d'épais, la pelouse souffre de feutrage.

En quoi le feutre racinaire est-il gênant?

Le feutre est un refuge pour les insectes et les maladies. Il peut empêcher le système racinaire du gazon de descendre profondément dans la rhizosphère, provoquant un enracinement superficiel. Il freine aussi l'infiltration de l'eau dans le sol.

Comment réduire la formation du feutre racinaire

Les pratiques culturales qui ralentissent l'accumulation du feutre sont :

  • des tontes fréquentes,
  • un bon arrosage,
  • une fertilisation adéquate.

Lorsque la couche de feutre est trop épaisse, on peut s'en débarrasser en utilisant une défeutreuse, appareil qui scarifie la pelouse avec ses couteaux verticaux, ou un aérateur de gazon muni de dents creuses en acier qui extirpent des carottes de sol. Cette opération déchire physiquement le feutre racinaire et fait remonter à la surface du sol des microorganismes utiles qui favorisent la décomposition du feutre et diminuent la compaction.

Quand faut-il défeutrer la pelouse

Il est recommandé de défeutrer ou d'aérer la pelouse au printemps et à l'automne durant des périodes où les graminées se développent bien et sont donc capables de se rétablir rapidement.

Semis de regarnissage et pose de gazon en plaques

Le semis de regarnissage s'emploie pour réparer une pelouse endommagée par des insectes, des maladies, des mauvaises herbes, une sécheresse, le piétinement ou autres. Pour se donner toutes les chances que les semences lèvent, il faut préalablement terreauter la pelouse, c'est-à-dire y épandre du compost, de la tourbe ou de la terre arable. Un semis de regarnissage demande le double de la dose de semence qu'il faudrait pour ensemencer une nouvelle pelouse. L'époque la plus favorable à cette opération est l'automne (de la mi-août à la mi-septembre). Garder les endroits ressemés constamment humides en les arrosant plusieurs fois par jour. Une semaine après le semis, arroser seulement deux fois par jour jusqu'à ce que les plantules soient bien enracinées.

La pose de gazon en plaques est un autre moyen de réparer les pelouses endommagées. On enlève d'abord le gazon mort ou endommagé jusqu'à une profondeur d'environ 4 cm. On ratisse le sol, on ajoute de l'engrais, puis on met en place le gazon en plaques. On s'assure d'un bon contact pelouse-sol en foulant le gazon du pied ou en y passant un rouleau. Pour un maximum de résultats, on doit arroser la pelouse dans l'heure qui suit sa pose. Arroser souvent le gazon en plaques nouvellement installé en veillant à ne jamais le laisser manquer d'eau tant qu'il n'est pas entièrement enraciné. Compter de dix jours à deux semaines pour son enracinement. Voir les fiches techniques du MAAARO no 08-026w, L'établissement d'une pelouse, et no 08-022w, La rénovation d'une pelouse, pour plus d'information sur le semis de regarnissage et la pose de gazon en plaques. Se reporter aussi au tableau 3 pour connaître à quel moment faire la fertilisation, la tonte, l'irrigation, le semis de regarnissage et l'aération.

Tableau 3a. Calendrier d'entretien saisonnier des pelouses
  Début du printemps (mai) Fin du printemps (juin) Été (juillet)
Fertilisation
(N-P-K) Faire une analyse de sol pour déterminer les doses de P et de K à apporter
-
Fertiliser Fertiliser seulement si la pelouse est arrosée régulièrement ou si la saison est pluvieuse
Tonte Tondre aussi haut que possible; ne pas couper plus du tiers du brin d'herbe à chaque tonte.
Arrosage Pour l'empêcher d'entrer en dormance, arroser le gazon au moins une fois par semaine avec 2,5 cm d'eau si les pluies ne suffisent pas; l'arrosage aidera le gazon à supporter la présence des vers blancs
Semis de regarnissage
-
Faire le semis si le gazon a été affaibli par des maladies ou des insectes
-
Aération
-
Aérer
-
Hanneton européen et scarabée japonais Inspecter pour voir s'il y a des dégâts dus à leurs larves Faire un semis de regarnissage ou poser du gazon en plaques sur les zones endommagées
-
Punaise velue
-
-
Faire le dépistage de la punaise velue
Pyrale des prés
-
-
-
Tipule des prairies Faire le dépistage des larves de la tipule Faire un semis de regarnissage ou poser du gazon en plaques sur les zones endommagées
-
Maladies
(on combat les maladies du gazon par des pratiques culturales)
Évaluer l'importance des taches causées par les moisissures des neiges, ratisser pour permettre au gazon de sécher plus vite et fertiliser légèrement pour l'aider à se rétablir

Faire le dépistage des taches foliaires, surtout si du temps très chaud et humide a succédé à un printemps très humide; relever la hauteur de coupe et fertiliser légèrement pour aider le gazon à se rétablir; éviter d'apporter trop d'azote au début du printemps pour réduire le risque de taches foliaires et de fonte

Faire le dépistage de la tache annulaire nécrotique; si elle pose un problème, aérer le sol et, à la fin de l'été ou en début d'automne, semer du raygrass vivace sur les endroits dégarnis

 

Tableau 3b. Calendrier d'entretien saisonnier des pelouses
  Fin d'été (août) Automne (septembre) Fin d'automne (octobre)
Fertilisation
(N-P-K) Faire une analyse de sol pour déterminer les doses de P et de K à apporter
Fertiliser
-
Fertiliser (fin octobre)
Tonte Tondre aussi haut que possible; ne pas couper plus du tiers du brin d'herbe à chaque tonte.
Arrosage Pour l'empêcher d'entrer en dormance, arroser le gazon au moins une fois par semaine avec 2,5 cm d'eau si les pluies ne suffisent pas; l'arrosage aidera le gazon à supporter la présence des vers blancs
Semis de regarnissage Faire le semis si le gazon a été affaibli par des maladies ou des insectes
-
-
Aération Aérer
-
-
Hanneton européen et scarabée japonais Voir si de petites larves sont présentes; si elles sont en grand nombre, des lâchers de nématodes utiles peuvent procurer une certaine maîtrise
-
Surveiller les dommages causés par les larves
Punaise velue Faire un semis
de regarnissage ou poser du gazon en plaques sur les zones endommagées
-
-
Pyrale des prés
-
Faire le dépistage de la pyrale des prés; faire un semis de regarnissage ou poser du gazon en plaques sur les zones endommagées
-
Tipule des prairies
-
-
-
Maladies
(on combat les maladies du gazon par des pratiques culturales)
Poursuivre le dépistage de la tache annulaire nécrotique; appliquer les pratiques culturales décrites dans la colonne précédente; faire le dépistage de la brûlure en plaques (Sclerotinia) et si celle-ci devient problématique, fertiliser légèrement Faire le dépistage de la rouille; si celle-ci pose problème, fertiliser le gazon; éviter de fertiliser de la mi-sept. à la mi-oct.
-

 

Lutte contre les mauvaises herbes

Une pelouse épaisse et vigoureuse constitue la meilleure ligne de défense contre l'envahissement par les mauvaises herbes. Un gazon dense s'oppose au développement des plantules de mauvaises herbes en les privant de lumière et d'éléments nutritifs. Les tontes rases favorisent l'envahissement du gazon par les dicotylédones (mauvaises herbes à feuilles larges) et les graminées adventices comme l'agrostide stolonifère et le pâturin annuel. Il est possible d'empêcher les mauvaises herbes d'envahir une pelouse, pour peu qu'on tonde le gazon au bon moment et à la bonne hauteur, qu'on fertilise régulièrement la pelouse et qu'on l'arrose suffisamment.

Tant les dicotylédones (plantes à feuilles larges) que les graminées adventices peuvent envahir les pelouses. Ces espèces ont tendance à s'installer dans les endroits dégarnis ou soumis à des stress divers, notamment ceux qui sont régulièrement piétinés.

Maîtrise des mauvaises herbes

Recourir aux méthodes suivantes pour combattre les mauvaises herbes problématiques :

  • arrachage;
  • sarclage à la main;
  • tonte visant à éviter la montée à graines;
  • application d'un produit à base de farine de gluten de maïs comme traitement de prélevée contre la digitaire.

Lutte contre les insectes

Le maintien d'une pelouse saine et bien entretenue est le meilleur moyen de se prémunir contre les infestations par des insectes. Les dommages causés par les insectes sont souvent moins sévères dans les pelouses bien arrosées. Les insectes qui s'attaquent aux pelouses résidentielles sont généralement difficiles à déceler et on ne se rend compte de leur présence que lorsqu'ils ont déjà fait des dégâts importants. Ces dégâts peuvent être confondus avec les conséquences d'une sécheresse. Si la pelouse reste brune et continue de se dégarnir malgré les arrosages, l'examiner attentivement pour voir si elle n'est pas la proie d'insectes. L'inspection régulière des feuilles, des tiges, des racines, du feutre et du sol permet de déterminer plus facilement si l'on a affaire à des insectes et d'intervenir à temps pour limiter les dégâts.

Voici les principaux insectes qui infestent les pelouses :

  • punaise velue,
  • vers blancs,
  • pyrale des prés,
  • tipule des prairies,
  • calandre du gazon,
  • cochenille du gazon.

Le tableau 4 décrit les principaux insectes nuisibles aux pelouses et les dommages qu'ils causent.

Punaise velue

Les dégâts de la punaise velue commencent à apparaître de la mi-juillet à la mi-août. Avec son appareil buccal de type piqueur-suceur, elle affaiblit le gazon en aspirant la sève des tiges et des feuilles. Les premiers indices de ses déprédations sont l'apparition dans la pelouse de petites taches déprimées, de la taille du poing. Ces taches peuvent s'étendre rapidement si les punaises continuent de se nourrir aux dépens du gazon, cédant la place à de larges plaques de gazon mort. Les zones endommagées sont souvent colonisées par des mauvaises herbes. La punaise velue adulte est un très petit insecte (4 mm de long); au repos, ses ailes dessinent un X sur son dos. Une méthode de détection de la punaise velue dans une pelouse consiste à découper les deux extrémités d'un récipient métallique de façon à obtenir un cylindre, à enfoncer celui-ci dans le sol et à y verser de l'eau. Si la pelouse est infestée par des punaises velues, celles-ci viendront flotter à la surface de l'eau. Une autre méthode consiste à couper un carré de pelouse d'environ 6-10 cm2, à placer ce morceau dans un seau d'eau et à voir si des punaises velues remontent à la surface. Pour plus d'information, voir la fiche technique du MAAARO, La punaise velue dans les pelouses.

Vers blancs

Plusieurs espèces de vers blancs peuvent endommager nos pelouses en dévorant les racines du gazon. Les vers blancs les plus communs sont les larves des insectes suivants :

  • le hanneton de la Saint-Jean;
  • le hanneton européen;
  • le scarabée japonais.

Si des animaux comme la mouffette commencent à faire des trous dans la pelouse ou si on voit apparaître des petites taches brunes de forme irrégulière, des vers blancs sont probablement à l'œuvre. Il est conseillé d'inspecter la pelouse à la fin de l'été ou au début de l'automne pour déceler leur présence, avant qu'ils n'aient le temps de commettre des dommages visibles. Pour débusquer les vers blancs, on découpe à la bêche une motte carrée de gazon et de sol de 10 cm de côté et on la soulève pour voir si des larves blanches, recourbées en arc, s'y cachent. Le maintien d'un bon niveau d'humidité dans la pelouse contribue à limiter les dégâts causés par les vers blancs. L'introduction de nématodes utiles suivant les directives du fournisseur peut procurer une certaine maîtrise des larves à la fin de l'été. Pour plus d'information sur les vers blancs, voir la fiche technique no 08-024w du MAAARO, Les vers blancs dans les pelouses.

Pyrale des prés

La larve de la pyrale des prés est une chenille qui ronge le feutre racinaire ou chaume des pelouses privées. La pyrale adulte est un petit papillon de couleur havane pâle que l'on peut voir voleter au-dessus du gazon la nuit. Les chenilles, qui atteignent 2 cm de long en fin de développement, sont également de couleur havane, avec des taches sombres sur le dos. Elles s'attaquent au chaume du gazon et lui causent les mêmes dommages que les vers blancs, car, dans les zones infestées, le gazon se détache du sol comme un tapis. Les larves de la pyrale laissent aussi dans les zones où elles se sont nourries des excréments granuleux, mous, de couleur verte. Elles commettent leurs déprédations en septembre.

Calandre du pâturin

La calandre du pâturin appartient à la famille des charançons. L'adulte est de couleur noire et mesure 5 mm de long. La larve, petite, blanche, à tête brune, est dépourvue de pattes. Les dégâts commencent à apparaître de la mi-juillet à la mi-août, sous forme de petites touffes d'herbe jaunissantes qui finissent par mourir. En général, ils sont localisés et touchent rarement toute la pelouse. Les larves de la calandre laissent dans les zones ravagées des excréments granuleux, rappelant la sciure. Cet indice aide à confirmer que les dommages sont attribuables à la calandre.

Tipule des prairies

La tipule des prairies (Tipula paludosa) est un insecte nuisible dont l'apparition dans les pelouses en Ontario est relativement récente. La tipule adulte ressemble à un gros moustique. Ses larves sont de couleur brun grisâtre pâle avec des mouchetures noires. La tête ne se distingue pas du reste du corps, dont la longueur varie de 0,5 cm à 3,0 cm. Les larves ou nymphes de la tipule s'attaquent principalement aux pousses de l'herbe le soir et aux racines de l'herbe le jour. Leurs dommages commencent à apparaître dans la première quinzaine de mai et sont à leur maximum à la mi-juin. En cas de forte infestation, les larves de la tipule des prairies peuvent dégarnir entièrement la pelouse.

Cochenille du gazon

La cochenille du gazon est une cochenille classique qui ressemble à un œuf tranché en deux dans le sens de la longueur. Sa coque brune est rayée d'une bande jaune médiane. Au stade immature, les larves sont de la grosseur d'une tête d'épingle. La forme typique des dommages qu'elles provoquent sont des petites taches de gazon mort qui ne reverdissent pas au printemps. Les cochenilles se rencontrent surtout dans les pelouses qui ont été créées avec du gazon en plaques et, en général, elles causent seulement des dégâts sporadiques. Au début de juillet, on peut découvrir de jeunes larves de cochenilles sur les chaussures quand on a marché sur la pelouse.

Tableau 4a. Aperçu des principaux insectes nuisibles aux pelouses
Insecte Description Dommages

Figure 1. Punaise velue

Figure 1. Punaise velue

  • les nymphes rouge brique apparaissent juin-début juillet
  • elles sont grises en fin de développement
  • l'adulte mesure 4 mm de long et arbore un X sur le dos
  • apparition de zones déprimées dans le gazon
  • les larves sucent la sève des feuilles et des tiges du gazon
  • si l'infestation est forte, elles peuvent faire mourir le gazon sur de larges étendues
  • le gazon mort ne s'arrache pas facilement du sol (il reste bien enraciné)
  • la pelouse entière peut être détruite en une saison

Figure 2. Vers blancsFigure 2. Vers blancs

  • les larves sont blanches recourbées en C, à tête brune
  • leur longueur varie de 1 à 3 cm selon l'espèce
  • s'attaquent aux racines du gazon
  • le gazon se détache du sol comme un tapis
  • apparaissent fin-septembre
  • les animaux (mouffettes, ratons-laveurs et étourneaux) fouissent la pelouse pour déterrer les vers

Figure 3. Calandre du pâturin

Figure 3. Calandre du pâturin

  • l'adulte est un charançon d'environ 5 mm de long
  • les larves, à tête brune, sont petites, blanches, apodes et mesurent 5 mm de long
  • les dommages se manifestent d'abord par de petites taches de gazon jauni qui, lorsqu'on l'arrache, se détache en laissant le chaume fixé au sol
  • en général, la calandre ne détruit pas entièrement la pelouse

Figure 4. Pyrale des prés

Figure 4. Pyrale des prés

  • l'adulte est un papillon de nuit de couleur havane
  • la chenille est de couleur havane
  • les chenilles s'attaquent au chaume du gazon en septembre
  • le gazon s'arrache comme un tapis

Figure 5. Tipule des prairiesFigure 5. Tipule des prairies

  • l'adulte ressemble à un gros moustique
  • les larves sont gris verdâtre, sans caractères distinctifs
  • les larves s'alimentent en mai et au début de juin, ce qui cause des dommages
  • elles dévorent le gazon entièrement, mettant le sol à nu

Figure 6. Cochenille du gazon

Figure 6. Cochenille du gazon

  • aspect typique des cochenilles
  • ressemble à un œuf coupé en deux
  • couleur brune, bande jaune médiane
  • au stade immature, les larves ont la grosseur d'une tête d'épingle
  • petites plaques de gazon mort qui ne reverdissent pas au printemps
  • la cochenille se rencontre surtout dans les pelouses créées avec du gazon en plaques
  • dommages se produisant au printemps

 

Tableau 4b. Aperçu des principaux insectes nuisibles aux pelouses
Insecte Dépistage et lutte

Figure 1. Punaise velue

Figure 1. Punaise velue

  • découper le fond d'une boîte de conserve pour faire un cylindre et l'enfoncer dans la pelouse
  • remplir le cylindre d'eau; les punaises flotteront à la surface couper un morceau de pelouse de 6-10 cm2 et le placer dans un seau d'eau
  • attendre pour voir si des punaises velues remontent à la surface
  • les graminées à gazon contenant des champignons endophytes présentent une certaine résistance à l'égard des attaques de la punaise

Figure 2. Vers blancs

Figure 2. Vers blancs

  • découper sur 3 côtés une motte carrée de gazon et la soulever pour voir s'il y a des vers blancs en-dessous
  • introduire des nématodes; ils procurent une certaine maîtrise

Figure 3. Calandre du pâturin

Figure 3. Calandre du pâturin

  • on trouve des excréments ayant l'aspect de la sciure dans les zones où la calandre s'est nourrie
  • les graminées à gazon contenant des champignons endophytes présentent une certaine résistance à l'égard des attaques de la calandre du pâturin

Figure 4. Pyrale des prés

Figure 4. Pyrale des prés

  • on trouve des excréments granuleux, mous, verts, dans les zones de gazon mort, et celui-ci s'arrache facilement
  • les graminées à gazon contenant des champignons endophytes présentent une certaine résistance à l'égard des attaques de la pyrale des prés

Figure 5. Tipule des prairies

Figure 5. Tipule des prairies

  • examiner le dessus du feutre racinaire dans les zones où le gazon est clair; les larves seront visibles au printemps

Figure 6. Cochenille du gazon

Figure 6. Cochenille du gazon

  • au début de juillet, on peut trouver de petites larves de cochenille sur les chaussures quand on a marché sur la pelouse
  • la cochenille ne cause pas des dommages importants

 

Tableau 5a. Aperçu des principales maladies des pelouses
Nom de la maladie Description Facteurs favorisant la maladie

Figure 1. Rond de sorcière (cercle de fée)Figure 1. Rond de sorcière (cercle de fée)

  • taches en cercles ou arcs où l'herbe est vert foncé ou morte
  • les champignons poussent parfois dans les ronds
  • présence de matière organique en décomposition dans le sol

Figure 2. Taches foliairesFigure 2. Taches foliaires

  • commencent au début du printemps par de petites taches ovales, brun rougeâtre, sur les feuilles
  • par temps chaud et humide, les taches s'étendent et peuvent tuer les tiges et les collets des graminées, ce qui dégarnit la pelouse partiellement ou même totalement
  • périodes chaudes et humides
  • une fertilisation récente de la pelouse
  • le pâturin des près y est le plus sensible

Figure 3. Champignons supérieurs

Figure 3. Champignons supérieur

  • apparaissent après une pluie
-

Figure 4. Tache annulaire nécrotique

Figure 4. Tache annulaire nécrotique

  • se traduit par des cercles plus ou moins réguliers entourant souvent des touffes d'herbe verte, dont l'allure générale rappelle un beigne
  • les périodes humides et fraîches au printemps favorisent la maladie
  • les symptômes se développent pendant une période sèche
  • pose souvent un problème dans les pelouses créées avec du gazon en plaques

Figure 5. Blanc (oïdium)Figure 5. Blanc (oïdium)

  • poudrage blanc grisâtre sur les feuilles et les tiges
  • les endroits ombragés qui restent longtemps humides et où l'air circule mal

Figure 6. RouilleFigure 6. Rouille

  • taches jaunes sur les feuilles
  • des pustules brun rougeâtre se forment sur le revers des feuilles et libèrent des spores jaune rougeâtre
  • lorsque la pelouse est très infectée, on peut trouver des spores sur les chaussures et les lames de la tondeuse
  • stress causé par une carence en azote et la sécheresse
  • le ray-grass vivace est la graminée la plus sensible

Figure 7. Moisissures des neiges

Figure 7. Moisissures des neiges

  • des taches circulaires ou irrégulières de couleur paille apparaissent sur la pelouse après la fonte des neiges
  • gazon recouvert de neige pendant de longues périodes, croissance luxuriante du gazon et présence d'herbe haute lorsque l'hiver arrive
  • ces moisissures ont une prédilection pour les endroits où la neige s'est amoncelée ou a été entassée pendant l'hiver

 

Tableau 5b. Aperçu des principales maladies des pelouses
Nom de la maladie Dommages et moyens de lutte

Figure 1. Rond de sorcière (cercle de fée)

Figure 1. Rond de sorcière (cercle de fée)

  • faire des sarclages profonds répétés et arroser abondamment

Figure 2. Taches foliaires

Figure 2. Taches foliaires

  • tondre moins court
  • fertiliser légèrement pour aider la pelouse à se rétablir
  • irriguer ou arroser seulement le matin

Figure 3. Champignons supérieurs

Figure 3. Champignons supérieurs

  • sont facilement supprimés par la tonte

Figure 4. Tache annulaire nécrotique

Figure 4. Tache annulaire nécrotique

  • favoriser le développement des racines en profondeur
  • arroser légèrement et fréquemment pendant les périodes sèches
  • semer du raygrass pour pelouses sur les endroits dégarnis

Figure 5. Blanc (oïdium)

Figure 5. Blanc (oïdium)

  • réduire l'ombre et améliorer la circulation de l'air
  • ce champignon éclaircit habituellement la pelouse, mais ne la détruit pas complètement

Figure 6. Rouille

Figure 6. Rouille

  • fertiliser et arroser peu souvent mais à fond
  • tondre haut et fréquemment

Figure 7. Moisissures des neiges

Figure 7. Moisissures des neiges

  • ne pas épandre d'azote en octobre
  • au printemps, ratisser la pelouse aux endroits recouverts de chaume pour faciliter le ressuyage; fertiliser légèrement pour aider le gazon à se rétablir

 

Endophytes

Une façon de se prémunir contre les insectes qui rongent les feuilles consiste à semer des graminées qui contiennent des endophytes. Les endophytes sont des champignons microscopiques qui croissent à l'intérieur des graminées et leur communiquent un mauvais goût. Les insectes ennemis des pelouses qui sont rebutés par les endophytes sont la punaise velue, la calandre du pâturin et la pyrale des prés. Les espèces de graminées à gazon qui sont susceptibles de contenir des endophytes sont le ray-grass vivace, les fétuques à feuilles fines et la fétuque élevée. Consulter un marchand local de produits de jardin ou de semences pour savoir quelles graminées endophytes sont en vente.

Pour réparer une pelouse qui est endommagée ou dégarnie à la suite d'une infestation par des insectes, on peut procéder à un semis de regarnissage ou à la pose de gazon en plaques. Voir les rubriques Semis de regarnissage et pose de gazon en plaques pour plus d'information.

Autres ennemis des pelouses

Mousses

Les mousses sont des formes primitives de plantes vertes qui croissent en masses enchevêtrées au milieu du gazon. Elles ont une capacité de propagation phénoménale. Les myriades de spores qu'elles produisent peuvent chacune donner naissance à un nouveau pied de mousse. Leur propagation végétative est facilitée par la tonte. Par contre, les mousses sont incapables de s'installer dans une pelouse en bonne santé et ne se développent que dans celles qui sont affaiblies par de mauvaises conditions de croissance. Voici les facteurs qui contribuent à affaiblir une pelouse et à promouvoir son envahissement par les mousses :

  • circulation d'air insuffisante,
  • mauvais drainage,
  • sol peu fertile,
  • acidité élevée,
  • ombrage important,
  • irrigation fréquente.

Voici des méthodes culturales qui peuvent être efficaces contre les mousses :

  • Maintenir le sol fertile, surtout par des apports d'azote (2,0 d'azote élémentaire/100 m2 par année).
  • Défeutrer la pelouse en la ratissant vigoureusement, en l'aérant ou en la scarifiant.
  • Diminuer l'ombrage en élaguant les arbres.
  • Maintenir le pH du sol entre 6 et 7; épandre de la chaux si le sol est acide.
  • Améliorer le drainage en surface.
  • Ameublir le sol et l'aérer en marchant dessus avec des semelles à pointes, en passant un scarificateur ou un aérateur de gazon mécanique.
  • Faire de bons arrosages, peu fréquents.
  • Ne pas supprimer plus du tiers des parties aériennes des graminées à chaque tonte et régler la hauteur des lames à la hauteur qui convient pour les espèces présentes dans la pelouse.

Lutte contre les maladies

Les pelouses connaissent peu de problèmes de maladies. Un apport d'engrais excessif peut engendrer une croissance luxuriante qui rendra la pelouse plus vulnérable aux maladies. Au moment d'installer ou de rénover une pelouse, choisir des variétés qui sont résistantes à de nombreuses maladies. Les mauvaises pratiques d'arrosage contribuent aussi aux maladies de la pelouse. Il faut de préférence arroser en début de matinée, afin que l'herbe reste humide le moins longtemps possible. On trouvera au tableau 5 un aperçu des principales maladies qui affectent les pelouses résidentielles.

Pour réparer une pelouse qui est endommagée ou dégarnie à la suite d'une infection par une maladie, on peut procéder à un semis de regarnissage ou à la pose de gazon en plaques. Voir la rubrique Semis de regarnissage et pose de gazon en plaques pour plus d'information.

Références utiles

Fiches techniques du MAAARO :

La version anglaise de la présente fiche technique a été rédigée par Pam Charbonneau, spécialiste des gazons, Phytotechnie, MAAARO, Guelph.


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca