Passez au contenu.
English

Certaines fonctionnalités de ce site nécessitent Javascript soit activé pour le meilleur usibility. S'il vous plaît activer Javascript pour fonctionner.

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales

TORDEUSE DE LA VIGNE

Débutant

Nom scientifique
Paralobesia viteana (auparavant Endopiza viteana)

Identification

  • Opaques, blancs, ovales, en forme d’écaille, 0.7 mm de diamètre
  • pondus un à un parmi les bourgeons, les pétales, les petites tiges et les baies

Larves

  • Sont blanc crème avec une tête brune foncée quand nouvellement écloses
  • deviennent vertes puis violettes avec une tête brun pâle à maturité
  • 10 mm de longueur à maturité
  • laissent de fines tentes tissées quand elles se déplacent

Pupes

  • 5 mm de longueur
  • soit brun pâle avec un ton de vert sur l’abdomen, soit entièrement vert foncé

Adultes

  • 6 mm de longueur
  • un corps brun avec une rayure gris violet sur les ailes près du corps, et les extrémités des ailes sont crème et tachetées de brun

Dommage
Larves de première génération

    • Les larves tissent des toiles autour des bourgeons, des fleurs et des fruits nouvellement formés pendant qu’elles se nourrissent
    • Les parties affectées tombent souvent de la vigne

Larves de deuxième génération

    • Les larves forment un trou de la grosseur d’une tête d’épingle et s’enfouissent directement dans les grains verts près du pédicelle ou sur les côtés, là où les fruits entrent en contact les uns avec les autres
    • Il peut se former un point pourpre autour du trou de la grosseur d’une tête d’épingle
    • Des tunnels foncés en lacets sont visibles à la surface des baies

Larves de troisième génération et partielle quatrième génération

    • Se nourrissent des baies fraîches et laissent des baies creuses avec présence d’excréments et de sciure
    • Se nourrissent successivement de baies multiples qui se touchent dans la grappe
    • Les baies affectées changent à violettes ou brunes
    • Les baies infestées sont souvent infectées de pourriture de la grappe
    • Les baies infestées peuvent être encore plus blessées par les guêpes et la coccinelle asiatique

Souvent confondue avec
Le mildiou : les baies changent de couleur prématurément mais restent fermes

Véraison : les baies changent de couleur mais ne présentent pas de traces d’excréments et de sciure

Enrouleuses ou tordeuses : peuvent se nourrir à l’intérieur des baies; les larves restent de couleur verte avec une tête de couleur verte ou plus foncée

Toiles d’araignées : pas de larves, ni de traces d’excréments ou de sciure

Episimus argutanus :peut être dans les pièges de phéromone, tacheté de brun, sans les rayures grisâtres violacées sur les ailes de la tordeuse de la vigne

Période d’activité
La première génération : les adultes sortent, s’accouplent et pondent leurs œufs une fois que les inflorescences sont visibles dans les vignes sauvages et sont allongées dans les vignobles commerciaux et la ponte des œufs se poursuit pendant quelques semaines.     

La deuxième génération : les adultes apparaissent quand les baies sont à peu près de la taille d’un plomb. Les larves de cette génération apparaissent quelques jours après les adultes et se nourrissent exclusivement sur les baies en développement.

La troisième génération: cette génération commence à apparaître à la véraison et les adultes continuent leur émergence pendant août et septembre. La ponte des oeufs se poursuit pendant une longue période et les larves sont en activité jusqu’au premier gel.

Notes de surveillance
Installer les pièges dans le vignoble avant le moment prévu du premier envol au printemps. Remplacer les pièges à la fin de l’envol des adultes de chaque génération. Laisser les pièges dans le vignoble jusqu’à la fin de la cueillette. Pour obtenir une idée juste de l’activité dans le vignoble, il est recommandé d’installer au moins cinq pièges par unité de surface de quatre hectares. La hauteur des pièges destinés à la capture des tordeuses de la vigne est suspendue sur le fil le plus haut. Placer un piège sur le pourtour du verger et le reste des pièges à intervalles de 40 m le long d’une rangée à l’intérieur du verger. Il faut inspecter les pièges à phéromones deux fois par semaine, les mêmes jours chaque fois si possible. Examiner soigneusement les tordeuses pour éviter de confondre avec Episimus. Retirer toutes les tordeuses et en consigner le nombre.

Se renseigner si la technique de confusion sexuelle est employée dans le vignoble ou à proximité, ce qui pourrait influer sur le succès de ce type de surveillance de l’activité des tordeuses pendant la saison.

Si des pièges contre la tordeuse de la vigne ont été utilisés, avoir recours à des pièges à phéromones sentinelles. Les techniques de surveillance seront les mêmes, sauf le cinquième piège qui sera placé au centre du vignoble.

En plus de surveiller le vol des adultes dans les pièges à phéromones, il faut examiner les grappes en cas de blessures. Attention aux points chauds dans le vignoble qui tendent à être sur le pourtour ou à proximité des zones boisées. Voir le seuil d’intervention pour le protocole de surveillance.  

La première génération : rechercher les têtes d’inflorescences et les petites baies enchevêtrées par le tissage. Disséquer ces masses et rechercher les larves, les dommages ou les traces d’excréments.

Générations suivantes : attention aux baies qui changent prématurément de couleurs et s’agglutinent ensemble; disséquer et rechercher les larves ou la sciure et les excréments.  Après la véraison, la pourriture grise peut être associée à la tordeuse de la vigne, il faut donc examiner les parties pourries des grappes à la recherche de larves ou d’excréments et de sciure, ou les deux.  

Seuil d’intervention
Surveiller les pièges pour identifier la recrudescence des captures dans les pièges. Selon le produit choisi, l’application d’insecticides peut s’effectuer lors de la recrudescence des captures dans les pièges à phéromones, ou dans les 6 à 10 jours par la suite. Le traitement est répété au besoin si l’émergence de ravageurs continue ou que des blessures fraîches sont détectées.

Examiner 10 grappes de 10 vignes espacées provenant de cinq rangs extérieurs et de cinq  groupes largement espacés. Si l’évaluation initiales indique plus de 5 % des grappes infestées de la tordeuse de la vigne, prendre un deuxième échantillons de 100 prélèvements plus loin dans le vignoble et les inspecter. Prendre des mesures correctives si plus de 5 % des grappes sont atteintes.
 
Quand les dommages semblent confinés aux cinq rangs de l’extérieur du vignoble, un traitement d’insecticide sur le pourtour devrait suffire.

Si la confusion sexuelle fonctionne, il n’y aura que des petits nombres ou aucun adulte dans les pièges. Si des tordeuses sont capturées dans des pièges sentinelles, il est possible que la technique ne fonctionne pas et des pulvérisations supplémentaires d’insecticide sont peut-être nécessaires sur le pourtour ou dans la parcelle entière, ou les deux.

Avancé

NNom scientifique
Paralobesia viteana (auparavant Endopiza viteana)

Identification

  • Opaques, blancs, ovales, en forme d’écaille, 0.7 mm de diamètre
  • pondus un à un parmi les bourgeons, les pétales, les petites tiges et les baies

Larves

  • Sont blanc crème avec une tête brune foncée quand nouvellement écloses
  • deviennent vertes puis violettes avec une tête brun pâle à maturité
  • 10 mm de longueur à maturité
  • laissent de fines tentes tissées quand elles se déplacent

Pupes

  • 5 mm de longueur
  • soit brun pâle avec un ton de vert sur l’abdomen, soit entièrement vert foncé

Adultes

  • 6 mm de longueur
  • un corps brun avec une rayure gris violet sur les ailes près du corps, et les extrémités des ailes sont crème et tachetées de brun

Dommage
Larves de première génération

    • Les larves tissent des toiles autour des bourgeons, des fleurs et des fruits nouvellement formés pendant qu’elles se nourrissent
    • Les parties affectées tombent souvent de la vigne

Larves de deuxième génération

    • Les larves forment un trou de la grosseur d’une tête d’épingle et s’enfouissent directement dans les grains verts près du pédicelle ou sur les côtés, là où les fruits entrent en contact les uns avec les autres
    • Il peut se former un point pourpre autour du trou de la grosseur d’une tête d’épingle
    • Des tunnels foncés en lacets sont visibles à la surface des baies

Larves de troisième génération et partielle quatrième génération

    • Se nourrissent des baies fraîches et laissent des baies creuses avec présence d’excréments et de sciure
    • Se nourrissent successivement de baies multiples qui se touchent dans la grappe
    • Les baies affectées changent à violettes ou brunes
    • Les baies infestées sont souvent infectées de pourriture de la grappe
    • Les baies infestées peuvent être encore plus blessées par les guêpes et la coccinelle asiatique

Souvent confondue avec
Le mildiou : les baies changent de couleur prématurément mais restent fermes

Véraison : les baies changent de couleur mais ne présentent pas de traces d’excréments et de sciure

Enrouleuses ou tordeuses : peuvent se nourrir à l’intérieur des baies; les larves restent de couleur verte avec une tête de couleur verte ou plus foncée

Toiles d’araignées : pas de larves, ni de traces d’excréments ou de sciure

Episimus argutanus :peut être dans les pièges de phéromone, tacheté de brun, sans les rayures grisâtres violacées sur les ailes de la tordeuse de la vigne

Biologie
Les pupes de la tordeuse de la vigne hivernent sous des débris de feuilles dans les vignobles ou à proximité. Les adultes sortent à peu près une semaine avant la floraison des vignes sauvages (entre les stades 3-5 feuilles déployées et fleurs naissantes dans les vignobles) et l’émergence se continue pour quelques semaines. L’accouplement se produit quand les températures sont supérieures à 13 ºC. Les oeufs sont pondus sur les petites fleurs et les petites baies peu après l’accouplement et éclosent de 3 à 6 jours après, suivant la température. Les larves de première génération se nourrissent superficiellement des petites fleurs, des petites baies et des baies en croissance. Après que les baies ont atteint un diamètre de 6 mm, les larves pénètrent dans les baies et se nourrissent de la pulpe pour trois ou quatre semaines. Une seule chenille peut se nourrir de plusieurs baies et souvent ces baies seront tissées ensembles. À maturité, les larves sortent des baies et peuvent aller sur une feuille pour y découper un rabat puis se laisser tomber au sol ou filer doucement vers les sol pour se pupifier pendant 10-14 jours. Les larves de deuxième génération se nourrissent des baies en croissance, et les sites d’alimentation sont visibles sous la forme de trous avec une décoloration violacée ou rougeâtre. Les larves se nourrissent juste sous la peau, mais éventuellement la pulpe de la baie est endommagée. Les larves de la troisième génération se nourrissent de la pulpe à l’intérieur des baies avant et après la véraison. Les baies sont creusées par les ravageurs qui se sont nourris et on peut alors trouver les larves dans les fruits récoltés chez le transformateur et elles seront considérées comme des contaminants. Les larves de la troisième génération complètement développées tissent leur fil pour se laisser tomber au sol où elles construisent des cellules pour se pupifier et hiverner dans les feuilles tombées. Selon les conditions climatiques, il peut y avoir une troisième et une partielle quatrième génération de tordeuse de la vigne à chaque saison de croissance. Les larves de la troisième et de la partielle quatrième génération peuvent causer les plus importants dégâts à la récolte. À cause de l’émergence plus étendue des adultes et de la ponte subséquente des œufs, il peut y avoir un plus grand nombre de stades larvaires à la récolte.

Période d’activité
La première génération : les adultes sortent, s’accouplent et pondent leurs œufs une fois que les inflorescences sont visibles dans les vignes sauvages et sont allongées dans les vignobles commerciaux et la ponte des œufs se poursuit pendant quelques semaines.     

La deuxième génération : les adultes apparaissent quand les baies sont à peu près de la taille d’un plomb. Les larves de cette génération apparaissent quelques jours après les adultes et se nourrissent exclusivement sur les baies en développement.

La troisième génération: cette génération commence à apparaître à la véraison et les adultes continuent leur émergence pendant août et septembre. La ponte des oeufs se poursuit pendant une longue période et les larves sont en activité jusqu’au premier gel.

Notes de surveillance
Installer les pièges dans le vignoble avant le moment prévu du premier envol au printemps. Remplacer les pièges à la fin de l’envol des adultes de chaque génération. Laisser les pièges dans le vignoble jusqu’à la fin de la cueillette. Pour obtenir une idée juste de l’activité dans le vignoble, il est recommandé d’installer au moins cinq pièges par unité de surface de quatre hectares. La hauteur des pièges destinés à la capture des tordeuses de la vigne est suspendue sur le fil le plus haut. Placer un piège sur le pourtour du verger et le reste des pièges à intervalles de 40 m le long d’une rangée à l’intérieur du verger. Il faut inspecter les pièges à phéromones deux fois par semaine, les mêmes jours chaque fois si possible. Examiner soigneusement les tordeuses pour éviter de confondre avec Episimus. Retirer toutes les tordeuses et en consigner le nombre.

Se renseigner si la technique de confusion sexuelle est employée dans le vignoble ou à proximité, ce qui pourrait influer sur le succès de ce type de surveillance de l’activité des tordeuses pendant la saison.

Si des pièges contre la tordeuse de la vigne ont été utilisés, avoir recours à des pièges à phéromones sentinelles. Les techniques de surveillance seront les mêmes, sauf le cinquième piège qui sera placé au centre du vignoble.

En plus de surveiller le vol des adultes dans les pièges à phéromones, il faut examiner les grappes en cas de blessures. Attention aux points chauds dans le vignoble qui tendent à être sur le pourtour ou à proximité des zones boisées. Voir le seuil d’intervention pour le protocole de surveillance.  

La première génération : rechercher les têtes d’inflorescences et les petites baies enchevêtrées par le tissage. Disséquer ces masses et rechercher les larves, les dommages ou les traces d’excréments.

Générations suivantes : attention aux baies qui changent prématurément de couleurs et s’agglutinent ensemble; disséquer et rechercher les larves ou la sciure et les excréments.  Après la véraison, la pourriture grise peut être associée à la tordeuse de la vigne, il faut donc examiner les parties pourries des grappes à la recherche de larves ou d’excréments et de sciure, ou les deux.  

Seuil d’intervention
Surveiller les pièges pour identifier la recrudescence des captures dans les pièges. Selon le produit choisi, l’application d’insecticides peut s’effectuer lors de la recrudescence des captures dans les pièges à phéromones, ou dans les 6 à 10 jours par la suite. Le traitement est répété au besoin si l’émergence de ravageurs continue ou que des blessures fraîches sont détectées.

Examiner 10 grappes de 10 vignes espacées provenant de cinq rangs extérieurs et de cinq  groupes largement espacés. Si l’évaluation initiales indique plus de 5 % des grappes infestées de la tordeuse de la vigne, prendre un deuxième échantillons de 100 prélèvements plus loin dans le vignoble et les inspecter. Prendre des mesures correctives si plus de 5 % des grappes sont atteintes.
 
Quand les dommages semblent confinés aux cinq rangs de l’extérieur du vignoble, un traitement d’insecticide sur le pourtour devrait suffire.

Si la confusion sexuelle fonctionne, il n’y aura que des petits nombres ou aucun adulte dans les pièges. Si des tordeuses sont capturées dans des pièges sentinelles, il est possible que la technique ne fonctionne pas et des pulvérisations supplémentaires d’insecticide sont peut-être nécessaires sur le pourtour ou dans la parcelle entière, ou les deux.

Moyens de lutte
Au début du printemps en enfouissant les feuilles de la saison précédente, on empêche les tordeuses de sortir.

Utiliser des pièges à phéromones pour surveiller l’activité des adultes de tordeuses orientales du pêcher et déterminer le moment où faire des applications d’insecticides. Le moment précis où faire les traitements insecticides varie selon le stade de l’insecte, le mode d’action de l’insecticide et sa rémanence. Les données sur les captures dans les pièges à phéromones sont précieuses pour la lutte contre la tordeuse de la vigne à l’aide d’insecticides ou de la technique de la confusion des mâles. 

Le technique de la confusion des mâles de la tordeuse de la vigne constitue une solution de rechange très efficace à l’emploi d’insecticides. Pour plus d’information, consulter la fiche technique du MAAARO no 03-079, La confusion des mâles comme moyen de lutte contre les insectes ravageurs et la publication 360F du MAAARO intitulée Guide de la culture fruiti�re - Chapitre 7,  Raisins (PDF) ou le Calendrier du raisin (PDF) Recommandations pour la technique de la confusion des mâles contre la tordeuse de la vigne au stade des pousses de 20 à 25 centimètres.

Lutte contre la tordeuse de la vigne à l’aide d’insecticides - Les insecticides servent à lutter contre la tordeuse de la vigne dans la plupart des vignobles commerciaux. Voir la publication 360F du MAAARO, Guide de la culture fruiti�re, pour de l’information sur l’action des différents insecticides, des recommandations pour la tordeuse de la vigne aux stades fleurs naissantes, fin de floraison à début de nouaison, baies de la taille de pois et début de véraison jusqu’à la récolte.