Passez au contenu.
English

Certaines fonctionnalités de ce site nécessitent Javascript soit activé pour le meilleur usibility. S'il vous plaît activer Javascript pour fonctionner.

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales

TÉtranyque rouge du pommier

Les adultes et les oeufs des tétranyques rouges du pommier Les adultes et une nymphe des tétranyques rouges Les tétranyques rouges du pommier Les tétranyques rouges du pommier Une nymphe tétranyque rouge du pommier Les dommages causées par les tétranyques rouges du pommier Les dommages causées par les tétranyques rouges du pommier Cliquer pour agrandir.

Débutant

Nom scientifique
Panonychus ulmi

Identification 
Oeufs :

  • jaune pâle après avoir été pondus et rouges avant d’éclore;
  • légèrement aplatis (en forme d’oignon);
  • surmontés de cils.

Nymphes :

  • trois paires de pattes à l’éclosion;
  • acquièrent une nouvelle paire de pattes, comme les adultes;
  • se nourrissent sur la face inférieure de la feuille.

Adultes immatures :

  • Généralement rougeâtres, mais peuvent prendre une teinte verte après la mue;
  • développent une couleur plus foncée pendant qu’ils se nourrissent;
  • se nourrissent sur la face inférieure de la feuille.

Adultes :

  • la longueur peut varier de 0,15-0,4 mm, selon leur stade biologique;
  • les mâles et les femelles diffèrent d’apparence :
    • la femelle adulte est de couleur brun roux foncé, mesure environ 0,40 mm de longueur et possède des rangées de taches sur le dos, lequel comporte des  « épines »;
    • le mâle est plus petit (0,28 mm), de couleur plus claire or plus terne, avec un abdomen pointu; ses pattes sont proportionnellement plus longues que celles de la femelle.
  • Se nourrissent à la face inférieure de la feuille.

Dommages :

  • les feuilles affectées peuvent montrer de pâles taches chlorotiques et devenir bronzes si les populations sont suffisamment élevées;  
  • les infestations graves peuvent provoquer la défoliation;
  • aucune blessure directe au fruit, cependant la couleur, la fermeté, le calibre et le poids des baies, de même que leur teneur en solides solubles, seront aussi affectés à cause de l’activité photosynthétique réduire des feuilles;
  • une attaque soutenue par des populations non maîtrisées de tétranyques rouges affaiblit les vignes, ce qui nuira l’année suivante à la croissance des pousses et à la formation des boutons.

Souvent confondus avec
Dommages causés par l’ozone – les feuilles affectées sont de couleur brune plus foncée; aucun acarien visible.

Période d’activité
Les tétranyques rouges du pommier causent rarement des dommages aux vignes avant le mi-été. Ces acariens préfèrent les temps chauds et secs.

Notes de surveillance
Les acariens sont minuscules et doivent être observés avec un grossissement de 10X ou plus à la loupe simple ou au microscope pour distinguer les stade du développement.

Lors du dépistage à la recherche de dommages par les acariens, il est utile de se rappeler de l’histoire du site. Examiner les faces inférieure des feuilles pour la présence d’acariens pendant le dépistage des cicadelles et de la tordeuse de la vigne. Si on observe du bronzage des feuilles en se déplaçant dans le vignoble, il convient de confirmer alors la présence des acariens.

Des populations moyennes de tétranyques rouges peuvent endommager des vignes qui sont stressées (sécheresse, surproduction ou culture après un hiver ayant cause d’importants dégâts dus au froid). Les cultivars aux feuilles plus petites ne peuvent supporter les mêmes populations d’acariens que ceux aux plus grandes feuilles. Le dépistage régulier est primordial.  

Seuil d’intervention
Dans quelques vignobles, ce ravageur reste à de faibles niveaux grâce à la présence d'acariens et d'insectes prédateurs. Une application d'acaricide est nécessaire quand 50 % des tiges démontrent une couleur bronzée au niveau de la feuille du milieu ou au dessus des tiges. Si les vignes subissent un stress hydrique, réduire ce seuil d'intervention à 25 % des tiges avec une couleur bronze. Dans tous les cas, il faut identifier le stade de développement prédominant et il faut traiter seulement au stade œufs/nymphes (25/75). Comme les nombres d'acariens peuvent augmenter très rapidement, il faut effectuer le dépistage des vignes fréquemment par temps chaud.

Avancé

Nom scientifique
Panonychus ulmi

Identification 
Oeufs :

  • jaune pâle après avoir été pondus et rouges avant d’éclore;
  • légèrement aplatis (en forme d’oignon);
  • surmontés de cils.

Nymphes :

  • trois paires de pattes à l’éclosion;
  • acquièrent une nouvelle paire de pattes, comme les adultes;
  • se nourrissent sur la face inférieure de la feuille.

Adultes immatures :

  • Généralement rougeâtres, mais peuvent prendre une teinte verte après la mue;
  • développent une couleur plus foncée pendant qu’ils se nourrissent;
  • se nourrissent sur la face inférieure de la feuille.

Adultes :

  • la longueur peut varier de 0,15-0,4 mm, selon leur stade biologique;
  • les mâles et les femelles diffèrent d’apparence :
    • la femelle adulte est de couleur brun roux foncé, mesure environ 0,40 mm de longueur et possède des rangées de taches sur le dos, lequel comporte des  « épines »;
    • le mâle est plus petit (0,28 mm), de couleur plus claire or plus terne, avec un abdomen pointu; ses pattes sont proportionnellement plus longues que celles de la femelle.
  • Se nourrissent à la face inférieure de la feuille.

Dommages :

  • les feuilles affectées peuvent montrer de pâles taches chlorotiques et devenir bronzes si les populations sont suffisamment élevées;  
  • les infestations graves peuvent provoquer la défoliation;
  • aucune blessure directe au fruit, cependant la couleur, la fermeté, le calibre et le poids des baies, de même que leur teneur en solides solubles, seront aussi affectés à cause de l’activité photosynthétique réduire des feuilles;
  • une attaque soutenue par des populations non maîtrisées de tétranyques rouges affaiblit les vignes, ce qui nuira l’année suivante à la croissance des pousses et à la formation des boutons.

Souvent confondus avec
Dommages causés par l’ozone – les feuilles affectées sont de couleur brune plus foncée; aucun acarien visible.

Biologie
Le tétranyque rouge du pommier hiverne au stade des oeufs pondus sur les vignes. Après l’éclosion, les nymphes se déplacent vers de nouveaux tissus dont elles commencent à se nourrir. Les nymphes se transforment en adultes qui s’accouplent et pondent leur oeufs sur la face inférieure des feuilles. Les femelles peuvent pondre plus de 200 œufs  chacune, et la croissance peut être rapide par temps chaud. Donc les populations de tétranyques rouges du pommier peuvent rapidement exploser si les conditions climatiques sont propices (températures de 22 à 27 °C). Les températures supérieures à 30 °C nuisent à la ponte des œufs et à la croissance du tétranyque rouge.

Il est possible d’avoir plusieurs générations du tétranyque rouge du pommier qui se chevauchent chaque saison, et tous les stades de vie peuvent être visibles en même temps pendant l’été. À la fin de l’été et au commencement de l’automne, les oeufs sont pondus autour des nœuds des sarments et sur l’écorce dure des troncs et des branches maîtresses (cordons) quand les acariens hivernent.  

Les adultes et les nymphes se nourrissent en perçant les cellules individuelles des feuilles et en prélevant les fluides. Les vignes saines peuvent tolérer des nombres moyens de tétranyques qui causent de légères taches chlorotiques sur les feuilles. Les infestations graves vont présenter des feuilles bronzées et même de la défoliation, ce qui réduit l’activité photosynthétique et la vigueur de la vigne. Des dommages graves causés par les tétranyques qui se sont nourris peuvent retarder le mûrissement des baies.

Des pluies abondantes peuvent entraîner au sol et détruire de très nombreux tétranyques, en plus de détacher la poussière qui se dépose sur les feuilles et gêne l’action des prédateurs.

Des froids extrêmes en hiver et des conditions climatiques difficiles à l’époque de l’éclosion réduisent les taux de survie des oeufs des tétranyques rouges du pommier.

Période d’activité
Les tétranyques rouges du pommier causent rarement des dommages aux vignes avant le mi-été. Ces acariens préfèrent les temps chauds et secs.

Notes de surveillance
Les acariens sont minuscules et doivent être observés avec un grossissement de 10X ou plus à la loupe simple ou au microscope pour distinguer les stade du développement.

Lors du dépistage à la recherche de dommages par les acariens, il est utile de se rappeler de l’histoire du site. Examiner les faces inférieure des feuilles pour la présence d’acariens pendant le dépistage des cicadelles et de la tordeuse de la vigne. Si on observe du bronzage des feuilles en se déplaçant dans le vignoble, il convient de confirmer alors la présence des acariens.

Des populations moyennes de tétranyques rouges peuvent endommager des vignes qui sont stressées (sécheresse, surproduction ou culture après un hiver ayant cause d’importants dégâts dus au froid). Les cultivars aux feuilles plus petites ne peuvent supporter les mêmes populations d’acariens que ceux aux plus grandes feuilles. Le dépistage régulier est primordial.  

Seuil d’intervention
Dans quelques vignobles, ce ravageur reste à de faibles niveaux grâce à la présence d'acariens et d'insectes prédateurs. Une application d'acaricide est nécessaire quand 50 % des tiges démontrent une couleur bronzée au niveau de la feuille du milieu ou au dessus des tiges. Si les vignes subissent un stress hydrique, réduire ce seuil d'intervention à 25 % des tiges avec une couleur bronze. Dans tous les cas, il faut identifier le stade de développement prédominant et il faut traiter seulement au stade œufs/nymphes (25/75). Comme les nombres d'acariens peuvent augmenter très rapidement, il faut effectuer le dépistage des vignes fréquemment par temps chaud.

Moyens de lutte

  • Les infestations de tétranyques dans les vergers sont causées par :
    • des conditions climatiques propices à leur multiplication;
    • une forte concentration d’azote dans les feuilles (ce qui accroît la fécondité des tétranyques);
    • la disparition de sites où peuvent vivre et s’abriter les ennemis naturels des tétranyques;
    • l’utilisation de pesticides qui sont toxiques pour les ennemis naturels des tétranyques;
    • des feuilles dont la densité de soies sur la face inférieure cache des populations plus élevées d’acariens.  
  • Les acariens utiles peuvent permettre une régulation biologique de leurs cousins nuisibles. Les ennemis naturels des tétranyques comprennent des acariens prédateurs, la petite punaise anthocoride (Orius spp.), des thrips, le chrysope.
  • Le choix d’un programme de pulvérisation de pesticides sélectifs permettra de protéger les prédateurs des acariens. La mise en œuvre d’un programme de pesticides sélectifs épargnera largement les populations d’acariens utiles et permettra d’éliminer ou de retarder le recours à des acaricides.
  • Un mélange de couvre-sol permanent peut supporter un grand nombre d’insectes bénéfiques et d’acariens prédateurs.  
  • Si les populations sont abondantes, il peut être nécessaire d’appliquer un acaricide efficace; il faut bien couvrir toute la surface foliaire avec un volume d’eau suffisant.

Un acaricide est peut-être nécessaire si le bronzage et les acariens atteignent les seuils d’intervention. Voir la publication 360F du MAAARO intitulée Guide de la culture fruiti�re. Chapitre 7 Raisins (PDF) ou Calendrier (PDF): Recommandations pour les tétranyques rouges à la fermeture de la grappe.