Passez au contenu.
English

Certaines fonctionnalités de ce site nécessitent Javascript soit activé pour le meilleur usibility. S'il vous plaît activer Javascript pour fonctionner.

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales

Tache angulaire

Symptôme de la tache angulaire – résidu floconneux blanc Symptôme de la tache angulaire – lésions aqueuses sur la face inférieure de la feuille Symptômes de la tache angulaire – calice infecté Symptômes de la tache angulaire – le jaunissement sur la face supérieure de la feuille Exsudat bactérien sur la surface inférieure des feuilles vu dans des conditions très humides Les symptômes de la tache angulaire sur la surface inférieure de la feuille
Cliquer pour agrandir.

Débutant

Nom scientifique
Xanthomonas fragariae

Identification

  • Les symptômes de la tache angulaire apparaissent sur les feuilles et le calice du fruit.
  • Des taches minuscules à contour angulaire sont d’abord visibles sur le revers des feuilles.
  • Les taches paraissent mouillées quand on les regarde du dessus de la feuille, mais elles sont transparentes quand on les regarde à contre-jour.
  • Leur extension étant limitée par les nervures des feuilles, les taches affectent une forme angulaire.
  • Les lésions s’étendent, fusionnent et forment des taches irrégulières brun rougeâtre comportant des zones nécrosées, sur la face supérieure des feuilles.
  • Des bactéries suintent de ces taches quand le temps est humide; quand le suintement s’assèche, il laisse un résidu floconneux blanc.
  • Les sépales infectés noircissent et le fruit n’est plus vendable.

Souvent confondue avec
La tache commune
La tache pourpre
La brûlure des feuilles
La brûlure attribuable aux engrais

Période d’activité
Les attaques sont les plus sévères là où le gel est fréquent durant la floraison et où l’on a recours à l’aspersion comme protection contre le gel. Les symptômes se manifestent sous des conditions de chaleur et d’humidité.

Notes de surveillance
Effectuer le dépistage avant et pendant la floraison, et inspecter les nouvelles fraisières après de longues périodes de pluie et d’humidité relative élevée (> 90%). Examiner le revers des plus vieilles feuilles au printemps pour déceler des signes de tache angulaire. Prendre note de l’évolution de la maladie à partir des plus vieilles feuilles à la base du plant vers les nouvelles pousses et le calice.

Seuils d’intervention
Aucun seuil n’a été établi.

Avancé

Nom scientifique 
Xanthomonas fragariae

Identification
Les symptômes de la tache angulaire apparaissent sur les feuilles et le calice du fruit. Des taches minuscules à contour angulaire sont d’abord visibles sur le revers des feuilles. Leur extension étant limitée par les nervures des feuilles, les taches affectent une forme angulaire. Les taches paraissent mouillées quand on les regarde du dessus de la feuille, mais elles sont transparentes quand on les regarde à contre-jour. Des bactéries suintent de ces taches quand le temps est humide. Quand le suintement s’assèche, il laisse un résidu floconneux blanc. Les lésions s’étendent, fusionnent et forment des taches irrégulières brun rougeâtre comportant des zones nécrosées, sur la face supérieure des feuilles. Les sépales infectés noircissent et le fruit n’est plus vendable. Cette maladie peut être systémique et peut donc parfois entraîner l’affaissement du plant.

Souvent confondue avec
La tache commune
La tache pourpre
La brûlure des feuilles (La tache angulaire entraîne la formation de taches anguleuses humides caractéristiques sur la face inférieure des feuilles qui sont transparentes à contre-jour. À mesure que la maladie progresse, un jaunissement qui peut être confondu avec la brûlure des feuilles se produit sur la face supérieure des feuilles.)
La brûlure attribuable aux engrais (Le noircissement ou le dessèchement du calice peuvent être causés par d’autres maladies foliaires ou par la brûlure attribuable aux engrais. Les calices infectés par la tache angulaire sont d’un brun noir plus foncé presque humide.)

Biologie
La tache angulaire est également désignée sous le nom de brûlure bactérienne. Cette maladie s’attaque aux fraisiers sauvages et cultivés, mais n’a pas d’hôtes intermédiaires. La maladie est causée par la bactérie Xanthomonas fragariae. Celle-ci passe l’hiver dans les débris végétaux ou sur les fraisiers. Au printemps, la bactérie s’active et se propage autour des plants ainsi que vers d’autres plants non infectés par les éclaboussures ou l’eau d’irrigation. Les premières infections s’observent sur les plus vieilles feuilles, à la base des nouveaux plants. De nouvelles infections apparaissent lorsque la bactérie se propage par les éclaboussures vers les nouvelles pousses ou les sépales. La bactérie pénètre dans le plant par les blessures qui s’y trouvent ou par ses orifices naturels. L’infection peut devenir systémique et se propager à toutes les parties du plant à l’exception des racines. Les fruits peuvent s’infecter et les calices deviennent noirs; des zones dures, peu attrayantes, se forment aussi sur le haut du fruit.

Période d’activité
La maladie est présente sur les plants tout au long de la saison. Elle est favorisée par des températures fraîches et humides lorsque les maximums se situent autour de 2 °C (35 °F) et que les minimums sont autour du point de congélation (0 °C ou 32 °F). Les attaques sont les plus sévères là où le gel est fréquent durant la floraison et où l’on a recours à l’aspersion comme protection contre le gel. Des températures fraîches et des pluies fréquentes au printemps sont des conditions propices à l’apparition et à la propagation de cette maladie. Les symptômes se manifestent sous des conditions de chaleur et d’humidité. Par temps doux et sec, l’activité de la maladie et son rythme de propagation ralentissent jusqu’à la fin de l’été et l’automne.

Notes de surveillance
Effectuer le dépistage dans les plantations établies avant et pendant la floraison, en fin d’été et à l’automne. Inspecter les nouvelles fraisières au printemps, en fin d’été et à l’automne. Parcourir les parcelles après de longues périodes de pluie et d’humidité relative élevée (> 90 %). Examiner le revers des plus vieilles feuilles au printemps pour déceler des signes de tache angulaire. Évaluer le pourcentage de plants atteints et la gravité de l’infection. Prendre note de l’évolution de la maladie à partir des plus vieilles feuilles à la base du plant vers les nouvelles pousses et le calice.

Les symptômes apparaissent en 5 ou 6 jours à des températures de 20 à 25 °C (68 – 77 °F); 14 jours à 10 °C (50 °F). Les plants atteints ne présentent pas de symptômes à 5 °C (41 °F), mais la maladie se développera tout de même avec la hausse des températures.  

Toutes les variétés sont sensibles à la tache angulaire. La Cavendish, l’Annapolis, la Kent, l’Allstar, la Sable, la Wendy, l’Honeoye et la Jewel y sont extrêmement vulnérables.

Seuils d’intervention
Aucun seuil n’a été établi.

Moyens de lutte

  • La tache angulaire est une maladie bactérienne sur laquelle les fongicides n’ont aucun effet.
  • Éviter de trop recourir à l’aspersion comme protection contre le gel.
  • Éviter des apports excessifs d’azote, car les jeunes tissus foliaires et les feuilles sur les plants très vigoureux sont plus sensibles.
  • Nettoyer les résidus de culture, surtout sur les lits de semence paillés de plastique.
  • Éviter de travailler les champs quand le sol est mouillé.
  • Les bactéries peuvent migrer des feuilles aux collets. Elles peuvent aussi se transmettre aux nouvelles fraisières par l’intermédiaire de plants qui ne présentent aucun symptôme.
  • À l’intérieur de la fraisière, la maladie se répand par l’eau d’irrigation, les éclaboussures de la pluie, le matériel mouillé, etc.