Passez au contenu.
English

Certaines fonctionnalités de ce site nécessitent Javascript soit activé pour le meilleur usibility. S'il vous plaît activer Javascript pour fonctionner.

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales

Maladie de la replantation

Débutant

Noms scientifique
Les facteurs biologiques incluent un complexe plusieurs agents pathogènes fongiques (dont Cylindrocarpon, Phytophthora, Pythium spp. et Rhizoctonia), des bactéries et des nématodes parasites

Identification

  • Le rabougrissement des arbres atteints avec de courts entre-nœuds,
  • Des feuilles petites et de couleur vert pâle en rosette,
  • De petits systèmes racinaires pourris et décolorés,
  • Moins de racines secondaires et de poils absorbants,
  • La feuillaison des arbres atteints se produit au printemps mais souvent avec peu ou pas de pousses,
  • Les cas graves entraînent la mort de jeunes arbres et de vergers complets,
  • Les arbres des vergers non détruits par la maladie de la plantation donnent souvent des fruits deux ou trois ans plus tard que les arbres sains et, tout au long de la vie du verger, procurent rarement des rendements comparables à ceux-ci.

Souvent confondue avec
La carence en zinc - La carence en zinc dont le symptôme caractéristique est la disposition en rosettes des petites feuilles des pousses dès qu’elles sortent. L’application de produits foliaires avec du zinc réduit les symptômes. La maladie de la replantation peut avoir pour symptômes des feuilles en rosettes mais aussi de petits systèmes racinaires pourris;
Le phytophthora des racines - Le phytophthora des racines a de petits systèmes racinaires avec des racines pourries qui sont toutefois limités aux zones soumises à un stress hydrique. Les arbres infectés sont rabougris et s’affaissent soudainement après le débourrement. La maladie de la replantation peut avoir de petits systèmes racinaires pourris mais les symptômes aériens apparaissent graduellement et reflète le site de replantation. 

Période d’activité
Les symptômes apparaissent pendant la duration de la saison de croissance..

Notes de surveillance
Pendant le dépistage courant des blocs de pommiers, prendre en note les zones où les jeunes arbres montrent une croissance freinée, de courts internoeuds et des feuilles en rosettes

Seuils d’intervention
Aucun seuil n’a été établi.

Avancé

Les pommiers qui ont de la difficulté à s’implanter ou qui ne s’implantent pas du tout sur une surface de replantation sont souvent considérés comme des arbres atteints de la maladie de la replantation. Même si on pensait que cette maladie survenait principalement sur des surfaces de replantation dont on avait enlevé de très vieux arbres fruitiers, on a toutefois constaté que la maladie pouvait survenir à l’occasion dans les trois ans qui suivent l’implantation d’un verger sur un nouveau site. Les causes et les symptômes de la maladie de la replantation varient d’une région à une autre et même d’un site à un autre. Les facteurs biologiques jouent un rôle important dans ce désordre. La maladie de la replantation a des répercussions économiques importantes sur la productivité d’un verger, car elle entraîne une réduction constante de la productivité tout au long de la vie du verger et se traduit par des coûts permanents de remplacement des arbres.

Noms scientifiques
Les facteurs biologiques incluent un complexe plusieurs agents pathogènes fongiques (dont Cylindrocarpon, Phytophthora, Pythium spp. et Rhizoctonia), des bactéries et des nématodes parasites

Identification
Les symptômes de la maladie de la replantation sur les arbres atteints comprennent le rabougrissement, de courts entre-nœuds, des feuilles en rosette, de petits systèmes racinaires pourris et décolorés donnant lieu à une faible productivité. Souvent, les arbres atteints ont moins de racines secondaires et de poils absorbants. Les jeunes arbres vigoureux atteints de la maladie de la replantation arrêtent souvent de croître au début de l’été. La feuillaison des arbres atteints se produit au printemps mais souvent avec peu ou pas de pousses. Les feuilles sont généralement petites et de couleur vert pâle comparativement aux feuilles d’arbres vigoureux. Peu de racines secondaires ou nourricières sont produites, et les racines produites se décolorent et se détériorent. Les cas graves entraînent la mort de jeunes arbres et de vergers complets. Les arbres des vergers non détruits par la maladie de la plantation donnent souvent des fruits deux ou trois ans plus tard que les arbres sains et, tout au long de la vie du verger, procurent rarement des rendements comparables à ceux-ci.

Souvent confondue avec
La carence en zinc - La carence en zinc dont le symptôme caractéristique est la disposition en rosettes des petites feuilles des pousses dès qu’elles sortent. L’application de produits foliaires avec du zinc réduit les symptômes. La maladie de la replantation peut avoir pour symptômes des feuilles en rosettes mais aussi de petits systèmes racinaires pourris;
Le phytophthora des racines - Le phytophthora des racines a de petits systèmes racinaires avec des racines pourries qui sont toutefois limités aux zones soumises à un stress hydrique. Les arbres infectés sont rabougris et s’affaissent soudainement après le débourrement. La maladie de la replantation peut avoir de petits systèmes racinaires pourris mais les symptômes aériens apparaissent graduellement et reflète le site de replantation. 

Biologie
La maladie de la replantation et ses causes ne sont pas bien comprises. Divers champignons, bactéries et nématodes sont associés à cette maladie. Outre les facteurs biologiques, des facteurs non biologiques — le pH du sol, le stress hydrique (trop d’eau ou pas assez), le compactage du sol, les toxines, la structure du sol, les concentrations de métaux lourds dans le sol et une biodisponibilité insuffisante des éléments nutritifs (particulièrement le phosphore) — font également partie des facteurs contributifs de la maladie de la replantation. Bien que les facteurs abiotiques jouent un rôle important dans cette maladie, la recherche montrant une croissance fulgurante des arbres après la pasteurisation et la fumigation du sol suggère que cette maladie est principalement un phénomène d’ordre biologique. La théorie actuelle suggère que cette maladie serait causée par un complexe incluant plusieurs agents pathogènes fongiques (dont Cylindrocarpon, Phytophthora, Pythium spp. et Rhizoctonia), des bactéries et des nématodes parasites.

Période d’activité
Les symptômes apparaissent pendant la durée de la saison de croissance.

Notes de surveillance
Pendant le dépistage courant des blocs de pommiers, prendre en note les zones où les jeunes arbres montrent une croissance freinée, de courts internoeuds et des feuilles en rosettes

Seuils d’intervention
Aucun seuil n’a été établi.

Moyens de lutte

  • Il est plus facile et plus efficace de prévenir la maladie de la plantation que de la traiter. On ne peut pas faire grand-chose pour éradiquer la maladie une fois que les arbres sont plantés.
  • Le nématode radicicole concourt avec d’autres facteurs biologiques au déclenchement de la maladie de la replantation. Prélever des échantillons de sol sur un site avant l’implantation d’un jeune verger, en particulier si des pommiers ou d’autres arbres fruitiers y poussaient auparavant.
  • Les causes de la maladie de la replantation sur différents sites varient beaucoup. Les sols ne répondent pas tous de la même façon aux divers traitements préalables à la plantation, et un traitement qui est bénéfique dans un verger n’aura pas nécessairement d’effet dans un autre.
  • Les méthodes culturales suivantes peuvent contribuer à éviter la maladie de la replantation :
    • Éviter de planter des pommiers sur un terrain duquel un vieux verger de pommiers a été enlevé récemment. Une rotation des arbres donnant des fruits à pépins sur plusieurs années (de deux à huit ans) est recommandée.
    • Corriger le pH du sol s’il est trop élevé ou trop bas par l’application de chaux ou de soufre.
    • Planter le plus tôt possible au printemps en veillant à ne pas négliger les importantes opérations préalables à la plantation.
    • Fournir un apport nutritif et une irrigation selon les quantités indiquées par les analyses de sol et de tissus de même que par le matériel de surveillance de l’humidité du sol.
    • Utiliser des porte-greffes résistant à la pourriture des racines.
  • La recherche visant à réduire la maladie de la replantation dans le pommier a un certains succès avec :
    • le recours aux cultures de couverture résistant aux nématodes et l’enfouissement de différents types de résidus de cultures de couverture contenant des ingrédients biologiquement actifs;
    • l’incorporation de fumier de volaille à une dose de 4 %, en volume (l’équivalent de 8,9 tonnes/ha, incluant les rangées d’arbres);
    • les porte-greffes résistant à Phytophthora (p. ex. CG.30, CG.6210 et CG.16) peuvent être un bon moyen de lutte contre la maladie de la replantation sur des sites où Phytophthora est un facteur contributif de la maladie de la replantation.
  • En décalant les rangs il est possible de ne pas replanter directement dans les emplacements où étaient les anciens arbres.
  • À l’heure actuelle, la lutte chimique contre la maladie de la replantation du pommier s’accomplit par fumigation du sol avant la plantation. Certains fumigants pourraient ne pas être disponibles à l’avenir en raison de leurs répercussions sur l’environnement.
  • Pour obtenir de l’information sur les fumigants de sol, voir la publication 360F du MAAARO, Guide de la culture fruitire.