Passez au contenu.
English

Certaines fonctionnalités de ce site nécessitent Javascript soit activé pour le meilleur usibility. S'il vous plaît activer Javascript pour fonctionner.

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales

Pourriture sclérotique et pourriture grise de l’œil

La pourriture sclérotique causée par S. sclerotiorum se manifeste généralement en début de saison.  La pourriture grise de l’œil causée par B. cinerea se manifeste plus souvent sur les gros fruits plus tard durant la saison de croissance.
Cliquer pour agrandir.

Débutant

Noms scientifique
Sclerotinia sclerotiorum (Pourriture sclérotique), Botrytis cinerea (pourriture grise de l’œil)

Identification

  • Les premiers symptômes se manifestent par une coloration rougeâtre qui devient de petites lésions gorgées d’eau (1–2 cm) au niveau de l’œil des fruits.
  • Ces lésions se transforment en une pourriture sèche brun pâle qui peut pénétrer les tissus des pommes sur plusieurs millimètres.
  • La pourriture — qui est molle initialement mais qui finit par s’assécher pour prendre une couleur marron clair — est enfoncée quelque peu et auréolée de rouge.
  • Une pourriture superficielle, sèche ou liégeuse s’installe généralement dans la chair sous la zone atteinte.
  • À l’extrémité apicale, les lésions associées à la pourriture sclérotique ont tendance à s’installer d’un côté de l’œil,
  • Celles associées à la pourriture grise encerclent l’œil.
  • Souvent, les fruits atteints tombent prématurément.
  • Chez les fruits atteints de pourriture grise de l’œil, les symptômes apparaissent souvent durant l’entreposage.

Souvent confondues avec

  • La pourriture sclérotique et la pourriture noire sur les fruits - La pourriture sclérotique est une lésion sèche brun pâle, quelque peu renfoncée et auréolée de rouge. Les symptômes de la pourriture noire à la cuvette oculaire montrent des lésions circulaires foncées et claires et de minuscules pycnides noires peuvent être visibles.   
  • La pourriture grise de l’œil et la tavelure sur les fruits - La pourriture grise de l’œil est une lésion sèche brun pâle, quelque peu renfoncée et auréolée de rouge. La tavelure du pommier cause une lésion liégeuse allant de brune à noire et qui peut être craquelée. La tavelure peut s’attaquer à l’extrémité apicale du fruit mais les lésions peuvent aussi couvrir toute la surface du fruit.   

Période d’activité
Les pommiers sont généralement infectés durant la floraison ou peu de temps après celle-ci, mais les symptômes n’apparaissent souvent que plusieurs semaines plus tard, c.-à-d. environ un mois après la chute des pétales. Les symptômes de la pourriture grise de l’œil se développent souvent plus tard dans la saison (de fin juillet au début août) que ceux de la pourriture sclérotique que l’on observe du début au milieu de l’été.

Notes de surveillance
Durant la surveillance hebdomadaire des organismes nuisibles, examiner les fruits à la recherche de lésions.

Seuils d’intervention
Aucun seuil n’a été établi.

Avancé

La pourriture sclérotique (aussi appelée pourriture à sclérotes) et la pourriture grise de l’œil sont deux maladies du pommier qui sont souvent prises l’une pour l’autre. Les deux maladies s’attaquent aux fruits et entraînent la formation d’une pourriture au niveau de l’œil des pommes. La pourriture sclérotique est causée par un champignon, Sclerotinia sclerotiorum, responsable d’une pourriture blanche, tandis que la pourriture grise de l’œil est causée par Botrytis cinerea, agent responsable de la pourriture grise.

Noms scientifiques
Sclerotinia sclerotiorum (Pourriture sclérotique), Botrytis cinerea (pourriture grise de l’œil)

Identification
Les premiers symptômes se manifestent par une coloration rougeâtre qui devient de petites lésions gorgées d’eau (1–2 cm) au niveau de l’œil des fruits. Ces lésions se transforment en une pourriture sèche brun pâle qui peut pénétrer les tissus des pommes sur plusieurs millimètres au niveau de l’œil des fruits ou à proximité de celui-ci. La pourriture — qui est molle initialement mais qui finit par s’assécher pour prendre une couleur marron clair — est enfoncée quelque peu et auréolée de rouge. Une pourriture superficielle, sèche ou liégeuse s’installe généralement dans la chair sous la zone atteinte. En règle générale, à l’extrémité apicale, les lésions associées à la pourriture sclérotique ont tendance à s’installer d’un côté de l’œil, tandis que celles qui sont associées à la pourriture grise encerclent l’œil. Les deux maladies se ressemblent beaucoup, et leur identification positive nécessite l’isolement de l’agent pathogène.

Ces maladies sont plus courantes lorsque le temps est frais et humide durant la floraison et la post-floraison. Les fruits infectés ne contaminent pas les autres fruits durant la saison de croissance. La vulnérabilité des cultivars de pommiers à la pourriture sclérotique et à la pourriture grise de l’œil n’est pas connue, mais les deux maladies ont été signalées sur les pommes McIntosh, Cortland, Paulared, Rome Beauty, Delicious, Honeycrisp, Milton et Macoun. Les symptômes sont généralement circonscrits à l’œil des pommes et ne sont pas associés à une décomposition interne étendue des fruits. Jusqu’à 20 % des fruits peuvent être atteints dans certains blocs de vergers. Les symptômes de pourriture deviennent visibles environ un mois après la chute des pétales. Souvent, les fruits atteints tombent prématurément. Chez les fruits atteints de pourriture grise de l’œil, les symptômes apparaissent souvent durant l’entreposage.

Souvent confondues avec

  • La pourriture sclérotique et la pourriture noire sur les fruits - La pourriture sclérotique est une lésion sèche brun pâle, quelque peu renfoncée et auréolée de rouge. Les symptômes de la pourriture noire à la cuvette oculaire montrent des lésions circulaires foncées et claires et de minuscules pycnides noires peuvent être visibles.   
  • La pourriture grise de l’œil et la tavelure sur les fruits - La pourriture grise de l’œil est une lésion sèche brun pâle, quelque peu renfoncée et auréolée de rouge. La tavelure du pommier cause une lésion liégeuse allant de brune à noire et qui peut être craquelée. La tavelure peut s’attaquer à l’extrémité apicale du fruit mais les lésions peuvent aussi couvrir toute la surface du fruit.  

Biologie
Les pommiers sont généralement infectés durant la floraison ou le calice. La fenêtre d’infection et de développement de la maladie causée par S. sclerotiorum est très étroite. L’agent pathogène provoque l’infection et la maladie chez plus de 360 espèces de végétaux, y compris de nombreuses mauvaises herbes communes. Il passe l’hiver sous la forme de sclérotes durs et noirs, juste sous la surface du sol, généralement autour de la base de mauvaises herbes infectées. Au printemps, lorsque le sol reste presque saturé d’eau pendant une période allant de dix jours à plusieurs semaines et que la température reste fraîche (11–20 ºC), les sclérotes germent et produisent de minuscules champignons de couleur brun pâle appelés apothécies. Les apothécies ont des chapeaux en forme de cuvette inversée qui contiennent des ascospores; celles-ci sont éjectées avec force dans l’environnement. Les spores n’infectent pas les fruits directement; elles infectent plutôt des tissus sénescents ou flétris, tels que des sépales ou des pétales de fleurs au stade calice. Les sépales ou les pétales sont colonisés par le champignon, puis, tôt ou tard, l’agent pathogène envahit l’œil des fruits. Il y a très peu de possibilités d’infection après la chute des pétales (calice) puisque S. sclerotiorum ne produit pas de spores secondaires et ne se propage pas de pommes infectées à pommes saines durant la saison de croissance. Lorsqu’il a pénétré l’œil des fruits, le champignon finit par coloniser les tissus adjacents, d’où les symptômes de pourriture constatés. Les fruits infectés tombent prématurément et le champignon infecte les mauvaises herbes sensibles avec lesquelles il entre directement en contact sur le sol du verger. Tôt ou tard, des sclérotes se forment sur les fruits colonisés ou sur les mauvaises herbes infectées. La pourriture grise de l’œil causée par B. cinerea se développe souvent plus tard dans la saison (fin juillet et début août) que la pourriture sclérotique, qui s’observe souvent du début au milieu de l’été. L’agent pathogène responsable de la pourriture grise de l’œil hiverne sous la forme de sclérotes, le plus souvent dans des pommes infectées de la saison précédente qui sont laissées sur le sol du verger. Au printemps, les sclérotes produisent des spores qui infectent les sépales ou les pétales durant la floraison. Le champignon demeure à l’état de dormance jusqu’à ce que les fruits approchent de la maturité plus tard durant l’été.

Période d’activité
Les pommiers sont généralement infectés pendant la période entre la floraison et le calice.

Les symptômes de la pourriture grise de l’œil se développent souvent plus tard dans la saison (de fin juillet au début août) que ceux de la pourriture sclérotique que l’on observe du début au milieu de l’été.

Notes de surveillance
La meilleure façon d’évaluer les niveaux de maladie reste le dépistage sur une base régulière. Durant la surveillance hebdomadaire des organismes nuisibles, examiner les fruits à la recherche de lésions.

Seuils d’intervention
Aucun seuil n’a été établi.

Moyens de lutte

  • Une lutte efficace contre les mauvaises herbes réduit les populations de champignons responsables de la moisissure blanche.
  • Dans un verger où a déjà sévi la pourriture sclérotique, faucher l’herbe de manière qu’elle reste courte durant les 10 à 14 jours qui précèdent la chute des pétales, car cela permet au sol de sécher et réduit l’apparition de conditions environnementales propices à la germination de sclérotes et à la production de spores subséquente.
  • Ramasser les fruits infectés et en débarrasser le verger durant l’éclaircissage de mi-saison prévient également la prolifération de l’inoculum dans le verger.
  • Comme ces organismes nuisibles ne sont présents que de manière sporadique, il n’y a pas lieu de faire de pulvérisations spéciales, car leur maîtrise est assurée par les interventions antérieures dirigées contre d’autres maladies.
  • Certains fongicides employés en début de saison (voir la publication 360F du MAAARO, Guide de la culture fruitire) assurent plus tard la maîtrise de ces maladies.