Passez au contenu.
English

Certaines fonctionnalités de ce site nécessitent Javascript soit activé pour le meilleur usibility. S'il vous plaît activer Javascript pour fonctionner.

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales

Cochenille ostréiforme

Cochenille ostréiforme sur une branche (ministère de l’Agriculture et des Terres de la C.-B) Cochenille ostréiforme sur un fruit (ministère de l’Agriculture et des Terres de la C.-B)
Cliquer pour agrandir.

Débutant

Nom scientifique
Quadraspidiotus ostreaeformis

Identification
Larves mobiles (nymphes) :

  • Jaune éclatant,
  • Possèdent deux longues antennes.

Adultes :

  • Les femelles sont immobiles et sont dotées d’un bouclier circulaire cireux comportant une élévation en son centre,
  • Les mâles adultes sont 1,3 mm de longueur, de couleur rouge brunâtre et possèdent un abdomen allongé, de longues antennes et des ailes. 

Dommages :

  • Les jeunes insectes produisent de grandes quantités de miellat — un liquide clair et sucré à l’origine de proliférations fongiques indésirables,
  • Affaiblit les arbres et produit des taches rondes sur l’écorce,
  • Sa présence est signalée par des taches entourées d’une aréole rouge sur les feuilles et les fruits.

Souvent confondue avec

Période d’activité
Les femelles, accouplées et fécondées hivernent à un stade immature sur des rameaux. Les jeunes femelles hivernantes commencent leur évolution vers la maturité — protégées par un épais bouclier de cire — en mai et en juin. La cochenille s’alimente en aspirant la sève des feuilles et des rameaux tout au long des mois de juillet et d’août. Les mâles, dotés d’ailes, apparaissent en août et meurent après s’être accouplés avec les femelles.

Notes de surveillance
Il faut examiner soigneusement les fruits au moment de la cueillette, à la recherche de cochenilles. Dans les parcelles infestées, on posera du ruban noir électrique sur les branches charpentières des arbres (l’adhésif tourné vers l’extérieur) de manière à pouvoir suivre l’activité des larves. Les rubans doivent être installés à la mi-juin pour une période de sept à dix jours après le stade calice; on les remplacera ensuite toutes les deux à trois semaines, jusqu’à la fin de la saison. On pourra ainsi constater la présence de larves jaunes engluées sur le ruban.

Seuils d’intervention
Il est rarement distribué uniformément dans tout un arbre, et peut seulement infester quelques arbres dans le secteur. Il n’existe pas de seuil d’intervention en cas de présence de cochenilles sur les fruits.

Avancé

Nom scientifique
Quadraspidiotus ostreaeformis

Identification
Les larves mobiles (nymphes) de la cochenille ostréiforme sont d’un jaune éclatant et possèdent deux longues antennes. Les femelles sont immobiles et sont dotées d’un bouclier circulaire cireux comportant une élévation en son centre. Les mâles adultes sont de couleur rouge brunâtre et possèdent un abdomen allongé, de longues antennes et des ailes. 

La cochenille s’alimente en aspirant la sève des feuilles et des rameaux tout au long des mois de juillet et d’août. Les jeunes insectes produisent de grandes quantités de miellat — un liquide clair et sucré à l’origine de proliférations fongiques indésirables. En parasitant l’arbre, la cochenille l’affaiblit et produit des taches rondes sur l’écorce. Sa présence est signalée par des taches entourées d’une aréole rouge sur les feuilles et les fruits.

Souvent confondue avec

Biologie
Les femelles, accouplées et fécondées hivernent à un stade immature sur des rameaux. Les jeunes femelles hivernantes commencent leur évolution vers la maturité — protégées par un épais bouclier de cire — en mai et en juin. Elles donnent naissance à des jeunes vivants. Les larves mobiles se déplacent vers le revers des feuilles et sur les rameaux et les branches charpentières des arbres pour s’y fixer et se nourrir. Le bois des arbres de plus de trois ans est généralement trop épais pour être percé par les pièces buccales de l’insecte. Les mâles, dotés d’ailes, apparaissent en août et meurent après s’être accouplés avec les femelles. La cochenille ostréiforme a un éventail d’hôtes relativement limité. Elle s’attaque surtout aux cultures suivantes :  Malus spp. (pommiers), Pyrus spp. (poiriers) et Prunus spp (arbres à fruits à chair tendre). On compte une génération par année.

Période d’activité
La cochenille s’alimente en aspirant la sève des feuilles et des rameaux tout au long des mois de juillet et d’août.

Notes de surveillance
Il faut examiner soigneusement les fruits au moment de la cueillette, à la recherche de cochenilles. Dans les parcelles infestées, on posera du ruban noir électrique sur les branches charpentières des arbres (l’adhésif tourné vers l’extérieur) de manière à pouvoir suivre l’activité des larves. Les rubans doivent être installés à la mi-juin pour une période de sept à dix jours après le stade calice; on les remplacera ensuite toutes les deux à trois semaines, jusqu’à la fin de la saison. On pourra ainsi constater la présence de larves jaunes engluées sur le ruban.

Seuils d’intervention
Il est rarement distribué uniformément dans tout un arbre, et peut seulement infester quelques arbres dans le secteur. Il n’existe pas de seuil d’intervention en cas de présence de cochenilles sur les fruits.

Moyens de lutte

    • Les larves se dispersent dans les vergers en se laissant porter par le vent ou en se fixant aux pieds des oiseaux, aux vêtements des travailleurs ou à la machinerie agricole.
    • Toute lutte efficace contre la cochenille commence par la prévention.
    • Ainsi, on examinera soigneusement les arbres provenant des pépinières et on jettera les arbres infestés ou on les échangera pour des arbres sains.
    • Les nouvelles parcelles de cultures fruitières seront implantées loin des peuplements de feuillus ou des anciennes plantations d’arbres fruitiers où la cochenille a posé problème.
    • Dans les vergers en exploitation ayant connu des épisodes d’infestation par la cochenille, appliquer de l’huile Superior avant que les arbres ne sortent de leur dormance, au moment où les insectes n’ont qu’une mince coquille de cire pour les protéger.
    • Une application tardive, après l’apparition des tissus verts sur l’arbre, réduit souvent l’efficacité de la lutte contre la cochenille parce que celle-ci aura eu le temps de secréter un épais bouclier de cire qui la rend moins vulnérable aux insecticides.
    • Pour plus d’information sur le calendrier d’application des insecticides contre les cochenilles, consulter la publication 360F du MAAARO, Guide de la culture fruitire.