Passez au contenu.
English

Certaines fonctionnalités de ce site nécessitent Javascript soit activé pour le meilleur usibility. S'il vous plaît activer Javascript pour fonctionner.

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales

CharanÇon de la racine du fraisier

Pupe du charançon des racines Larve du charançon des racines se nourrisant du collet du fraise Excréments rougeâtres granulaires indiquant les activités de nutrition du charançons racines Entailles en forme de “c” causées par les adultes du charançons des racines Charançon noir de la vigne Larve du charançons des racines Dommages causes par le charançon des racines Adulte du charançon de la racine du fraisier
Cliquez pour agrandir.

Débutant

Noms scientifiques 
Otiorhynchus ovatus, Otiorhynchus suclatus

Il existe plusieurs espèces de charançons de la racine du fraisier. En Ontario, l’espèce la plus répandue est le charançon noir de la vigne (O. sulcatus) et le charançon de la racine du fraisier (O. ovatus).

Identification

  • On les trouve dans le sol autour du plant ou dissimulées dans le collet.
  • Elles sont de couleur crème ou d’un blanc tirant sur le rose, sont dépourvues de pattes et ont un corps en forme de C et une tête brune.
  • La taille des larves matures varie selon les espèces. Les adultes se reconnaissent à leurs pièces buccales protubérantes appelées rostre.
  • L’adulte se nourrit la nuit, laissant dernière lui des entailles en forme de C sur le pourtour des feuilles de fraisier.
  • Cette lesion n’est pas grave, mais elle indique que les larves peuvent poser un problème plus grave l’année suivante.

Souvent confondu avec
Les vers blancs
Les dommages hivernaux
Les maladies des racines ou du collet

Période d’activité
Les charançons des racines hivernent dans le sol au stade larvaire. Les adultes commencent à émerger du sol au cours de la cueillette. Les adultes, présents dans le champ en juillet et au début d’août. C’est en juillet, une fois la cueillette terminées, que surviennent les pics d’apparition des adultes et d’activité de ponte. Les dommages aux racines ne sont habituellement évidents que le printemps suivant. Même s’il n’y a qu’une seule génération par an, sa population peut s’accroître rapidement durant les deux années qui suivent la plantation.

Notes de surveillance
Au début du printemps, vérifier la présence éventuelle de sections du champ où les plants de fraisiers sont rabougris. Bêcher soigneusement le sol autour des plants atteints pour dégager les racines jusqu’à une profondeur d’environ 15 cm (6 po) et vérifier s’il y a des larves. Dans l’affirmative, traiter après la récolte lorsque les adultes émergent. À mesure que la saison avance, bêcher pour vérifier la présence de pupes et de nouveaux adultes en émergence.

De la mi-été à la fin de l’été, examiner le feuillage chaque semaine ou aux deux semaines, afin de vérifier la présence d’encoches sur les feuilles.

Seuils d’intervention
Aucun seuil n’a été établi.

Avancé

Noms scientifiques 
Otiorhynchus ovatus, Otiorhynchus sulcatus

Il existe plusieurs espèces de charançons de la racine du fraisier. En Ontario, l’espèce la plus répandue est le charançon noir de la vigne (O. sulcatus) et le charançon de la racine du fraisier (O. ovatus).

Identification
Les larves du charançon se nourrissent des racines de fraisiers. On les trouve dans le sol autour du plant ou dissimulées dans le collet. Les jeunes larves sont très petites et difficiles à déceler. La taille des larves matures varie selon les espèces. Elles sont de couleur crème ou d’un blanc tirant sur le rose, sont dépourvues de pattes et ont un corps en forme de C et une tête brune.

Les adultes se reconnaissent à leurs pièces buccales protubérantes appelées rostre. Le charançon adulte est dépourvu d’ailes et se déplace en marchant sur le sol. Il se nourrit la nuit, laissant dernière lui des entailles en forme de C sur le pourtour des feuilles de fraisier. Cette lésion n’est pas grave, mais elle indique que les larves peuvent poser un problème plus grave l’année suivante.

 

L’IDENTIFICATION DES CHARANÇONS
  Forme Larve
LE CHARANÇON NOIR DE LA VIGNE -Noir
-8 à 11 mm (1/3 – ½ po) de longueur
-Pourvu de poils courts, de couleur beige sur le dessus des ailes.
-Jusqu’à 8 mm (1/4 po) de longueur
LE CHARANÇON DE LA RACINE DU FRAISIER -Brun
-Jambes brun rougeâtre
-5 à 8 mm (1/5 – 1/3 po) de longueur
- 3 à 5 mm (1/8–1/5 po) de longueur

Souvent confondus avec
Les vers blancs (Les larves des deux ravageurs se nourrissent des racines des plants. Les larves des vers blancs ont des pattes et des pinces et se cachent dans les nouvelles fraisières plantées sur des anciennes prairies et dans les endroits où les graminées adventices sont abondantes. Les larves du charançon des racines n’ont pas de pattes et on les trouve plus souvent dans les fraisières moins récentes.)
Les dommages hivernaux (Au printemps, les fraisiers sont rabougris ou leur croissance est lente.)
Les maladies des racines ou du collet (Le ralentissement de la croissance et l’affaissement des plants sont associés aux maladies des racines et du collet tout comme aux dommages causés aux racines par les larves des charançons.)

Période d’activité
Les charançons des racines hivernent dans le sol sous forme de larves qui s’attaquent avidement aux racines le printemps venu. Les adultes commencent à émerger du sol au cours de la cueillette et restent présents dans le champ en juillet et au début d’août. C’est à la fin juillet jusqu’à la mi-août que surviennent les pics d’apparition des adultes et d’activité de ponte. Les œufs éclosent environ 10 jours plus tard lorsque les conditions sont optimales. L’éclosion des œufs peut en effet être retardée si le sol est sec. On peut observer la présence de très petites larves en fin d’été et à l’automne. Les dommages aux racines ne sont habituellement évidents que le printemps suivant. Même s’il n’y a qu’une seule génération par an, la population peut s’accroître rapidement durant les deux années qui suivent la plantation.

Biologie
La plupart des charançons passent l’hiver à l’abri dans le sol sous forme de larves partiellement développées. Les dégâts causés aux racines recommencent au printemps lorsque les températures s’adoucissent. Les larves sont habituellement actives dans la couche de sol située entre 2 et 40 cm (4/5 – 16 po) de la surface. La pupaison commence vers la fin mai dans des logettes d’hivernation sous le plant et les charançons adultes émergent des pupes entre le début et le milieu de juin. Comme ils ne peuvent pas voler, ils rampent jusqu’à la plante-hôte pour commencer à se nourrir. Ravageurs strictement nocturnes, les charançons adultes se cachent durant la journée dans des débris de feuilles à la surface du sol ou sur les tiges. Lorsqu’une plante-hôte est dérangée, les charançons tombent au sol et y restent sans bouger pendant quelque temps. Après s’être alimentés pendant 10 à 14 jours, les adultes commencent à pondre des œufs. Une femelle peut pondre jusqu’à 150 – 200 œufs dans le sol. Les œufs éclosent en une dizaine de jours, après quoi les larves se nourrissent des racines jusqu’à l’automne. Il n’y a habituellement qu’une seule génération par saison. Cependant, les adultes qui émergent tard peuvent hiverner.

Notes de surveillance
Généralement, les charançons des racines se déplacent à partir des bordures du champ vers l’intérieur. Il arrive aussi qu’ils se déplacent le long des conduits servant à l’irrigation ou en fonction des abris sur les lieux.

Au début du printemps, vérifier la présence éventuelle de sections du champ où les plants de fraisiers sont rabougris. Bêcher soigneusement le sol autour des plants atteints pour dégager les racines jusqu’à une profondeur d’environ 15 cm (6 po) et vérifier s’il y a des larves. Dans l’affirmative, traiter après la récolte lorsque les adultes émergent. À mesure que la saison avance, bêcher pour vérifier la présence de pupes et de nouveaux adultes en émergence.

De la mi-été à la fin de l’été, examiner le feuillage chaque semaine ou aux deux semaines, afin de vérifier la présence d’encoches sur les feuilles.

Seuils d’intervention
Aucun seuil n’a été établi. Les plants sains peuvent tolérer les attaques d’une ou deux larves par plant. Les larves du charançon noir de la vigne causent plus de dommages que les celles du charançon de la racine du fraisier; les seuils d’intervention sont donc plus élevés pour ces dernières.

L'évaluation de l’ampleur des encoches sur les feuilles à la fin de l’été peut également être utile pour estimer la gravité de problèmes qui seront associés au charançon noir de la vigne au printemps suivant. Certains chercheurs ont suggéré qu’un pourcentage de 25 à 50 % de feuilles crantées est révélateur de la présence d’un problème. Ce ne sont pas toutes les espèces de charançons des racines qui font des encoches aux feuilles (feuilles crantées).

Moyens de lutte

  • Le charançon de la racine est un grand ravageur des fraisiers qui peut produire d’importants dégâts; les dommages limités à un coin du champ peuvent s’étendre et causer des pertes énormes l’année suivante. Pour prévenir ce genre de problème, il faut d’abord savoir reconnaître le charançon de la racine.
  • Travailler le sol entre les rangs de fraisiers au moment de la rénovation afin d’exposer les populations de charançons adultes et d’en réduire le nombre.
  • Pour la répression des charançons de la racine, épandre après la récolte un insecticide homologué pour les charançons de la racine adultes dans les fraisiers. Il n’y a pas d'insecticide homologué contre les larves.
  • Épandre l’insecticide après la rénovation des fraisiers, la nuit, c’est-à-dire lorsque les adultes sont actifs.
  • Là où il y a des charançons, ne pas rétrécir les rangées avec du Gramoxone parce que les débris végétaux et le sol non remué favorisent l’activité des charançons.
  • Passer la herse dans les champs infestés aussitôt que possible après la récolte, mais laisser une rangée-piège ou deux de vieux plants à la lisière du champ pour empêcher un exode massif.
  • Ne pas installer de nouvelles plantations à proximité de plantations plus vieilles qui sont infestées.
  • Des nématodes prédateurs peuvent être utilisés dans le sol pour combattre les charançons des racines. Des essais ont démontré que cette méthode est relativement efficace, selon la période du traitement et les conditions ambiantes.